NC-18
 
AccueilCalendrierPublicationsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Le forum est en pause indéterminé pour un remaniement en vue d'une V3. Inscriptions fermées, partenariats ouverts.

Un séjour à l'hôpital [Terminé]

 :: Zone HRP :: Archives Rp's Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 16 Juin - 10:35
Cela faisait combien de temps que je me trouvais dans cet hôpital ? Une journée ? deux jours ? Trois ?Une semaine ? je ne savais plus, mais je m’ennuyais ferme. Donc oui on pouvait dire que j’allais bien mieux ! Je me souviendrais toujours du soir , j’ai été transporté ici, Rhydian avait été si doux et si prévenant, que je n’avais même pas eu peur quand on m’avait fait des batteries de tests sans lui. Quant à Train, je lui devais beaucoup en quelques jours, je me sentais en pleine forme !Je me sentais tellement bien que je me fusse mise à marcher ou du moins à essayer de marcher avec les béquilles… Oui, je sais, j’avais dit que je me sentais bien, mais j’ai toujours le pied dans le plâtre et ce n’était pas facile de marcher avec.

J’avais aussi toujours une perfusion, celle qui contenait mes médicaments que je déplaçais tout en utilisant les béquilles. Je sais que Rhydian aurait voulu être avec moi en ce moment même, mais étrangement cela faisait deux jours que je ne le voyais pas, autant la nuit que le jour et je m’en inquiétais énormément. De plus personne pas même train n’avait répondu à mes questions. J’en profitai pour lui dire que je ne voulais pas qu’il dise à Rhydian que je me déplaçais seule dans les couloirs, je sais, c’était puéril, mais je voulais lui en faire la surprise moi-même. D’autant plus que cela ne faisait qu’une heure où je f presque librement dans les couloirs. Rester enfermé durant des jours dans une chambre était pour moi un vrai calvaire, il fallait que je bouge ! même si je risquais de perdre un peu l’équilibre. Là tout ce qu’elle voulait c’était aller à l’accueil pour y attendre un peu Rhydian . mais je me doutais bien qu'il serait un peu inquiet de me voir ainsi seule. Je voulais juste lui faire la surprise dès qu'il mettrait un pied dans l'hopital.
Rhydian's Heart
avatar
Rhydian's Heart

Messages : 178
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 16 Juin - 10:39





Un séjour à l'hôpitalDécision importante



Quelques jours après l'attaque subie par Aëlys...

J'étais resté autant de temps que possible avec Aëlys à l'hôpital, jusqu'à ce qu'elle aille vraiment mieux. J'avais essayé de la distraire mais sans grand succès. Il faut dire qu'un hôpital est pas vraiment fait pour se divertir. J'étais resté avec elle nuit et jour, veillant jalousement sur elle et encore plus quand c'était un infirmier qui s'occupait de remplacer sa perfusion ou qui venait faire ses soins. Puis j'avais dû reprendre le boulot... J'avais passé les journées enfermé dans mon atelier pour rattraper le retard accumulé, ne dormant qu'une ou deux heures par jour et la nuit, je me joignais systématiquement à une des équipes des R.O. en espérant repérer l'agresseur d'Aëlys. Je m'étais mis à passer moins de temps avec elle, obnubilé par le simple fait de retrouver le vampire qui avait agresser mon petit mystère et l'empêcher de finaliser le lien qu'il avait entamé avec elle, l'empêcher de la retrouver et le mettre en pièce pour ce qu'il lui avait fait. L'inquiétude ayant diminué, c'était la rage qui prenait le pas sur tout le reste, une colère si froide que je préférais qu'elle ne me voit pas ainsi. Je n'ai sans doute jamais été aussi lucide, subjectif, certes mais lucide. Pour l'instant, je ne cherchais qu'à localiser le Broken ─ parce que nulle doute que s'en était un ─ pour le retrouver le plus rapidement possible une fois que j'aurais la permission de le mettre en pièce et de l'exposer au soleil pour qu'il n'en reste plus qu'un tas de cendre. Et je l'avais retrouvé... Ca avait été juste, mais je savais où le trouver à présent, je l'avais trouvé juste un peu avant l'aube et je pouvais à présent aller voir Aëlys, la tête un peu plus légère.

J'étais rapidement passé par l'appartement, calculant le temps qu'il me faudrait pour aller à l'hôpital pour la rejoindre au plus vite, je pris rapidement une douche et me changeais, enfilant un simple jeans par dessus lequel je mis une chemise noire. Je roulais pied au plancher pour rejoindre l'hôpital et entrais dans le bâtiment. J'ai sans doute explosé le compteur kilométrique de mon pick-up mais j'avais réellement besoin de voir Aëlys après deux jours de séparation qui avaient alimenté ma colère pendant ma traque.
Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir mon précieux trésor dans le hall d'accueil avec ses béquilles et le pied à roulette où pendant sa perfusion... J'en restais un instant interdit, figé sur place, juste l'histoire de quelques secondes puis je m'approchais d'elle aussi vite qu'un comportement humain me le permettait alors que j'aurais pu être auprès d'elle en un battement de cil si je l'avais voulu.

