NC-18
 
AccueilCalendrierPublicationsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Le forum est en pause indéterminé pour un remaniement en vue d'une V3. Inscriptions fermées, partenariats ouverts.

La curiosité est un vilain défaut ─ Premier intérêt [Terminé]

 :: Rues & Ruelles Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Dim 7 Juin - 19:31
La répétition pour la prochaine représentation de l'orchestre s'était terminée assez tôt pour une fois, aussi je comptais bien profiter du reste de la soirée et de la nuit pour sortir et chasser. Il me fallait faire quelque chose, même si j'ignorais quoi. La monotonie de ma vie, en dehors de l'orchestre, me pensait énormément. Je n'avais aucun intérêt dans la lutte de pouvoir entre les autres Broken et les vieillards qu'on appelait les "Anciens", au plus grand désespoir de mon sire qui aurait bien voulu que je rejoigne les rangs au risque de devenir de la chair à canon ou un trophée de plus sur le tableau de chasse des Rules Out, ce que, très égoïstement ne m'intéressait pas du tout. Déjà humain je ne m'occupais pas des affaires des autres, c'était bien trop dangereux de mettre le nez dans des histoires qui ne me concernaient pas alors rejoindre une bataille que je n'avais pas voulue ni lancée ne faisait pas partie de mes priorités... À vrai dire, mes priorités s'étaient réduites à une peau de chagrin, comme un raisin tout fripé trop longtemps oublié dans une corbeille de fruits. C'était me nourrir sans me faire prendre par la milice des Anciens et continuer à jouer dans l'orchestre, le reste... Il ne restait que la monotonie difficile à supporter.
J'étais donc rentré chez moi le temps de déposer mon instrument, de prendre une douche et de me changer. Ce soir, comme bon nombre d'autres avant celui-là, j'allais sortir, me trouver une bonne petite proie et rentrer sagement à la maison... Pas de quoi fouetter un chat, même la chasse commençait à perdre de son attrait. Elles étaient toutes si faciles à attraper, à piéger... Je ne me nourrissais plus que parce que je le devais et non plus par plaisir de la chasse... Après un certain temps, quand on se rend compte qu'on ne rencontre aucune difficultés à attraper une proie pour la vider dans un coin sombre, ça devient vite lassant. Les seuls moments où je m'amusais réellement un peu, c'était quand il y avait un risque pour que je me fasse attraper par les Rules Out. C'était d'ailleurs pour ça que je ne chassais plus que dans le Queens, non loin de leur quartier général... Du moins, c'était ce que disait la rumeur...

J'allais jusqu'au musée, attendant dans un coin d'ombre qu'une victime appétissante fasse son apparition... Non, pas celle-là, trop jeune... Pas celle-là non plus, elle sent le lait, elle doit avoir un enfant qui l'attend quelque part... Pas celle-ci... Le choix des femmes, parce que je ne chassais qu'elles, n'était pas terrible mais quand je fini par me dire qu'il me faudrait peut-être me trouver un autre endroit, c'est à cet instant qu'elle attira mon regard... Coincée dans son tailleur dont la jupe était légèrement vendue à l'arrière, une paire de lunettes sur le nez, ses cheveux relevés en un chignon sévère et des jambes interminables... Oui, celle-ci était parfaite. Je la suivis du regard alors que le gardien du musée refermait les portes du bâtiment, j'attendis de voir la direction qu'elle allait prendre avant de la suivre discrètement, profitant de la noirceur des ombres des bâtiments éclairés par les lampadaires. Elle se dirigeait vers une petite rue qui allait à l'arrière du musée. Peut-être faisait-elle partie du personnel et qu'elle allait chercher sa voiture... En un battement de cil, je la rejoignis et la maîtrisais rapidement. Elle avait beau se débattre, elle ne faisait pas le poids. Je la coinçais face contre le mur, lui arrachait presque le col de sa veste et de son chemisier impeccable, lui ayant coincé d'une main les bras dans le dos et je plantais mes crocs dans la chair tendre de son cou après avoir étouffé son cri d'une main. Elle se mit à gémir, quelque chose de mouillé, sans doute des larmes, venait humecter ma main sur sa bouche mais bien vite ses gémissements n'avaient plus rien de plaintifs, au contraire, elle semblait aimé... C'est souvent l'effet que fait une morsure bien faite au bon endroit... Elle cambra les reins pour se frotter contre moi bien que je restais de marbre à ses tentatives alors que je la buvais. Sa langue vint caresser ma main et l'odeur de son désir, de son sombre désir, vint me chatouiller le nez. C'était le soin que je prenais toujours quand je m'attaquais à mes proies. Certains vampires de ma connaissance n'était pas déranger par la terreur et la douleur de leur victime, moi, je voulais qu'elles meurent en beauté...
Ses gémissements commencèrent à se faire plus faible, plus espacés et son cœur, frénétique commençait à ralentir... Elle n'allait pas tarder à succomber...

Mais je fus dérangé dans mon repas qui pourtant arrivait presque à sa conclusion, des bruits de pas, une silhouette féminine... Je m'arrangeais toujours pour ne faire qu'une seule victime lors de mes chasses mais j'allais devoir en faire une seconde puisque l'inconnue venait de me surprendre, à n'en pas douter par son cœur qui battait rapidement dans sa poitrine et à l'expression sur son visage... Très joli visage au demeurant, dommage qu'il faille la tuer...
Broken repenti
avatar
Broken repenti

Messages : 25
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 7 Juin - 19:33
J'ai passé la journée au musée, on a reçu des nouveaux artefacts pour l'exposition qui aura lieu la semaine prochaine, la vie d'Isis. C'est une chance pour le musée, mais cela me donne beaucoup plus de travail qu'habituellement, car il faut surveiller ses indigents, ses brutes manipuler des objets inestimables. S'ils venaient à casser un objet, ce serait la ruine pour eux comme pour nous. Le bien le plus précieux qu'accueillera ce lieu est la sphère d'Isis, une sphère décorée, découverte dans sa tombe, mais qu'on a pas encore percée son secret. J'ai également dû faire face à l'arrivée des gendarmes qui sont venus pour renforcer la sécurité, parmi eux, je reconnus le visage de quelques rules out, des policiers vampiriques. Je leur souris, montrant que je les avais bien repérées. Je pense qu'ils sont plus là pour moi et l'autre calice qui travailles ici que pour les objets. Après tout, on est tous les deux des cibles de choix pour les cambrioleurs, nous connaissons les codes du musée et où se trouvent les pièces les plus prestigieuse C'est pourquoi les rules out sont là pour nous protéger, même si pour ma part, je ne suis plus une calice, mais une ancienne, j'ai le droit à la même protection que le calice présent.

Pour avoir reçu les artefacts en personne, je m'étais mise sur mon trente et un, c'est-à-dire, un tailleur pantalon. Le pantalon blanc, une chemise bleu roi, avec les manches remontées aux coudes, et une veste blanche, qui a fini rapidement sur le dossier de ma chaise, le tout accessoirisé par des toes en daim noir, et des bijoux en argent. Au début de la journée, j'avais lissé mes cheveux, mais plus le temps est passé, plus ils me donnaient chaud, maintenant, ils sont en chignon, tenu par des baguettes venant du restaurant chinois du midi. À l'heure qu'il était, j'avais l'air un peu débraillé par toute cette agitation, je n'ai qu'une envie, enlevé mes chaussures et me glisser dans un bain chaud et moussant. J'en bave presque d'avance.

Je mets ma veste, la nuit est fraîche à New-York. Je salue le gardien de sécurité, Jules et sors par la porte de service. Je ressers les pans de ma veste sur ma poitrine, frissonnante à la fraîcheur nocturne. Alors que j'allais vers le parking des employés, j'entends du bruit provenant de la ruelle qui est parallèle au musée. Pas rassurer pour un sous, je retire une des baguettes de mes cheveux, cela me servira d'armes. Je m'avance et que vois-je ? Un homme suspendu au cou de ce qui semblerait être une femme, il ne faut pas longtemps pour en déduire que c'est un broken, un criminel vampire.

"- Merde ! Ce n'est pas mon jour ! "

Je suis vulgaire quand je suis fatiguée, habituellement, je préfère éviter de jurer, une habitude prise quand j'étais la calice de Sébastian, le pauvre, il faisait presque un infarctus dès qu'il entendait une femme dire des vulgarités, j'ai dû le ménager en devenant polie, mais il y a des jours où je ne peux pas freiner ma bouche, chasser le naturel et il revient au galop, comme dirait le proverbe. Prenant sur moi, je pose une main sur ma hanche, observant un peu plus le spectacle face à moi. Le broken avait quelque chose de ... Différent, comme s'il prenait soin de sa proie quand elle est décédée dans ses bras, elle a comme une expression de plaisir peinte sur son visage. Quand je me rends compte que le prédateur me fixe, je ne peux m'empêcher de le provoquer.