► Alors on essaie de s'échapper, jeune fille ?

j'employais un ton volontairement humoristique. Je savais qu'elle me poserait sans doute quelques questions quand à savoir où j'étais pendant ces deux derniers jours et je m'en voulais de devoir lui mentir mais ce n'était pas une raison pour lui exprimer la mauvaise humeur qui m'avait accompagné durant ces 48 dernières heures. Elle n'y était pour rien après tout...

► Tu sais, aussi adorable que tu sois dans ton pyjama d'hôpital, je ne pense pas que les infirmières te laisseront faire...

Je vins m'asseoir à côté d'elle, me penchant pour prendre ses lèvres qui m'avaient tant manqué en deux jours. Il n'y avait d'ailleurs pas que ses lèvres qui m'avaient manqué mais obligé d'attendre je ne pouvais que me montrer patient. Je n'avais pas encore pris le temps d'appeler Julian, le grand patron des R.O., trop occupé que j'étais soit à veiller sur Aëlys ou à chercher l'ordure qui l'avait agressé mais j'espérais que peut-être, Train aurait eu pitié de moi et l'aurait appeler pour moi. Je savais que je devais passer par lui pour tout ce que j'avais à demander mais j'espérais aussi pouvoir le faire rapidement, avant qu'Aëlys ne sorte de l'hôpital... Ce n'est que quand j'entendis le "ding de l'ascenseur que je relevais la tête en reconnaissant l'odeur de mon patron en sortir avant même que mes yeux ne tombent sur lui... Est-ce qu'il était aller voir quelqu'un ? Un patient ? Train peut-être ? S'il était là, c'était l'occasion ou jamais d'en profiter... Le tout serait de pouvoir lui parler à l'écart pour qu'Aëlys ne surprenne pas notre conversation...  


© Jawilsia sur Never Utopia

Aëlys's willing slave
avatar
Aëlys's willing slave

Messages : 148
Voir le profil de l'utilisateur




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 16 Juin - 10:43
Cela aurait dû être une journée comme les autres, c'est-à-dire, passer la journée au bureau pour éviter la foule et le soleil, bien qu'il tolère les UV, il préfère sans passé. Alors qu'il réfléchissait sur une nouvelle demande d'un énième couturier, Joshua lui téléphona pour lui dire qu'il avait un appel d'un certain Train, docteur de l'hôpital vampirique. Bien sur qu'il accepta la communication, le médecin n'appellerait jamais un ancien si ce n'était pour une raison importante. Il eut raison quand Train lui parla de la présence inhabituelle d'un de ses Rules out, enfin, en soi ce n'est pas inhabituel qu'un RO aille à l'hôpital, pour emmener un humain ou un calice, mais qu'un RO amène une humaine et qu'ils soient ensemble, dans le hall d'entrée, sans que l'humaine n'ait perdu ses souvenirs, et qu'en plus, ce RO soit Rhydian, cela fait sonné une alarme dans le cerveau de Julian. Après avoir appris la raison de la présence de l'humaine et de son état de santé, Julian raccrocha après avoir remercié Train. Il frotta son front de la paume de sa main en soupirant.

"- Bon dieu, Rhydian, qu'es-tu en train faire ? J'espère que tu as une bonne raison."

Il rangea ses affaires, sachant qu'il ne pourrait plus se concentrer dessus, pris son manteau et sortis de son bureau en claquant la porte. Il annonça en coup de vent à Joshua qu'il alla à l'hôpital et qu'il prenait son après-midi. Sans attendre de réponse, il se dirigea vers les escaliers pour aller plus vite. Une fois dans le hall, il vit une tête familière, sa fille. Il se dirigea vers elle en soupirant une fois de plus.

"- Eleanor ! Que fais tu ici ? Tu n'as pas une vie ou un travail ?"

Oui, papa est de mauvaise humeur et presser, il n'a pas le temps d'attendre. Déjà, sans qu'elle réponde, il fait demi-tour pour se diriger vers le parking et parla assez fort pour qu'elle l'entende.

"- Si tu veux me voir, suis-moi, on va à l'hôpital pour voir Rhydian et sa bêtise ambulante."

Ne se souciant pas si sa fille le suivait, il navigua entre les voitures pour se retrouver face à la sienne. Sans surprise, El' l'avait suivi. C'est sans un mot qu'il entra dans l'habitacle et les conduisit vers l'hôpital. Une fois encore, il n'attendit pas comme il le faisait habituellement qu'elle sorte de la voiture et marcha à grand pas vers le hall de l'hôpital, plus précisément vers la standardiste, qui était un vampire et l'avait reconnu.

"- Bonjour Mlle, avez-vous des renseignements concernant une humaine apporté il y a peu de temps par le Rules Out Rhydian Hamilton ? C'est urgent."

La standardiste, légèrement effrayée par le ton de l'ancien, s’exécuta rapidement et lui donna le nom de l'humaine et le numéro de sa chambre. A peine un remerciement, qu'il alla vers les ascenseurs quand une odeur connue l'interrompit dans sa marche, celle de sa cible. Il la chercha quelques instants du regard avant de tomber sur ce qu'il cherchait, en compagnie d'une humaine encore perfusée et en béquille. Il plissa du regard en les voyants proche l'un de l'autre, voulant mettre au clair cette histoire, il se déplaça en leur direction, toujours sans un quelconque regard vers sa fille.
Fonda aux dents longues
avatar
Fonda aux dents longues

Messages : 203
Voir le profil de l'utilisateur http://gene-v.forumactif.fr
Revenir en haut Aller en bas
Mar 16 Juin - 10:43
J'avais enfin réussi à me mettre d'accord avec le directeur de la galerie avec laquelle je travaillais pour mes expositions, la date du prochain vernissage avait été déterminée et j'étais pressée de prévenir mon père, histoire qu'il n'ait pas à attendre le carton d'invitation. Il était toujours la première personne à savoir quand j'exposais, le premier avant tout le monde, même Chase ne le saurait pas avant que je ne lui téléphone pour le lui dire.
Du coup, en sortant du bureau du directeur de la galerie, je pris directement le chemin vers Bloody Art pour aller voir mon père. Cependant, je n'eus même pas le temps de monter jusqu'à son bureau parce qu'il émergeait déjà de la cage d'escalier de secours, passablement pressé et d'une humeur d'ours mal léché. Son accueil ne me fit ni chaud, ni froid, je me contentais de le suivre tout en lui expliquant la raison de ma présence...

♦ Bonjour, Papa, moi aussi je suis contente de te voir... J'ai bien sûr une vie et tu sais très bien que mon travail me laisse beaucoup de temps libre, surtout quand je l'ai terminé, ce qui est le cas, d'ailleurs, je venais justement te prévenir de la date du prochain vernissage mais puisque tu es pressé, je t'en parlerai au retour...
Qu'est-ce qu'à fait Rhydian au juste ?


Ce n'était peut-être pas la question à poser mais j'étais curieuse. Rhydian était un ami de Papa et jusque là, il en parlait toujours en bons termes, alors l'entendre parler de cette façon de son ami m'intriguait énormément. J'entrais donc dans la voiture pour qu'il me raconte ce qui se passait même si je ne m'attendais pas vraiment à ce qu'il le fasse avant d'en avoir le fin mot de toute l'histoire.
Nous arrivâmes rapidement à l'hôpital. Je savais qu'il existait mais je n'y avais jamais mis les pieds et donc, encore une fois, je suivis mon père. À l'accueil, juste après que celui-ci se soit adresser à la standardiste, je pris le temps de rassurer la demoiselle, l'assurant qu'il aboyait plus qu'il ne mordait. C'est pas tout le monde qui peut dire ça du grand Julian Conteria mais étant sa fille, je ne me gênais pas et tant pis s'il me fusillait du regard par la suite. Papa est juste un peu asocial et pas vraiment à se montrer délicat mais il a un cœur grand comme ça et est d'une gentillesse sans égale, le genre de chose dont beaucoup ont tendance à douter quand ils le voient foncer vers eux comme un taureau... D'ailleurs en parlant de taureau, il était justement en train de se diriger de cette façon vers Rhydian et ce qui semblait être sa protégée... Quoi que... C'était peut-être un peu plus que ça au vu de la tête du Rules Out qui se tenait là. Rhydian avait toujours été séduisant mais il pouvait se montrer si distant que c'était à se demander s'il n'avait pas quelques petits problèmes relationnels. Il était encore plus asocial que mon père alors le voir être si proche et si attentionné envers la jeune fille qui se trouvait à son côté, c'était presque comme allumer une lampe de poche dans une pièce complètement noire, sans aucun point de repère. Ca brille tellement qu'il est impossible de ne pas se rendre compte de ce qui se passe. Rhydian avait peut-être enfin trouvé la personne qui le rendrait plus sociable... Rhydian était amoureux, ça crevait les yeux, mais peut-être pas ceux de mon père vu son humeur...