"- Mr. La sangsue, on ne joue pas avec la nourriture, si vous ne faites pas attention, vous finirez obèse."

Ce n'est pas intelligent de ma part, je vois son expression se faire plus prédatrice, sûrement que je suis au menu, comme le dessert dirons-nous. Je lui fais un dernier sourire et pars en courant de la ruelle en direction du parking. Manquant de tomber plusieurs fois à cause de mes chaussures. Rapidement, je les enlève, mais les gardes en mains, on ne sait jamais, elles pourraient servir.
Chat du Désert
avatar
Chat du Désert

Messages : 29
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 7 Juin - 19:34
Entendre une femme jurer, ça a de quoi vous écorcher les oreilles, même quand on n'est pas le plus poli des vampires... Je détaillais l'inconnue un peu mieux alors que la jeune femme dans mes bras poussait son dernier soupire. J'en décrochais mes crocs de son cou, prenant soin toutefois de refermer la plaie de mes crocs. Inutile de permettre à quelques bestioles de pénétré son corps pour l'abimer. Au moins sa famille, si elle en avait une pourrait l'enterrer dans toute sa beauté. Je passais ma langue sur mes lèvres, continuant de fixer du regard la prochaine victime sur la liste mais cela ne m'empêchait pas de poser délicatement mon fardeau sur un tas de cartons comme pour la préserver des salissures du sol. J'ai à peine le temps de me relever suite à la petite provocation de l'inconnue que la voilà en train de détaler comme un lapin... Qu'est-ce qui ne va pas avec cette femme ? Pourquoi donc n'a-t-elle pas hurler comme toute femme dans sa position l'aurait fait ? Et elle savait que j'étais un vampire, sinon, elle n'aurait jamais utilisé le terme de "sangsue".
Pris d'un intérêt nouveau, je me lance à sa poursuite, oubliant ma précédente victime, l'esprit focalisé sur le lapin devant moi qui est obligé de s'arrêter pour enlever ses chaussures... Il ne m'en faut pas plus pour la rejoindre, gardant tout de même une distance de sécurité, plus pour moi que pour elle, il me suffirait d'un instant pour l'approcher et lui arracher la gorge, ce qui aurait vraiment été dommage, une beauté pareille...

► Je me demande encore comment je vais vous tuer... Je viens de finir mon repas et je n'ai malheureusement pas de place pour le dessert mais je ne peux pas me permettre de vous laisser en vie, je suis navré. Vous compter utiliser vos talons en guise de pieu ? Je vous préviens, il est difficile de percer la peau avec ce genre de matériel... Votre baguette ferait sans doute plus de dégâts...


Je la toise d'un air narquois, c'est amusant de la voir ses chaussures en main comme s'il était possible de s'en sertir comme une arme. Certes, ça ferait mal mais je doutais qu'elle puisse me poignarder profondément avec ce genre d'engin. Commençant à lui tourner autour, j'étais intrigué, elle ne hurlait toujours pas alors que j'avais été clair sur mes intentions, toujours pas de peur, pas de cris, pas d'hystérie... Vraiment curieux... D'ordinaire, je ne joue pas quand je chasse mais là, j'avais envie d'être le chat alors que je l'imaginais être la souris.

► Vous êtes une drôle de souris... Pourquoi n'avez vous pas encore crier à l'aide ?

Non pas que je voulais qu'elle le fasse à tout prix, on était tout dans le territoire de l'hypothétique Q.G. des Rules Out, certes chasser ici me procure un léger frisson à l'idée de me faire éventuellement prendre mais je ne le désirais pas expressément. Je continuais à lui tourner autour... C'est qu'elle était élégante en plus, à côté d'elle, avec mon vieux jeans rappé et mon pull noir avec les manches retroussée jusqu'aux coudes, j'avais l'air nettement plus négligé mais au moins ces vêtements avaient l'avantage d'être pratiques. L'inconnue avait tout d'une dame et moi du voyou de service, franchement, le destin peut avoir parfois un sens de l'humour assez discutable, le moyen âge est passé depuis longtemps. Heureusement que j'avais entendu la belle jurer comme un charretier pour briser un peu l'image qu'elle donnait quand elle tenait sa langue...
Broken repenti
avatar
Broken repenti

Messages : 25
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 7 Juin - 19:35
Je sais que je n'ai pas une chance de distancer le vampire, il est-ce qu'il est, un vampire avec tous les avantages qui vont avec, la vitesse, la force, etc... Psssiiiuu, je ne suis pas une sportive, bien que je prenne soin de mon corps régulièrement, mais se faire courser comme un lapin est fatiguant. J'entends ses pas derrière moi, je m'arrête, autant garder mon énergie pour un hypothétique combat qu'une course perdue d'avance. Une chaussure dans chaque main, je fais face au Broken, la tête haute et fière, je n'ai pas peur de mon bourreau, je ne lui donnerais pas satisfaction de me voir vaciller.

Il y a une certaine distance entre nous, je me demande à quoi il pense. Pardon ? ... Mes chaussures, une arme ? Vu le prix, je préfère éviter de les casser, ce serait comme essayé de faire un trou dans un mur avec les talons. Cela pourra gratiner la surface, mais c'est tout. Non, je n'avais pas pensé à le blesser avec, mais... Une bonne idée reste une bonne idée. Je pourrais lui crever les yeux avec s'il s'approche trop prêt avec ses crocs, vil serpent qu'il est.

J'éclate de rire en pensant l'empaler avec ma baguette, j'eus une image en tête plutôt hilarante, lui en crevette empaler par la baguette, comme celle que j'avais mangée plus tôt dans la journée. Je reprends petit à petit mon calme, ne voulant pas le vexer et lui faire changer d'avis, passer à l'action plutôt qu'au dialogue. A force de rire, ma deuxième baguette a fini au sol, défaisant mon chignon.

Je reste stoïque quand il tourne autour de moi, me détaillant. Se demande-t-il si je suis A+ ou AB ? Mais, il a dit qu'il n'avait plus faim, qu'il était repu de son précédent repas. Dois-je me sentir soulager en sachant que je risque de mourir avec tout en place, le sang dans leurs veines ? Heureusement que le sang devient rance quand l'hôte meurt, c'est pour cela que les vampires boivent le sang sur une proie vivante et non morte, le sang est mauvais. Il a perdu son oxygène et tous ses éléments nutritifs, c'est comme s'il buvait de la peinture rouge. Comment je sais cela ? Simple, Sébastian me l'as dit quand je lui ai posé la question. Et puis, il vaut mieux manger chaud que froid, enfin pour ce que j'en sais, je ne suis pas l'experte sur la question.

Je crispe mes mains sur mes chaussures. "Petite souris" ? C-O-M-M-E-N-T vient-il de m'appeler ???? Une putain de petite souris !!!!!!!! Non mais oh ! Je suis un chat, un félin sauvage ! Pas une putain de rongeur qui couine tout le temps et qui vit dans les coins sales !!!
Bon, ce vampire m'a mis en rogne. Quand il repasse devant moi, je le fusille du regard, si j'avais pu, le malotru serait à mes pieds me priant de le laisser vivant !

Je fronce du nez à sa tenue, de nous deux, ce serait lui la souris vu son état, un vrai chat de gouttière, aucune classe. Dommage, avec le beau visage qu'il, je parie qu'avec des vêtements appropriés, il serait irrésistible. ... Je viens de penser à quoi ? Que LUI serait IRRESISTIBLE ! Ma pauvre Senbi, la fatigue te fait divaguer. Bref, revient sur terre sinon tu risques de faire un aller simple au paradis sans un ticket pour le retour.

Je passe ma chaussure dans l'autre main, puis je sors un collier, celui avec le pendentif de l'arbre de la connaissance, signalant à tout vampire douté d'un peu de bon sens que je suis une ancienne calice. Mais, je parie que celui qui me fait face ne connaît pas la signification.

"- D'une, l'ébouriffé, je ne suis pas une 'petite souris', on n'a pas élevé les enfants ensemble pour être familier. Si un surnom devait mettre donné serait plus un surnom félidé, et non "petite chatte" ou "ma chatte" ne va pas, sinon je te casse tes dents de castors à coups de cure-dents. De deux, tu vois ce pendentif, et bah... il me donne l'immunité vampirique. Étant ce que je suis, aucun vampire ayant au moins un neurone ne me laissera dans la situation que je suis. Et de trois, si je hurle, ton cul finira fris au soleil par des amis en commun, les Rules Out. Alors ne m'énerve pas, et TU restera vivant !"