Je m'approchais dans le sillage de mon père, curieuse comme un chaton mais gardais tout de même un pas de retrait. Je voulais pouvoir observer les choses et en rire dès que mon père et Rhydian se prendraient la tête pour rien. Rhydian n'était pas du genre à faire l'idiot ni à transgresser les règles, s'il était là, c'était pour une bonne raison, une bonne raison qui devait obligatoirement avoir un rapport avec la demoiselle...
Trésor Paternel
avatar
Trésor Paternel

Messages : 22
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
Mar 16 Juin - 10:44
Je continuais mon avancée vers le hall, à cette heure-ci, il n'y avait pas grand monde, donc, je moquais un peu de ma tenue d'hôpital, je voulais savoir si Rhyydian avait donné de ses nouvelles à l'accueil et tout de suite ! Sinon, j'allais craquer. Puis au moment où j'allais enfin arriver vers le bureau, je le vis entrer tout souriant, ses paroles moqueuses et tendres qui me donnèrent envie de lui tirer la langue, chose que je ne fis pas, car c'était un peu gamin et il l'aurait peut-être mal pris au lieu de cela, je le laissais m'approcher, puis nous nous à cyame sur un banc en fera-t-il à l'abri des regards.

-Je me moque totalement de ce que peuvent dire les infirmières ! Aucune d'elles n'ont voulu me lever tot et m'aider dans la toilette ce matin, car elles avait des personnes plus importantes que moi à lever, alors j'ai fait avec les moyens du bors pour tenter de demander si l'accueil pouvait t'appeler, au pire oui, je me serais enfoui avec ma perfusion et mes béquilles pour rentrer chez nous.

Pas le temps d'en dire plus, ma petite tirade fut très vite avalée par le tendre baiser de Rhydian, visiblement très gourmand, un baiser qui me fit rapidement perdre pied, c'était fou comme cette sensation m'avait terriblement manqué. Puis à bout de souffle je rompis le baiser reprenant peu à peu mon souffle. Puis le regard de Rhydian se porta vers l'ascenseur, intriguée je fis de même, et je fus un peu surprise de voir un homme bien habiller et bien muscler très imposant s'approcher de Rhydian et de moi-même tout en nous fixant. Il était suivi de près par une jeune femme aux traits un peu plus tendres et moins sévères, que je trouvais plutôt jolie et attentionnée qui nous regardaient aussi.

Je me mis une nouvelle fois à rougir, adressant un regard à Rhydian un peu perdu, j'étais tout de même la seule à me retrouver en pyjama en flanelle rose dans l'histoire…

-Hum…heu… Bonjour…

Point de vue de Train.

Comme je l'avais promis à Rhydian un peu plus tot, j'avais essayé d'expliquer en gros la situation à Julian ce matin même, mais avant que je n'ai pu apporter plus de précision sur l'état d'Aëlys, Julian avait déjà décroché… Assis sur ma chaise les pieds croisés sur mon bureau, je raccroche le combiner en soupirant et en passant une main derrière mes cheveux… Cela sentait les ennuis… Quelques minutes plus tard, j'étais sorti vêtu d'un simple jean Noir et d'une chemise blanche. Loin de ressembler à un docteur, j'avais pourtant entre les mains de faux documents d'examens pour prétendre à l'humaine que si elle ne se souvenait pas de sa chute, c'est qu'elle s'était cogné la tête.

Mon odorat me dit qu'elle n'est pas dans la chambre, en suivant sa trace, je la devinais au deuxième étage, je descendis donc par l'ascenseur. Oups ! trop tard, quand j'arrive, je vois déjà Julian, une belle brune inconnue, Aëlys et Rhydian plutôt coller ensemble… Je soupire une nouvelle fois… Cela n'allait pas être simple… Je passe donc devant Julian en lui accordant un bref regard.

-Bonjour Boss.

Puis sans me soucier de la jolie brune à mes côtés, je feuillette les pages rapidement en connaisseur que j'étais.

-Bon, je ne vais pas y aller par quatre chemins mademoiselle Stendon, quand vous êtes tombée dans les escaliers en plus de vous ter grièvement blesser au cou et à la jambe, vous vous êtes la tête ce qui à provoquer une légère commotion cérébrale. Cela explique pourquoi vous ne vous souvenez pas de cet accident. Rien de grave votre léger choc est déjà passé.
Rhydian's Heart
avatar
Rhydian's Heart

Messages : 178
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 16 Juin - 10:45





Un séjour à l'hôpitalDécision importante



Quelques jours après l'attaque subie par Aëlys...

J'adressais un sourire rassurant à ma compagne, même si Julian avait un air patibulaire, il n'était pas du genre à mordre sans raison. Comme il approchait, je remarquais seulement sa fille derrière lui, Eleanor, visiblement curieuse de ce qui se passait mais aussi amusée de la situation, je pouvais le voir à ses yeux souriants. Elle était plus perspicace que son père parce que je savais très bien, rien qu'à son air, qu'elle avait compris ce qui se passait entre Aëlys et moi. D'ordinaire, Julian n'est pas si aveugle mais je supposais qu'il n'avait pas toutes les données en main pour comprendre ce que je faisais ici avec la jeune convalescente. Comme il approchais, je me levais déjà mais Train nous pris tous les deux de vitesse, débarquant en s'interposant entre Julian et moi et s'adressant directement à Aëlys pour lui faire part de son "état", une jolie façon détourner de donner quelques informations à Julian qui pensait apparemment que j'avais laissé la mémoire de ma protégée intacte. Ce qui n'était pas faux puisque ce n'était pas moi qui lui avait effacé la mémoire... Je laissais le temps à Aëlys de prendre en compte ce que lui disait Train avant de finalement faire les présentations...

► Aëlys, j'aimerais te présenter Julian Conteria et sa fille, Eleanor. Julian est un ami pour qui je travaille de temps en temps...

J'offris un tendre sourire à Aëlys avant de faire les présentations retour avec un ton légèrement possessif et affirmatif quand je m'adressais à Julian...

► Julian, Eleanor, voici Aëlys Stendon... ma compagne.

Bon, d'accord, jusqu'ici j'avais toujours présenter Aëlys comme étant la jeune fille qui vivait avec moi mais là, je voulais que les choses soient claires. Si l'attaque d'Aëlys avait servit à quelque chose, c'était au moins à ce que j'admette la réalité des choses et la place que je voulais qu'elle prenne dans ma vie.
Eleanor réagit la première, dépassant son père, un large sourire aux lèvres. Elle vint s'asseoir près d'Aëlys et la prit dans ses bras comme si elle avait toujours fait partie de la famille, lui souhaitant la bienvenue à sa façon et bien entendu, elle ne manqua pas de faire quelques remarques à mon sujet qui me firent légèrement gronder mais trop bas pour que les jeunes femmes m'entendent. De fait, il fallait que je parle à Julian aussi, je demandais à Eleanor de tenir compagnie à mon petit mystère le temps que je parle à son père....

► Eleanor, ça t'ennuierait de rester un moment avec Aëlys ? Je dois parler à Julian un instant...

De sa main, elle fit mine de me congédier, comme si je n'étais pas important et que seule Aëlys comptait. Je reconnaissais bien là Eleanor et sa manie de s'intéresser à quelqu'un comme s'il s'agissait d'un être d'exception, ce qu'était la jeune fille, à qui elle tenait compagnie, à mes yeux. Je me penchais une fois de plus vers Aëlys, le temps de lui reprendre les lèvres un bref instant, trop bref, et de lui glisser à l'oreille que je ne serais pas long. Me tournant vers Train, je lui demandais de nous accompagner Julian et moi.
Une fois à l'écart, je jetais un dernier regard aux deux femmes qui discutaient allègrement avant de reporter mon attention sur Julian et d'entamer le sujet épineux...

► Julian, j'ai plusieurs choses à te demander mais avant, laisse moi t'expliquer ce qui s'est passé et pourquoi Aëlys se retrouve ici, tu veux...

À vrai dire, je ne lui laissais pas vraiment le choix...

► Aëlys a été agressée par un Broken dans son école. Il a tenté de faire d'elle un Calice, elle a son sang en elle... Je ne sais pas comment ça s'est passé exactement mais apparemment, elle serait tombée dans les escaliers et il lui a effacé la mémoire. Je n'ai pas eu besoin de le faire. Quand je suis arrivé à l'hôpital où elle avait été emmené, j'ai fait le nécessaire après l'avoir fait sortir discrètement puis j'ai appelé Train qui nous a amené ici... Le lien de Calice n'est pas complet, heureusement mais...

Balancer la seule chose à laquelle Julian ne s'attendrait jamais de ma part n'était pas si facile finalement mais après une franche inspiration, je me lançais...

► Elle est tout pour moi, Julian... J'ai besoin d'elle... Aussi, je te demande de dissoudre le demi-lien établit, la permission de lui parler de nous, de faire d'elle mon calice si elle accepte et enfin, le droit de mort sur son agresseur... Elle m'appartient déjà, Julian, je ne pas besoin de la mordre pour le savoir mais je ne peux pas laisser l'enfoiré qui a essayé de me la prendre s'en sortir...

Je n'étais pas vicieux mais j'étais prêt à lui mettre le nez dans sa relation avec son secrétaire s'il le fallait pour qu'il m'accorde ce que je lui demandais. Jamais il n'aurait toléré qu'on touche à Joshua, qu'il soit déjà son calice ou pas et j'étais prêt à le lui rappeler s'il le fallait. J'espérais simplement ne pas avoir à faire preuve d'une telle bassesse.  