Oui, je parle beaucoup, encore un défaut qui agaçait beaucoup Sébastian, mais c'est dans ma nature. Je le laisse le collier reposer sur ma chemise et le pointe du doigt.

"- Donc l'affreux, tu range tes croquinettes et retourne dans ton trou avec tes stupides camarades hors-la-loi."

Puis, je fais encore quelque chose de stupide, je lui tourne le dos et repars, sans un regard en arrière.
Chat du Désert
avatar
Chat du Désert

Messages : 29
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 7 Juin - 19:37
Oh, apparemment, j'avais touché une corde sensible en la surnommant "souris", je pouvais voir la colère illuminer son regard, très joli aussi au demeurant. Elle sortit un pendentif de sous son chemisier, je le regardais attentivement me demandant ce qu'elle espérait faire avec ça. Jusqu'à preuve du contraire, un bijou n'a jamais fait de mal à un vampire, même pas les croix alors son pendentif ne risquait pas de me faire bien mal, à moins qu'elle me l'enfonce dans la gorge... Cependant, j'eus mon explication bien rapidement, décidément la colère lui allait vraiment bien... Je ne pouvais m'empêcher de sourire, franchement amusé par sa rodomontade emportée. Elle était vraiment intéressante et visiblement ne se rendait pas vraiment compte de ce qu'elle disait. Si j'avais été intéressé par la guerre entre les autres Broken et les Anciens, nulle doute que son information concernant la signification de ce pendentif serait un atout pour reconnaître les anciens Calices et s'en prendre à eux...

► Aucun vampire ne vous laisserait dans cette situation ? Mais le seul vampire que je vois ici présent est justement celui qui vous a mis dans cette situation, comment comptez-vous en réchapper ? Au fait, très joli pendentif, il vous va à ravir...

Je laissais le reste aux oubliettes, sortant mon paquet de cigarette car visiblement on en avait pour un moment... J'allumais une clope et continuais de l'observer, narquois avant d'ajouter...

► Vous devriez être plus prudente avec votre ravissante bouche, elle dit des choses fort intéressante qui pourraient pourtant poser quelques problèmes à d'autres personnes dans votre situation...

Voilà que je la mettais en garde alors que j'étais certain qu'elle ne s'était pas rendu compte de l'importance de ce qu'elle venait de dire. Elle avait juste la chance que je ne cherchais pas à entrer dans la bataille sans quoi une telle information m'aurait valut l'adhésion directe dans les rangs de mes congénères.
Je me passais la langue sur les lèvres tout en l'observant. Elle était délicieusement... sauvage, une vrai tigresse que j'aurais plaisir à dresser si je convoitais encore ce genre de relation. Malheureusement, je ne pouvais me permettre de vouloir établir quoi que ce soit, chaque fois que je plantais mes crocs dans un cou, la victime se retrouvait vidée de son sang... D'une certaine façon, j'enviais les autres vampires, ceux qui savaient se maîtriser mais jamais je ne l'avouerais à qui que ce soit.
Je tirais sur ma cigarette, le regard posé sur le médaillon qui reposait entre se seins. Si elle était un ancien calice, qu'était devenu son vampire ? Est-ce qu'il l'avait chassée ? Est-ce qu'il était mort ? Mon sire ne m'avait instruit que de ce qu'elle avait jugé nécessaire et malgré le temps passé dans ma vie de vampire, je n'avais jamais chercher à en savoir plus. Ca ne m'intéressait pas vraiment au début et puis la monotonie s'installant, je n'en avais même plus l'envie, c'est donc sur un ton concerné et intrigué que je l'interrogeais...

► Qu'est-il donc arrivé à votre vampire pour que vous vous retrouviez privé de lui ? Il vous trouvait tellement insupportable comme petite souris qu'il vous a mis à la porte ?

Oui, j'ignorais qu'un vampire ne peut survivre sans son calice, c'est idiot mais quand on ne connait qu'une partie des données d'un problème, la solution se révèle toujours fausse... Mon éducation étant faite à moitié, il y avait beaucoup de chose que j'ignorais mais j'étais trop lasse pour m'en soucier. Ce qui arrangeait très bien mon sire sans que je n'eus jamais compris pourquoi.
Broken repenti
avatar
Broken repenti

Messages : 25
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 7 Juin - 19:37
/!\ Présence de quelques insultes /!\


Je vois bien qu'il se moque de moi avec son sourire en coin. Je suis, néanmoins, surprise qu'il ne connaisse pas la signification de mon collier, sinon il ne poserait pas cette question. Est-ce une bonne chose que le Broken ne sache pas ce que veut dire mon collier ? S'il savait, il prendrait sûrement en chasse mes camarades calices. Il m'a l'air bien prétentieux en disant qu'il est le seul vampire dans les parages. Je sais d'expérience que le quartier général des Rules Out ne se trouve pas loin, le nombre de fois où j'y suis allée pour y déloger Sébastian, je connais les lieux comme ma poche. Et puis, si je ne me trompe pas, la boutique de Rhydian est dans les coins, ce qui me fait une double protection, même si je doute de la sincérité de la dernière. Ce lâcheur, ce fourbe, ce... ce.... rat gondin ! Il s'est terré sous son rocher en faisant l'autruche, pris dans sa soi-disant douleur d'avoir perdu un ami. AH ! J'en ris, que devrais-je dire pour ma part d'avoir mon mari, ma moitié, mon vampire ?

Je fais un rictus moqueur à l'homme séduisant... Mauvais, mauvais, Senbi !

"- Vous avez des problèmes de vues alors, mon vieux. Ce quartier est dangereux pour vous et vos fourberies. Mais, je pense que vous le savez, sinon, pourquoi prendre le goûter ici ? Seul un être dénué de bons sens et de neurones viendrait faire un pique-nique dans les ruelles du Queens. Quant à mon 'joli collier', celui-ci détient plus de pouvoir que vous ne lui en donnez. Vous êtes bien ignorant du monde qui est votre à ce que je vois. "

Je me sens presque compatissante envers mon interlocuteur. Devenir vampire, mais ne pas connaître le monde dont on fait partie maintenant. Son Sire n'a évidemment pas fait son travail, mais je ne devrais pas être étonnée, si son sire est un broken comme lui. La plupart d'entres eux n'ont des infants que par mesquineries ou méchanceté. Aurait-il été le même s'il avait eu toutes les cartes en main ? Je me renfrogne sur sa réplique comme quoi je parle plus que je ne réfléchis, enfin, c'est ce qu'il sous-entend. Je ne lui donne pas la satisfaction de répondre à sa moquerie, je vaux mieux que cela.

Je plisse des yeux quand le prédateur me fixe avec beaucoup trop d'intérêt pour que je me sente en sécurité. Or, je ne peux m'empêcher de suivre du regard le mouvement de sa langue sur ses lèvres. Je me demande s'il pense à me mettre sur son menu pour la soirée, malgré qu'il se soit alimenté plus tôt. Son regard se pose une fois de plus sur mon médaillon qui repose sagement sur ma poitrine. Il y a comme une lueur de compréhension dans ses yeux, cela me fait douter, il sait ce qu'il veut dire ? Mais... pourquoi peu de temps avant, il a fait un compliment dessus, mais ne commentant pas son symbolisme.

Je me crispe de douleur, quand il fait allusion à mon vampire et que celui-ci m'aurait mis à la porte, comme un vulgaire objet non-désiré. Je fais fis du "petite souris", tant je tremble de rage et de chagrin. Quelque chose se brise en moi, mon contrôle sûrement. D'un son étranglé, je lui jette dessus ma paire de chaussures, il est assez près pour qu'au moins une le touche au visage.

"- Enfoiré ! Sébastian était plus un homme que tu ne le seras jamais ! Il ne m'a pas mis à la porte, mais des enflures de ton genre l'ont tuer ! Toi et les autres de ton genre, hors-la-loi, devraient crever dans les pires douleurs ! Vous ne méritez pas le nom de vampire, vous n'êtes que des raclures de sangsues, des parasites qui se complaisent dans le vice plutôt que de vivre civilement comme les Anciens et les autres civils !"

Oui, je suis vulgaire, mais je m'en fous, tout ce que je veux, c'est qu'il souffre autant que je souffre depuis la mort de Sébastian. Le fixe, les yeux noirs de rage. Si un regard pouvait tuer, il serait sur le sol grillé comme un grillade oublié sur le barbecue. Je suis à deux doigts de lui sauter dessus et lui refaire le portrait, façon picasso durant sa période du cubisme.

"- Pauvre ignare, même s'il l'avait pu, mon vampire n'aurai pu se séparer de moi, sans signer son arrêt de mort. Les vampires ayant des calices meurent si leur calice décède, après tout, on est leur source de nourriture. Voilà la différence entre des vampires civils et vous ! Eux n'ont pas besoin de tuer pour vivre. "

Je crache au sol, dans un geste très masculin, au niveau de ses pieds comme pour conjurer le malheur.

"- Va, parasite t'offrir à la puissance de Râ, sois miséricordieux et libère nous de ta présence de manière permanente."

Sur ses mots, je lui jette un énième regard mauvais et lui tourne le dos pour aller vers ma voiture, pieds nus, les chaussures oubliées depuis longtemps.
Chat du Désert
avatar
Chat du Désert

Messages : 29
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 7 Juin - 19:39
Après la colère, la voilà moqueuse, j'avais vraiment droit à un échantillon de ce qu'elle pouvait ressentir ? De quoi être flatté surtout quand on en est la source. Elle était bien amusante, ma soirée n'était donc pas une fois encore dédiée à l'ennui...

► Oh je sais très bien où je me trouve, si je suis là, c'est justement parce que c'est moins ennuyeux de chasser par ici... Quoi que pour le moment, tromper mon ennui n'est pas une grande réussite. Cela dit depuis que vous êtes là... C'est bien plus amusant.

Je ne relevais pas son commentaire sur son collier, je l'avais mise en garde mais de toute façon, je n'avais pas besoin d'en savoir plus puisque la guéguerre entre les Anciens et mes congénères ne me concernait pas. J'étais bien plus tranquille ainsi en ne m'en mêlant pas, le seul soucis, c'est que cette tranquillité traîne l'ennui et la lassitude derrière elle... Un soupire m'échappais avant que je ne continue sur ma lancée. Si j'avais su, je me serais contenté de fermer ma bouche, comment aurais-je pu prévoir sa réaction ? Une des chaussure m'atteignit au torse et je ne fis rien pour l'éviter, trop abasourdi par sa réaction si violente. J'avais dit quelque chose qui l'avait visiblement blessée alors que ce n'était pas mon intention, j'ai beau être un "enfoiré" je n'ai jamais pu me résoudre à faire du mal à une femme... La preuve, même quand je les tue, je veille à leur donner du plaisir. Mais là... Et elle mettait le doigt où ça faisait mal. Je me retrouvais dans le même sac que les autres Broken qui avaient tué son vampire, un parasite... Le pire dans tout ça, c'était que je ne tenais même pas un petit peu à la vie, enfin si, un peu, tant que durerait l'espérance de trouver quelque chose qui me la rende un peu intéressante et amusante. Je me sentis à la fois envieux et désolé pour ces vampires qui avaient le droit d'avoir un calice, une personne à prendre soin et qui le leur rendait, quelqu'un avec qui parler... Ce qui était le plus désolant, c'était cette tristesse qui semblait si profonde dans le regard de la jeune femme qui atténua un peu cette envie de connaître ce dont elle avait parlé, cette relation entre un calice et un vampire... Si perdre l'autre était synonyme de mort ou de chagrin sans fond, je n'étais pas certain que ce soit une bonne chose. Je voulus tout de même m'excusez de lui avoir causé cette colère chagrine mais elle ne m'en laissa pas le temps, à peine eut-elle fini de m'invectiver qu'elle s'en allait...

Je ramassais ses chaussures avant de me décider de la suivre et l'arrêtais une fois de plus, allant et osant m'approcher jusqu'à presque la toucher avant de me pencher pour lui remettre ses chaussures aux pieds, lui prenant une cheville après l'autre pour les lui passer tout en parlant...

► Je suis désolé, j'ai parlé sans savoir, je ne voulais pas vous blesser... Le fait est qu'on ne m'a apprit que ce qu'on a jugé bon de m'apprendre. Pour les... ceux de mon espèce, les calices sont inutiles, c'est du moins ce que m'a dit ma maîtresse. A moins qu'on ne puisse atteindre un autre vampire par le biais de son calice...
Je suis également désolé pour votre époux. Je fais de mon mieux pour rester en dehors de ce conflit inter-espèce mais j'ai parlé sans réfléchir.


C'était pas prévu que je joue les idiots sensibles mais je ne peux pas rester sans réagir à la tristesse et la détresse d'une femme, sans doute mon côté charmant qui fait surface de temps en temps parce que sinon, je sais que je suis assez doué pour cacher ce qu'il y a de bon en moi derrière un masque de parfait abruti. C'est plus facile de ne pas rester quand personne ne tient à vous. Cela dit, ça évite aussi d'être retenu quand on en a pas envie...
Broken repenti
avatar
Broken repenti

Messages : 25
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 23 Juin - 13:54
Je dois être tellement pris par mon marmonnage interne que je le laisse m'arrêter et me chausser une fois de plus. Un peu déséquilibré, je m'appuie sur son épaule, sentant les muscles rouler sous le tissu de son haut. Je dois être fatiguée, mais j'ai l'impression de m'appuyer sur un félin, un très gros félin, du genre léopard.

Je ne l’entends plus que je ne le vois, la vue flouté par les larmes qui coulent à grands flots, comme si une digue avait finalement rompu en moi. Je ne comprends pas pourquoi je pleure maintenant, alors qu'à l'annonce de sa mort à son enterrement, je ne pouvais pas pleurer, n'ayant qu'un masque neutre pour montrer ma peine. J'ai essayé de pleurer, hurler ma peine, crier, frapper, mais rien n'a fait, je n'ai pu pleurer, cicatriser. Ma période d'exiler n'a servi à rien, outre que blesser mon entourage pour mon départ précipité.

J'enregistre à peine ces excuses, je me sens presque désolée pour lui, faire face à une femme brisée par la mort de son mari, mais également, à ce que je peux entendre, survivre dans une société qui lui est inconnu. "Maîtresse" ? C'est bien un signe que sa Sire est une broken comme lui, car un vampire civilisé n'utiliserait pas un terme aussi avilissant, préférant "Sire" ou "Père". C'est un terme plus doux et respectueux, marquant le lien entre les deux vampires, car comme un père, l'aîné doit prendre soin et éduqué le plus jeune, comme un père le ferais avec son enfant.

Une fois stabilisé sur mes deux pieds, s'essuient mes yeux avec ma main, étalant mon mascara sur le visage, me faisant ressembler à un croisement entre un raton laveur et un panda, pas très séduisante.

Je le vois se remettre debout, je lève la tête pour le fixer dans les yeux. C'est à mon tour de me sentir désolée pour ce que je lui ai dit. J'ai été injuste envers lui, après tout, ce n'est pas lui qui l'a tué.

"- Heu... Au fait, c'est quoi ton prénom ? Je ne vais pas continué à t'affubler de surnoms aussi horribles que ta coupe de cheveux. Par ma part, je suis Senbi et non pas, 'petite souris' ou autre dérivé, compris ? "

J'essaie de faire un peu d'humour pour faire descendre la pression et essayer de retrouver ma sérénité apparente.

"- Bref, je suis désolée pour ce que j'ai dit, non pas ce que j'ai dit n'est pas vrai, mais plus comme je m'excuse de m'être défoulé sur toi et t'insulter par la même occasion."

C'est vrai, le pauvre, en moins de dix minutes il en a vu de toutes les couleurs avec moi. Et puis, ce n'est pas trop intelligent de ma part, cela aurait été un autre Broken, je serais déjà sur la balance de Maât à attendre mon jugement. Je tente un pâle sourire.

"- Juste à ton vocabulaire et ce que tu m'as dit, je me doute bien que tu n'as pas souhaité ce que tu as subi, et qu'en plus, ta Sire - qui au passage est le terme officiel pour désigner le vampire qui transforme un autre, qui sera son infant - n'a pas fait son travail et non compte pas le faire."

Je lui caresse le bras pour le rassurer.

"- Je ne doute pas que les Broken vois les calices comme inutiles et comme une faiblesse. Après tout, pourquoi se contenter d'une seule source alors que le monde entier est un buffet ? Non pas que je cautionne cela, hein ! Je dis juste que je comprends la logique. Mais un calice est plus qu'une source de nourriture, on est ce qui est de plus cher à un vampire."

Je ferme ma bouche, je ne sais pas si je devrais continuer sur ma lancé, parler de l'importance d'un calice à un broken alors qu'on est un ancien calice. Bonjour l’intelligence. C'est comme une souris qui vante à un chat affamé les méritent de sa chair. Dangereux.