© Jawilsia sur Never Utopia

Aëlys's willing slave
avatar
Aëlys's willing slave

Messages : 148
Voir le profil de l'utilisateur




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 16 Juin - 10:46
[hide=HRP]Je vous préviens que je passe de la troisième à la première, car je trouve que cela sera plus simple pour moi ainsi, vu que je suis plus impliqué dans le rp. [/hide]

Je m'arrête face au couple avec Train entre eux, celui-ci a dû penser que j'étais une menace pour sa patiente. Je soupire en voyant la réaction de la jeune humaine face à moi et à mon arrivée plutôt brusque. Je détends mon visage pour adoucir mes traits, je ne souhaite pas l'effrayer plus qu'il ne le faut.

"- Bonjour Mlle."

En écoutant le bilan, je réprime un grognement, mais pas le juron bien senti pour exprimer mon mépris envers le broken. Ces derniers n'ont aucunes mœurs et de savoir vivre.

Quoique peuvent penser ma fille ou Rhydian, je ne suis pas idiot, je vois bien qu'il ne se comporte pas comme un RO avec une victime, mais plus un vampire avec sa compagne. Puis ce dernier nous présenta à la jeune fille et inversement. Je reste un peu ébahi par le terme "campagne" dans la bouche de Rhydian, surtout avec le possessif "mon" avant. Je sens que la suite va aller de mal en pis à ce train-là.

Avant que je ne puisse parler, Eleanor va directement vers la jeune fille pour la soutenir dans cette épreuve. Il semble que Rhydian en profite pour nous prendre, Train et moi, à partis et me parler. Il est rusé quand il le veut, et sûrement, cette conversation ne doit pas être entendue par les deux femmes derrière nous. Je me doute bien de ce qu'il souhaite me parler, cela doit avoir un lien avec Miss Stendon, un demi-lien et d'autres demandes du même acabit qui nécessite l'accord d'un ancien, ce qui par un grand hasard est-ce que je suis.

Je me poste contre un mur en croisant les bras sur ma poitrine, prêt à écouter le plaidoyer de celui que j'appelle un ami. Et heureusement que j'étais appuyé contre le mur, sinon j'étais prêt à parier que je me serais retrouver le cul à terre, étourdi par ce que je venais d'apprendre.
1: Rhydian fréquentait une humaine, 2: ladite humaine a été forcé dans un lien calice, enfin plus dans un demi-lien, 3: elle ne se souvient de rien, 4: Rhydian veut lui parler de nous, et par extension de ses agresseurs, 5: il veut faire d'elle son calice et pour finir, il veut tuer le broken.

Je soupire et me frotte les yeux, pris d'une fatigue soudaine. Les broken auront ma peau avant que je ne puisse tous les exterminer. Je relève les yeux, bien conscients qu'on attendait une réponse de ma part. Je me demande si par pur sadisme, je ne devrais pas punir Rhydian de mon sentiment de lassitude en le faisant patienter dans un suspense lourd et long. Mais, je ne suis pas si sadique, je me doute bien de ce qu'il doit ressentir, après tout, il veut faire sien ce petit bout de femme, de la même manière que j'ai fait mien Joshua. J'aurai agis comme Rhydian, sauf que je n'aurai pas demandé la permission pour tuer le broken, je l'aurai déjà fait, enfin, une fois que je suis sûre que Joshua soit en sécurité.

Je me redresse et endosse mon masque d'Ancien et non plus le directeur d'agence ou d'ami. Cette situation nécessite une impartialité et de formalité.

"- Mr Hamilton, je ne peux pas dissoudre le demi-lien, c'est votre devoir et non le mien. Seul le sang d'un autre vampire peut en dissoudre un autre, et comme c'est un lien de calice qui a été initié, seul un autre lien calicier (HRP : fallait que je trouve un terme plus court pour parler du lien vampire/calice) peut en dissoudre un autre. Ce qui me semble est votre intention, de prendre Mlle Stendon comme calice."

Je me bien face à lui pour lui montrer la gravité de la situation.

"- Rules Out Hamilton, vous n'avez à avoir ma permission pour faire votre travail. Il aurait déjà dû passer à trépas à cette heure-ci. Bien que je comprenne la nécessité de vous assurer de la sécurité et de la santé de l'humaine, vous auriez dû poursuivre un tel énergumène depuis longtemps, qui sait ce qu'il a pu faire entre-temps !"

Je ne crie pas, je ne hausse pas la voix, ce n'est pas la peine pour me faire, comprendre et faire comprendre aux autres que je n'étais pas heureux.

"- Rules Out Hamilton, rien que pour cela vous n'aurez pas le privilège de la mise à mort du recherché, vous l'avez perdu, vous pourrez y assister, mais pas le faire. Cependant, " Je me radoucis un peu. " Rhydian, tu peux parler à la miss de notre société et d'en faire ton calice. Mais attend qu'elle se soit remise de ses blessures. L'échange de sang devra se faire ici à l'hôpital ou chez toi, mais en compagnie de Train et de moi, qui sait les effets secondaires qu'il ira lieu durant la dissolution du précédent lien."