Me voilà face à lui, ma main toujours sur son bras, silencieuse. Que faire maintenant ? Rentrer chez moi et oublier cette rencontre ? L'accompagner au QG et se porter garant pour lui ? Je ne sais pas ce qu'il veut, s'il dit la vérité et s'il en vaut même la peine ?
Chat du Désert
avatar
Chat du Désert

Messages : 29
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 23 Juin - 17:31




La curiosité est un vilain défaut



Premier Intérêt


Loin de moi l'idée de jouer le prince charmant de Cendrillon mais qu'aurais-je bien pu faire avec ses chaussures en main ? Certainement pas me travestir, c'est pas vraiment mon truc. Je n'écoutais pas vraiment ses commentaires que visiblement elle se faisait à elle-même jusqu'à ce que je me relève après l'avoir chaussée et voilà que la curiosité de la belle revenait en force avec... Et bien oui, aussi surprenant que cela paraissait, j'avais droit à des excuses alors que j'avais parler comme un abruti insensible et ignorant. Elle serait pas un peu contradictoire la petite souris ? Ce qui était surprenant en plus du reste, c'était qu'elle me demande mon nom mais peut-être n'était-elle pas fan de musique classique ou qu'elle n'était pas du genre à aller voir un concert d'orchestre philharmonique...

► Sérieusement, vous me demandez comment je m'appelle ? Vous n'allez pas souvent voir les représentations de l'orchestre philarmonique, vous, hein ?... Leonard Laugthon mais vous pouvez m'appeler Len, c'est plus court et je préfère, enchanté, Senbi.

Mais la "petite souris" me plaisait bien comme surnom, assez pour le mettre de côté dans un coin de ma tête prêt à ressortir à la première occasion.

► Ce n'est pas la peine de vous excusez, on a peut-être pas élever les souriceaux ensemble mais je ne me suis pas montré particulièrement plus charmant que vous en parlant sans rien savoir. Disons qu'on est quitte et restons-en là, d'accord ?

Après tout on s'était blessé mutuellement même si je n'avais pas fondu en larme comme la demoiselle alors autant remettre les compteurs à zéro... Un doute me vint à cette curieuse idée... Remettre les compteurs à zéro ? Pourquoi faire ? Normalement, j'aurais dû simplement l'éliminer pour qu'elle ne parle pas de ce qu'elle avait vu, jamais chercher à la consoler ou à repartir sur de bonnes bases. Il ne devrait plus y avoir d'avenir pour elle à l'heure qu'il était et elle était toujours là sans que je ne parvienne à me décider de lui régler son compte. Je ne cherche pas spécialement les éloges ou à faire bonne figure mais je ne parvenais pas à faire ce qu'il fallait, ce que j'aurais dû faire sans me poser de questions... Elle m'avait sans doute trop perturbé par ses larmes, oui, ce devait être ça...
J'écoutais son discours sur mon éducation, le fait que je n'avais pas souhaité être ce que j'étais et qu'en plus ma "Maîtresse" ou plutôt ma Sire, n'avait pas fait son boulot, chose que je savais déjà. Et elle enchaîna avec les Calices... Il suffit de cela pour raviver cette envieuse idée que les vampires normaux avaient bien de la chance...

► Je ne suis pas certain de comprendre... Quel est l'intérêt d'avoir un calice si c'est pour s'afficher une cible sur le dos ? Si comme vous le dites, il ne s'agit pas juste de nourriture et vu votre réaction à mes propos inconsidérés, prendre un calice ou un vampire est plutôt une mauvaise chose, non ? J'veux dire, à part ne plus être entièrement seul, je ne vois que des inconvénients...

Finalement, je me montrais aussi curieux qu'un jeune de chat livré à lui-même... Ce qu'elle venait de me dire avait allumé la flamme de la soif de connaissance et pas pour le compte des Broken, après tout, je n'en étais un que de nom et non par conviction mais bien parce que je voulais en savoir plus, savoir ce que je ratais à rester dans mon ignorance et connaître ce qu'on ne m'avais pas appris, ce qui avait manqué à mon éducation...




© Jawilsia sur Never Utopia


Broken repenti
avatar
Broken repenti

Messages : 25
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 4 Oct - 19:31
La curiosité est un vilain défaut
Leonard & Senbi

Il avait l’air choqué que je ne connaisse pas son nom. Orchestre philharmonique ? Non, moi et le classique cela fait deux, c’est comme essayer de mettre à chat à l’eau, ce n’est pas compatible. Je préfère ce qui bouge, là où je peux me défouler, comme du rock. Je suis fan de Queens, ACDC, Ramstein ! Ça, ça c’est de la musique ! Pas la nianniantise de classique, ma culture dans ce domaine s’arrête à quelques noms : Schubert, Lully, Beethoven, bref, ceux qu’on apprend à l’école ou qu’on entend durant les sonneries d’attentes.

Leonard ? Oh le pauvre, il n’est pas gâté d’avoir un tel prénom en plus d’avoir des cheveux en ébouriffé. Niark, il veut qu’on l’appel Len ? Eh bien, il est tombé sur un os avec moi. Il peut se brosser les quenottes pour que j’accède à sa demande. Après tout, ses parents l’ont nommé Leonard, ce n’est pas pour qu’on le réduise, ce n’est que rendre justice à leur choix.

« - Eh bien Leonard, enchanté de te rencontrer, surtout dans de telles circonstances. Et non, je ne vais pas voir de représentation de classique, je n’ai pas de problème d’insomnie, donc je ne vois pas pourquoi j’irai me tourner les pouces à un de ses trucs. A la rigueur, j’irai bien voir un opéra ou une comédie musicale, telle Aicha ou le fantôme de l’Opéra.»

J’appuie bien sur son nom à rallonges pour le titiller. Je le regarde, les yeux légèrement écarquillés en l’entendant demandé à remettre les compteurs à zéro. Je hoche de la tête, je veux bien qu’on oublie tout.

Je fais quelque pas en direction de ma voiture pour changer de chaussure, dans mon coffre, j’ai toujours des ballerines. Je mets également le reste de mes affaires et ferme ma voiture. Je m’assois sur le capot de ma mini cooper, faisant face à Leonard. Je tombe presque de mon perchoir en entendant ses questions. QUUEEEWWAAAA !!!!! Je me jette à terre, me tenant face à lui, les mains sur les hanches, prête à passer en mode « professeur ».

« - Leonard, tu tiens ses propos car tu n’as pas été élevé correctement, qu’on t’a éduqué que dans un sens. Un vrai vampire sait les avantages et les inconvénients d’avoir un calice. Tous en n’ont pas, certains préfèrent la compagnie d’autre vampire. Un lien vampire-calice est sacré, cela évite au vampire d’avoir à chasser, d’avoir une sorte de garde-manger à domicile. C’est comme un couple, sauf que le vampire dépend plus de son conjoint. Mais cela fait également la force du vampire, qui étant nourri quotidiennement est plus fort qu’un broken qui se chasse. Le sang d’un calice est plus nourrissant qu’un sang normal. »

Je prends une grande respiration pour éviter de m’évanouir à défaut d’oxygène dans le sang. Je défais mon chignon et y passe une main, essayant de diminuer le tiraillement.

« - Je comprends qu’il y a des inconvénients, comme tu le dit, on est la cible d’un vampire, son point faible ultime. Mais, le jeu n’en vaut-il pas la chandelle ? Après tout, hormis les brokens, aucun vampire civilisé ne porteront la main sur un calice. Après, si tu veux en savoir plus sur la société, d’un point de vue non corrompu, je peux t’aider avec quelques livres en la matière et t’enseigner oralement. »

Je ne sais pas trop pourquoi je fais cela, normalement, je devrais prévenir un RO que je suis en compagnie d’un broken, mais au fond de moi, je ne veux pas le voir mort. Son air de chiot curieux m’a touché, et puis, il ne m’a pas l’air méchant, il est un broken par défaut, on ne lui a pas demandé s’il voulait être transformé, et puis, on ne l’a pas éduqué comme il le faut.


Emi Burton
Chat du Désert
avatar
Chat du Désert

Messages : 29
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Sam 10 Oct - 16:42




La curiosité est un vilain défaut



Premier Intérêt


D'accord, la p'tite dame n'était visiblement pas portée sur la musique classique, pourtant c'est la base de toutes les musiques quelque soit celle qu'elle peut aimer. Je pourrais bien lui en donner la preuve mais je n'avais pas mes instruments avec moi, elle attendrait pour se rendre compte de son erreur et moi pour jubiler de son expression médusée quand elle se rendrait compte que j'avais raison. Au moins ça prévoyait quelques bons moments... Heu... Quand est-ce que j'ai prévu de la revoir, moi ? Y a vraiment quelque chose qui tourne pas rond chez moi. Mais franchement ! Qui a besoin d'avoir des problèmes d'insomnie pour écouter de la musique classique !
Argh et pourquoi faut-il qu'elle m'appelle par mon prénom entier ?! Je viens de lui dire que je préférais mon diminutif, ça m'apprendra, la prochaine fois, je ne me présenterai uniquement que comme "Len Laugthon" et pas autrement !!!
Enfin, le principal je suppose, c'est qu'elle se soit calmée et... ça valait bien la peine que je m'ennuie à la rechausser si elle change de chaussure. Elle est vraiment contradictoire, celle-là, y a pas à dire, j'ai tiré le gros lot ! Elle est visiblement décidée à me faire grincer des dents !