Je me retourne vers Train.

"- Dans combien de temps va-t-elle retrouver une pleine santé ? Pourra-t-elle accepter la vérité sans que cela n'affecte son inconscient et que le souvenir de son agression refasse surface ? Après tout, il y a déjà eu des cas où des victimes se souviennent d'une agression même après qu'on leur a effacé la mémoire."

On ne peut prévoir la réaction qu'elle aura face à la vérité, si elle est capable de l'accepter ou si je serais obligé de lui effacer la mémoire, doutant que Rhydian puisse le faire lui-même.
Fonda aux dents longues
avatar
Fonda aux dents longues

Messages : 203
Voir le profil de l'utilisateur http://gene-v.forumactif.fr
Revenir en haut Aller en bas
Mar 16 Juin - 10:47
Quand Rhydian nous présenta sa jeune compagne, mon sourire s'élargit et si je n'étais pas dans un hôpital, j'aurais sans doute pousser un grand "YES !" tant j'étais heureuse pour lui et surtout parce que j'avais deviné juste au sujet du couple. Ne pouvant donc pas le faire, je me contentais donc de saluer la jeune fille comme je l'avais fait avec Yuki quand Chase me l'avait présenté. Je vins m'asseoir à ses côtés et la pris dans mes bras, toute à ma joie de rencontrer LA personne qui semblait rendre Rhydian meilleur. C'est que quand on le compare à avant, il semble plus ouvert et si la situation n'était pas ce qu'elle était, j'aurais parié aussi qu'il devait être plus détendu.

► Bonjour Aëlys, dites-moi, il comment vous avez fait pour mettre la main sur ce grand ronchon ?

La question n'était que rhétorique bien entendu, je n'attendais pas de réponse mais c'était ma façon de souligner que Rhydian avait changé. Un bref regard à mon père m'apprit qu'il avait aussi remarqué l'évolution de son ami, le changement était si brutal qu'il aurait été difficile de ne pas le remarquer. Rhydian me demanda de tenir compagnie à sa compagne pendant qu'il s'écartait avec mon père et... le séduisant médecin qui s'était empressé d'intervenir avant que mon père ait pu atteindre Rhydian et Aëlys. Je ne l'avais pas trop regarder, plutôt intriguée par le Rules Out et sa compagne mais je pouvais au moins dire qu'il était séduisant et bien qu'il ait la même couleur d'yeux que moi, les siens me faisaient plutôt pensé à ceux d'un chat. Malgré le sérieux de la situation, j'arrivais à percevoir une certaine facétie que je trouvais séduisante. D'un geste de la main, je congédiais donc ces hommes... Qu'ils discutent donc, moi, j'avais pleins de questions pour Aëlys. La curiosité fait partie intégrante de ma personnalité, même si je le voulais, je ne pourrais pas m'en empêcher.

► Bien, maintenant qu'ils sont parti, on va pouvoir discuter entre filles... Ils sont gentils mais ils détestent qu'on parle d'eux et comme il sont pas là, on va en profité, n'est-ce pas ? Allez-y, racontez-moi tout... D'aussi loin que je connaisse Rhydian, il a toujours été solitaire et maintenant le voilà avec vous, aussi possessif qu'un loup avec sa compagne et plus protecteur qu'un tigre avec ses petits... J'avoue que je suis curieuse de connaître la femme qui a réussi à le faire changé à ce point.

Je m'emportais peut-être mais c'était la vérité, j'étais curieuse de la connaître, de voir quel genre de fille elle était, bien que je ne doute pas qu'elle soit une bonne personne, là n'était pas le problème, d'ailleurs il n'y en avait pas du tout. Le changement de Rhydian était tellement flagrant... Je ne savais pas qui elle était mais rien que pour ça, elle avait déjà toute ma gratitude. J'appréciais beaucoup le Rules Out mais surtout de loin parce que jusqu'à présent, il était impossible à approcher. Pour dire, il est rare qu'on me refuse les câlins que je distribue à tour de bras et je n'ai jamais réussi à lui en faire un. Trop distant, trop imposant, trop froid, trop difficile d'approche... Et voilà que cette jolie fleur débarque et le rendait tout miel, si je l'avais pu, je lui aurais décerné un prix d'exception. Peut-être ne se rendait-elle même pas compte des changements survenus chez Rhydian mais pour ceux qui le connaissait depuis assez longtemps, c'était comme le soleil en pleine nuit. Un Rhydian qui se montre tendre, qui sourit...