Histoire de ne pas céder au réflexe qui m'avait fait défaut au moment où je m'étais rendu compte de sa présence, je préférais me concentrer sur cette histoire de calice. Je n'en voyais pas l'utilité si c'était juste un moyen plus sûr de se placarder une cible dans le dos mais apparemment, j'étais à côté de la plaque parce qu'elle m'expliqua un truc vraiment intéressant... Le sang d'un calice est plus nourrissant qu'un sang "normal"... La solution de facilité était de me trouver un calice déjà "créer" et de le pomper jusqu'à plus soif histoire de ne pas me retrouver enchaîner à un boulet qui mettrait ma vie en danger si qui que ce soit tentait de m'attraper mais quelque part, je ne suis sans doute pas assez mauvais pour ça. Après tout, je n'avais pas encore tuer la petite souris qui avait glisser son nez là où il ne fallait pas pendant que je me nourrissais. J'en étais là de mes réflexion quand elle reprit avec une proposition à laquelle je ne m'attendais pas le moins du monde... Le fait que je ne lui ai pas encore sauter à la gorge devait sans doute jouer pour qu'elle en parle, à moins qu'elle ne croit réellement pouvoir "m'éduquer"... Est-ce que c'était encore possible à mon âge ? Hm... Sans doute que oui puisque j'étais toujours sujet à des envies dévorantes de savoir ce que je ne savais pas mais bon, ce qu'elle me proposait, ce n'était pas seulement le savoir, j'avais de fortes chances de me retrouver avec des travaux pratiques qui m'obligerait à modifier mon régime alimentaire... Est-ce que j'en avais envie ? Je pris le temps d'y réfléchir, ne rejetant pas tout de suite l'idée... L'image de sa propre dévastation refit son apparition dans mon esprit et c'est ce qui me poussa à répondre...

► J'ignorais qu'il existait des livres sur la question, ceci dit, Est-ce que c'est bien raisonnable de me faire une telle proposition alors que je pourrais très bien vous sauter au cou quand l'envie m'en prend ? On se connait à peine pour ne pas dire pas du tout et vous seriez prête à m'accorder votre confiance au point de passer assez de temps en tête à tête avec moi juste pour m'apprendre à être plus "civilisé" ? Je ne suis pas certain de comprendre, est-ce que c'est un piège ? En fait vous compter me livrer aux Rules Out à la première occasion, c'est ça, hein...




© Jawilsia sur Never Utopia


Broken repenti
avatar
Broken repenti

Messages : 25
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 28 Fév - 16:36
La curiosité est un vilain défaut
Léonard & Senbi

Je ne sais pas trop comment réagir avec lui. Il marque un point après tout, pourquoi est ce que je lui propose les livres, qui sont normalement réservés aux Infants civilisés, à un broken qui peux retourner ses informations contre nous. Mais, quelques choses en lui fait appel à mon sixième sens, mon sens féminin qui me dit qu'il n'est pas du genre à ce type de bassesse. Comme il l'a dit, il n'a pas eu le choix dans sa transformation, qu'il tue simplement parce qu'il ne sait pas faire autrement. Sa sire lui a enlever son choix et le maintien dans l'ignorance.

Ce que je fais est soit suicidaire, soit stupide, mais merde quoi ! J'ai envie de lui offrir une seconde chance en l'éduquant comme sa sire aurai du le faire. Et puis, si je plaide auprès de Julian, il pourra peut être le mettre en 'famille d'accueil' ou l'envoyer à l'académie pour qu'il soit éduqué et devienne un vampire respectable.

Par automatisme, je me met debout, tend la main pour la poser sur son bras, prenant le risque de me faire rejeter. Ce qu'il dit est vrai, il peut se jeter sur moi et ne faire qu'une bouché, je ne peux pas résister.

"- Leonard, si vous vouliez me vider de mon sang, vous l'auriez fait depuis le début, et non pas jouer au chat et à la souris. Mais si vous le faites, gardez à l'esprit que mon corps doit disparaître, car si un de nos policiers me retrouve exsangue, il ne mettra pas longtemps à remonter à vous grâce à son odorat. Même si je suis une ancienne calice, j'ai encore l'immunité de notre société et me tuer, c'est signer votre arrêt de mort. Non pas que je vous incite à me tuer !!! J'aime mon sang là où il est, dans mes veines."

Je me tape mentalement le front, j'ai l'impression de jouer à cap ou pas cap avec lui, sauf que là, ce serai "Es-tu cap de me manger ?". Je remonte lentement ma main, allant jusqu'à la poser sur la poser sur sa joue, je ne sais pas ce qui me pousse à le faire, mais je le fais.

"- Mon cher, je ne sais pas pourquoi, mais je te fais confiance, enfin, un peu. Mais... comment le dire, quelque chose en toi fais que je me dois te laisser une seconde chance. Et puis, c'est presque mon devoir d'éduquer le païen que t'es. Ne me demande pas pourquoi, car je ne pourrais pas te répondre. Et puis, qu'est ce que tu as à perdre en me laissant te donner les bases qu'on ne t'as pas donné ?"

Je me recule pour lui la place de réfléchir à ma folle proposition. Je croise mes bras pour éviter de retourner lui faire un câlin, il a un air de petit enfant abandonné, ou de chaton mouillé, bref, irrésistible.... IRRESISTIBLE ????? Bon dieu, ma petite Senbi, va tirer ton coup pour éviter de penser à de tel connerie, ce n'est ni le moment ni l'endroit... quoique, on est tout les deux dans un parking sombre... Vilaine Senbi, on ne fantasme pas. Je sens mes joues s'échauffer, je m'empresse de les cacher pour éviter que Leonard ne les vois.

"- Je ne te livrerais pas aux Rules out, du moins pas pour l'instant, car à un moment donné il faudra que je signale ta présence aux autorités compétentes pour qu'on ne te tue pas."

Emi Burton
Chat du Désert
avatar
Chat du Désert

Messages : 29
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 29 Fév - 11:56




La curiosité est un vilain défaut



Premier Intérêt


Elle a de la répartie la p'tite dame et sa façon de jouer avec moi me plait beaucoup, là où d'autres auraient pris leur jambes à leur cou, elle restait là à me faire une proposition dont je suis certain, les membres de sa société civilisée auraient considéré comme plus qu'indécente, bien que ça n'ai rien à voir avec la définition qu'on en donne généralement. C'était un défis qu'elle me lançait, serais-je capable d'accepter son offre ou aurais-je trop peur de m'y risquer ?
Heureusement pour elle que l'ennui a tué la peur que je pouvais ressentir depuis bien longtemps... J'allais finir par accepter quand elle reprit la parole en posant sa petite main sur mon bras. Prudent, j'observais cette main tout en l'écoutant, on est jamais trop prudent à vrai dire. Ses paroles ne faisaient que mettre en évidence le fait que premièrement, j'avais, semblait-il, assez de retenue pour ne pas lui avoir déjà sauté à la gorge et deuxièmement, que je n'avais aucun intérêt à lui prendre la vie. Je jouais à chat avec les Rules depuis assez longtemps pour savoir qu'ils se rapprochaient toujours un peu plus de moi et qu'un jour, je ne couperais pas à une exécution en bonne et due forme, c'était ce qui valait le coup de les provoquer mais ne seraient-ils pas encore plus acharnés si je venais à m'en prendre à une de leur protégée ? Il était possible que j'aimais jouer avec le feu au point de laisser penser que j'avais des tendances suicidaires mais pas à ce point. Intéressant... Il était certain que je ne risquais pas de m'ennuyer avec elle...

À peine eut-elle terminé son petit laïus sur ses protecteurs qu'elle enchaînait avec son envie de m'éduquer pour une raison qu'apparemment elle ne comprenait pas elle-même. Je n'entendis rien d'autre, trop surpris pas son audace lorsqu'elle avait remonté sa main jusqu'à ma joue provoquant chez moi une réaction des plus incontrôlables, redressant les yeux vers les siens, aussi rond que le goulot d'une bouteille... J'ignorais ce qui me surprenait le plus, le fait qu'elle ose des gestes que nulle autre, connaissant ma nature, n'aurait osé ou le fait qu'elle insistait en me faisant croire que mon cas n'était pas désespéré. À la réflexion, le geste m'avait sans doute le plus ébranlé... Qu'est-ce que j'avais à perdre ? c'était la question qu'elle m'avait posée et d'un premier abord, je n'avais semblait-il rien à perdre puisqu'en dehors de la musique, ma vie était à périr d'ennui, au moins m'offrait-elle une distraction mais le tout était de savoir si j'en voulais... Elle se recula et la chaleur de sa main me manqua, aussi incompréhensible que ce soit mais je ne m'arrêtais pas à cela, j'avais besoin de peser le pour et le contre, de prendre une décision réfléchie, après tout, c'était de mon avenir dont il s'agissait et on ne rigole pas avec ces choses là.

Je détournais le regard, le fixant à côté d'elle, dans le vague le temps de réfléchir sérieusement à la question... Il était établi qu'en devenant civilisé, je n'aurais plus à regarder par dessus mon épaule par crainte de voir débarquer les Rules mais que se passerait-il une fois mon éducation terminée ? Elle était amusante, intéressante et la peine démesurée dont elle avait fait preuve un peu plus tôt me donnait toujours envie de lui offrir ma protection même si je devinais aisément qu'elle ne l'accepterait pas, par fierté. Ainsi donc après cette éducation qu'elle m'offrait, il était fort possible qu'on reparte chacun de son côté, suivant une route différente où je retomberais presque certainement dans l'ennui... Était-ce un frein au fait d'accepter ce qu'elle m'offrait ? Certes non, il ne tenait qu'à moi à ne pas retomber dans les travers qui m'avaient conduit à m'ennuyer chaque jour et puis en passant cette frontière entre "Broken" et "Civilisé", peut-être trouverais-je autre chose même si j'ignorais quoi... Ma décision prise, je relevais la tête pour la regarder dans les yeux, me redressant un peu comme quand j'étais gamin devant le proviseur de mon école...

► D'accord... J'accepte ta proposition mais à une condition. Tu seras mon unique professeur, personne d'autre à part nous deux...

Cette condition était sortie toute seule sans que je n'y songe vraiment, j'en étais aussi surpris moi-même qu'elle devait l'être. Avec un peu de recule, cela semblait censé... si elle me faisait confiance, au moins "un peu" comme elle le disait si bien, elle devrait le prouver en se retrouvant chaque fois seule avec le vampire que j'étais, avec ses propres compétences pour défense si les choses venaient à déraper. Après tout, quelque part, c'était ma vie que je plaçais entre ses mains, il me semblait juste qu'elle en face de même...




© Jawilsia sur Never Utopia


Broken repenti
avatar
Broken repenti

Messages : 25
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 29 Fév - 12:03
Leonard Laugthon a écrit:




La curiosité est un vilain défaut



Premier Intérêt


Elle a de la répartie la p'tite dame et sa façon de jouer avec moi me plait beaucoup, là où d'autres auraient pris leur jambes à leur cou, elle restait là à me faire une proposition dont je suis certain, les membres de sa société civilisée auraient considéré comme plus qu'indécente, bien que ça n'ai rien à voir avec la définition qu'on en donne généralement. C'était un défis qu'elle me lançait, serais-je capable d'accepter son offre ou aurais-je trop peur de m'y risquer ?
Heureusement pour elle que l'ennui a tué la peur que je pouvais ressentir depuis bien longtemps... J'allais finir par accepter quand elle reprit la parole en posant sa petite main sur mon bras. Prudent, j'observais cette main tout en l'écoutant, on est jamais trop prudent à vrai dire. Ses paroles ne faisaient que mettre en évidence le fait que premièrement, j'avais, semblait-il, assez de retenue pour ne pas lui avoir déjà sauté à la gorge et deuxièmement, que je n'avais aucun intérêt à lui prendre la vie. Je jouais à chat avec les Rules depuis assez longtemps pour savoir qu'ils se rapprochaient toujours un peu plus de moi et qu'un jour, je ne couperais pas à une exécution en bonne et due forme, c'était ce qui valait le coup de les provoquer mais ne seraient-ils pas encore plus acharnés si je venais à m'en prendre à une de leur protégée ? Il était possible que j'aimais jouer avec le feu au point de laisser penser que j'avais des tendances suicidaires mais pas à ce point. Intéressant... Il était certain que je ne risquais pas de m'ennuyer avec elle...

À peine eut-elle terminé son petit laïus sur ses protecteurs qu'elle enchaînait avec son envie de m'éduquer pour une raison qu'apparemment elle ne comprenait pas elle-même. Je n'entendis rien d'autre, trop surpris pas son audace lorsqu'elle avait remonté sa main jusqu'à ma joue provoquant chez moi une réaction des plus incontrôlables, redressant les yeux vers les siens, aussi rond que le goulot d'une bouteille... J'ignorais ce qui me surprenait le plus, le fait qu'elle ose des gestes que nulle autre, connaissant ma nature, n'aurait osé ou le fait qu'elle insistait en me faisant croire que mon cas n'était pas désespéré. À la réflexion, le geste m'avait sans doute le plus ébranlé... Qu'est-ce que j'avais à perdre ? c'était la question qu'elle m'avait posée et d'un premier abord, je n'avais semblait-il rien à perdre puisqu'en dehors de la musique, ma vie était à périr d'ennui, au moins m'offrait-elle une distraction mais le tout était de savoir si j'en voulais... Elle se recula et la chaleur de sa main me manqua, aussi incompréhensible que ce soit mais je ne m'arrêtais pas à cela, j'avais besoin de peser le pour et le contre, de prendre une décision réfléchie, après tout, c'était de mon avenir dont il s'agissait et on ne rigole pas avec ces choses là.

Je détournais le regard, le fixant à côté d'elle, dans le vague le temps de réfléchir sérieusement à la question... Il était établi qu'en devenant civilisé, je n'aurais plus à regarder par dessus mon épaule par crainte de voir débarquer les Rules mais que se passerait-il une fois mon éducation terminée ? Elle était amusante, intéressante et la peine démesurée dont elle avait fait preuve un peu plus tôt me donnait toujours envie de lui offrir ma protection même si je devinais aisément qu'elle ne l'accepterait pas, par fierté. Ainsi donc après cette éducation qu'elle m'offrait, il était fort possible qu'on reparte chacun de son côté, suivant une route différente où je retomberais presque certainement dans l'ennui... Était-ce un frein au fait d'accepter ce qu'elle m'offrait ? Certes non, il ne tenait qu'à moi à ne pas retomber dans les travers qui m'avaient conduit à m'ennuyer chaque jour et puis en passant cette frontière entre "Broken" et "Civilisé", peut-être trouverais-je autre chose même si j'ignorais quoi... Ma décision prise, je relevais la tête pour la regarder dans les yeux, me redressant un peu comme quand j'étais gamin devant le proviseur de mon école...

► D'accord... J'accepte ta proposition mais à une condition. Tu seras mon unique professeur, personne d'autre à part nous deux...

Cette condition était sortie toute seule sans que je n'y songe vraiment, j'en étais aussi surpris moi-même qu'elle devait l'être. Avec un peu de recule, cela semblait censé... si elle me faisait confiance, au moins "un peu" comme elle le disait si bien, elle devrait le prouver en se retrouvant chaque fois seule avec le vampire que j'étais, avec ses propres compétences pour défense si les choses venaient à déraper. Après tout, quelque part, c'était ma vie que je plaçais entre ses mains, il me semblait juste qu'elle en face de même...




© Jawilsia sur Never Utopia


Broken repenti
avatar
Broken repenti

Messages : 25
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 29 Fév - 15:15
La curiosité est un vilain défaut
Léonard & Senbi


J’avais bien remarquer que mon touché l’a troublé, mais je l’ai fait sans réfléchir, presque comme pour le réconforter, de quoi, je ne sais pas.
Je reste appuyer contre ma mini pour qu’il réfléchisse en paix et qu’il ne sente pas pris au piège ou comme si je l’étouffais, c’était une réprimande que Sébastian me faisait souvent, de trop le couver et d’être trop étouffante. J’ai pris sur moi pour lui laisser plus d’espace, mais avec beaucoup de difficultés.

Je souris de toutes dents quand il répond par l’affirmative à ma requête, je vais pouvoir faire de lui ce qu’il aurait toujours dû l’être. Un vampire civilisé, qui se concentre uniquement sur sa musique, et non pas sur sa survie, toujours à lutter avec ses instincts, se demander quand les Ro lui tomberont dessus pour l’exécuter comme un parasite. Avant de le rencontrer, cela ne m’aura pas dérangé ou venue à l’esprit que certains broken sont tués simplement pour ce qu’ils sont, qu’on ne leur donne pas une seconde chance. Peut-être que je devrais en parler avec Julian, de réhabiliter les broken qu’on a tourné contre leur volonté et qu’on n’a pas éduqué comme il le faut.

Je le vois bien hésiter, je le comprends, c’est un grand pas vers l’inconnu avec une étrangère, qui d’un mot pourrait le faire tuer. Ce n’est pas l’instinct qui parle, mais le bon sens. S’il avait dit ‘oui’ sans avoir pris le temps de réfléchir, je me serais posée des questions sur son intelligence.
Je l’écoute tranquillement, le cœur qui manque un battement quand il accepte mais avec une condition, et quelle condition. A cet instant, c’est moi qui hésite, il a raison, mais de nous deux, c’est moi qui risque plus mon cou que lui. Car, en tête à tête dans une salle, c’est lui qui aura le dessus s’il vient à me sauter dessus, alors qu’il me faudra du temps pour appeler des secours, même si je peux prévoir un piège.

Finalement, je hoche de la tête, puis, je me retourne, ouvre la portière et plonge vers l’autre côté pour atteindre mon sac, farfouiller et avec une exclamation de joie, je sors une de mes cartes de visites et un stylo. Je me retourne vers lui avec un grand sourire.

« - Bien, j’accepte ta condition, seulement si on retrouve dans un lieu public. Je veux dire, sur un terrain neutre. Mais je ne vais pas pouvoir t’éduquer comme ta Sire aurai dû le faire, je peux t’expliquer les bases, les castes de notre société et tout ce qui se rapporte aux calices. Pour ce qui est de la condition même d’un vampire, il faudra que je fasse appel à un ami vampire. Mais plus tard, quand tu seras plus à l’aise. »

Je me penche sur le capot et y inscrit mon numéro de portable privé sous le numéro professionnel, puis, je lui tends la carte.

« - Voici ma carte, si tu as besoin de quelque chose, ou si tu changes d’avis. Avant qu’on ne se donne un rendez-vous, prend bien le temps de réfléchir. Appel moi demain ou après-demain pour me donner ta réponse. Comme cela, j’aurai le temps de préparer le plan de la leçon. »

Ce laps de temps me permettra également de me préparer mentalement à une future rencontre entre nous. Après tout, ce n’est pas tous les jours qu’on risque de se retrouver seul avec un broken, même si celui-ci ne vous pas encore sauter à la gorge.

Emi Burton

Chat du Désert
avatar
Chat du Désert

Messages : 29
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 29 Fév - 16:11




La curiosité est un vilain défaut



Premier Intérêt


Je déportais mon poids sur une jambe, passant mes mains dans mon dos alors qu'elle contrait ma condition en l'acceptant à moitié. Je lui demandais des leçons en tête à tête et elle me répondait "oui mais dans un lieu publique"... J'aurais dû préciser ma version du tête à tête mais en même temps, je devais reconnaître qu'au moins elle n'était pas idiote ou suicidaire parce que j'étais prêt à parier qu'il viendrait un moment où elle me forcerait à diminuer ma "consommation" et que ce serait sans doute difficile. Il arriverait donc un moment où je friserais la faim incontrôlable. En étant dans un lieu publique, elle diminuait les chances que je lui saute dessus. Ce qui m'ennuyait le plus, c'était qu'elle prévoyait déjà de me refiler à un autre professeur "quand je serai plus à l'aise"... J'avais pourtant bien préciser que je ne voulais qu'un seul professeur. Après tout que pouvait-il y avoir à apprendre de plus sur la nature des vampires ? On se nourrit de sang, on supporte à peine le soleil et on dort peu... Je ne voyais pas ce qu'il y avait de plus à apprendre à ce niveau là mais ce serait une chose que l'on verrait plus tard... Pour le moment, je me contentais de prendre sa carte que je pris le temps de lire avant de la ranger précieusement dans mon portefeuille avant de lui sortir la mienne...

C'est pas tout d'être musicien dans un orchestre, on peut parfois se retrouver sans travail entre deux représentations et il fallait payer le loyer... Avoir sa carte professionnelle sur soi est toujours utile. La mienne était relativement simple, un bout de papier cartonné où était simplement imprimer dessus mon nom complet ainsi que mon numéro de portable avec la simple mention "joignable à tout moment". Il n'y avait que le message de ma boîte vocale qui différait selon si j'étais déjà engagé ou non. Bref, je la lui tendis en échange de la sienne...

► Etant donné qu'on ne sait pas ce que l'avenir nous réserve, autant que tu prennes la mienne également... Je ne suis pas le seul susceptible de changer d'avis ou d'avoir un empêchement de dernière minute...

Je remarquais seulement que j'en étais passé au tutoiement. Bah, ce n'était pas si grave, elle me tutoyait bien depuis le début après tout. Je rangeais mon portefeuille sans la quitter des yeux, jaugeant plus ou moins ce qu'elle allait faire une fois rentrée chez elle. Soit elle s'empresserait d'appeler les Rules pour me donner à eux avec pour preuve le cadavre encore chaud qui gisait dans la ruelle, soit elle se contenterait de respecter sa parole même si elle se sentirait obligée de parler du corps. La confiance, c'est pas ce qu'il y a de plus facile à donner, surtout dans mon cas et le fait qu'elle soit une femme ne plaidait pas en sa faveur, après tout, toutes celles qui étaient entrées dans ma vie n'avait été que des déceptions. Ma mère d'abord, ma sire ensuite... Mon instinct me disait de filer et de simplement disparaître de circulation pendant un moment, comme si j'étais pris au piège de ma propre volonté mais qu'il me restait une porte de sortie. Si d'ordinaire j'écoute mon instinct, cette fois-ci je décidais de m'en passer. Pour accorder sa confiance, il faut au moins donner sa chance à l'autre de faire ses preuves et je comptais bien lui en donner l'occasion. Finit la rigolade, à présent...

► Je crois qu'il est temps qu'on se quitte à présent... Tout est dit, je t'appellerai sans doute après demain pour convenir d'un lieu pour la première leçon. Rentre chez toi, petite souris mais fait attention aux vilains monstres qui se cachent dans le noir, je serais triste de perdre mon professeur avant même ma première leçon de savoir vivre...

Un peu ironique, c'est vrai mais je ne pouvais pas faire autrement que la provoquer, ses réactions étaient si naturelles et intéressantes qu'elles ne manqueraient pas de chasser mon ennui pour le jour à venir pendant lequel je comptais me terrer chez moi pour travailler une composition... un sourire volontairement provoquant sur les lèvres, je lui fis une révérence impeccable avant de la quitter... Enfin, pas vraiment, je me cachais dans un recoin sombre de la ruelle pour l'observer sur le départ, que je m'assure qu'elle n'allait pas déjà trahir la confiance encore fragile que je m'étais obstiné à lui accorder en attendant de savoir si j'avais eu raison ou tord de le faire...



© Jawilsia sur Never Utopia


Broken repenti
avatar
Broken repenti

Messages : 25
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 24 Aoû - 1:28
La  curiosité est un vilain défaut
Léonard & Senbi


Je prends sa carte distraitement et la range dans mon porte-monnaie à côté des autres que je reçois régulièrement. Mais celle-ci finira sur mon bureau, bien en vus pour ne pas la perdre et avec la motion « l’affreux » dessus, pour me souvenir à qui elle appartient, même si je retenais facilement qui est ce Leonard Laughton.

Je me demande encore qu’elle mouche m’a piqué en lui proposant une telle chose, que penserait Sébastian s’il savait ce que je faisais, offrir d’éduquer un broken à nos traditions. Pas une seule fois, j’ai pensé que cela peut être une ruse, un piège de la part de cet homme. Et puis, que va-t-il faire de ces connaissances ? Il va les mettre à profit pour décimer mes compères calices ? Vendre les informations au plus offrant ?

Je vais voir le moment venu, mais je sais que je ne vais pas commencer par lui parler des calices et autres humains dans le secret. Peut-être que je dois apporter le livre qu’on donne au nouveau-né avec les lois, sanctions et autres acteurs de la société. Tellement prise que j’ai failli manquer ce qu’il me dit. Je lève la tête en clignant des yeux comme un hibou et lui sourit, face à son inquiétude.

« - Je te remercie Leonard pour ta sollicitude, je vais faire attention durant mon retour, mais il y a peu de chance que je tombe sur un deuxième broken dans la même nuit. Je suis à ma voiture, et mon appartement est très bien gardé, je ne risque rien. »

Je ne vais pas non plus lui révéler mon domicile, ou que la résidence où se trouve mon appartement appartient à Julian, et qu’il y a exclusivement des vampires, seuls ou en couples. Néanmoins, je rentre dans ma voiture, allume le contact pour pouvoir ouvrir la fenêtre, une fois fait, je ferme ma porte. Je m’amuse de sa révérence, puis repars une fois que je le vois disparaître. Je ne laisse derrière moi, que le silence et mes baguettes sur le sol.


Emi Burton
Chat du Désert
avatar
Chat du Désert

Messages : 29
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gène-V :: Rues & Ruelles-