Je pouvais deviner ce que Rhydian allait demander à mon père, ou du moins une partie et il avait tout mon soutien, si Aëlys lui faisait tant de bien, il devait faire en sorte de la garder parce que maintenant que je les avais vu, moi aussi je préférais l'homme... ou plutôt le vampire... qu'il était devenu et sa compagne me faisait l'effet d'être une personne que je pourrais apprécier. Cela ferait une femme de plus dans mon entourage qui plus est parce qu'après tout, mis à part Senbi, mon monde était exclusivement composé d'hommes...
Trésor Paternel
avatar
Trésor Paternel

Messages : 22
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
Mar 16 Juin - 10:48
Point de vue d’Aëlys.

Encore une fois il avait dû s’éloigner, alors que cela faisait deux jours que je ne l’avais pas vue. Ce furtif baiser était justement trop court ! Là j’avais besoin de me sentir bien dans ses bras de sentir sa présence, mais il avait dû s’éloigner. Sur le moment j’ai cru que c’était pour expliquer à son patron, pourquoi il avait été absent ses derniers jours. Je devais avouer que son patron me semblait fort imposant et peut-être un peu fatigué, bien qu’il paraisse plutôt vouloir être aimable... Je devais dire que j’étais un peu soulagé d’apprendre de la bouche de train qu’à part un léger choc, je n’avais rien de grave dans ma tête suite à mon accident. C’était déjà un poids en moins en quelque sorte aussi quand la Jeune femme se trouvant aux cotés de Julian vint s’assoir à mes côtés alors que les hommes s’éloignaient, je me sentais plutôt à l’aise, j’allais pouvoir parler avec une autre fille de mes impressions, d’ailleurs je fus très surprise quand Rhydian fut décrit comme un solitaire et un grand ronchon.

-Hum… À vrai dire, je suis surprise, que Rhydian sois décrit ainsi, il est très gentil et se comporte comme un vrai gentleman avec moi… J’ai comme la sensation que j’ai eu le coup de foudre avec lui ! C’est carrément énorme ce que l’on vit tous les deux !

Point de vue de Train.


Dire que je ne m’attendais pas à une telle réponse de Julian était faux, c’est que après plus de 50 ans passés à le connaître. Enfin bref , j’en connaissait un qui allait avoir de quoi être heureux, mais aussi peut-être en colère… Quoi qu’il en soit le plus important fût la futur calice, apparemment c’était à moi de juger si elle était prête ou pas. Je soupirai longuement. Cela n’allait pas être facile.

-Je ne peux que dire que tu dis vrai Julian, beaucoup se sont souvenus de leur agression mais d’autres pas… Je pense que tout dépendra de la manière de présenter les choses quant à quand sera fait le lien, il se trouve que grâce au sang vampire, la jambe d’Aëlys est presque guérie, je voulais lui retirer la perfusion et le plâtre dans l’heure, vu que l’on est tous réuni je pense que le mieux serait de faire cela dans la journée qu’en pensez-vous ?
Rhydian's Heart
avatar
Rhydian's Heart

Messages : 178
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 16 Juin - 10:49





Un séjour à l'hôpitalDécision importante



Quelques jours après l'attaque subie par Aëlys...

Je n'avais pas besoin que Julian me rappelle comment dissoudre un lien calicier, mais j'avais besoin de sa permission. J'ai toujours suivi les règles mais ce qu'il ajouta par la suite, me fit serrer les dents et voir rouge. J'avais fais mon travail, j'estimais par contre que j'avais le droit de prendre la vie du Broken qui avait agresser Aëlys et il me le refusait. Je n'allait pas lui dire que le Broken allait très prochainement trouvé la mort de mes propres mains parce que je ne voulais pas qu'il interfère mais je protestais quand même... Sa décision me semblait injuste !

► J'ai fait mon travail, Julian ! J'ai veillé à ce qu'Aëlys soit prise en main là où elle pouvait l'être et je n'ai pas chômé non plus. Tu n'as pas le droit de me retirer le droit de mort sur ce Broken, j'ai suivi les règles, merde !

Je me retenais d'hausser le ton parce qu'on était dans un hôpital et que je ne voulais pas qu'Aëlys puisse m'entendre mais la colère était bien là. Elle y était déjà depuis qu'elle avait été agressée mais la décision de Julian la ranima et même l'envenima. La colère tendait mon corps comme si j'étais prêt à sauter à la gorge de l'Ancien mais heureusement, je n'étais pas assez fou pour le faire. Je ne pouvais tout simplement pas accepter sa décision et autant mes paroles que mon corps en exprimait la colère.
Je ne suis pas vindicatif mais là, je me contrôlais à peine. Le Broken allait mourir et pas plus tard que ce soir même, tant pis pour les conséquences, j'étais déjà prêt à assumer mes actes mais je ne laisserais à personne le soin de prendre la tête du vampire qui s'en était pris à Aëlys, même sans l'accord de Julian.
J'étais à peine apaisé par les dernières paroles de mon patron... Au moins je pourrais complètement revendiquer ma compagne, la faire mienne entièrement. J'essayais de me calmer tout de même, Aëlys n'avait qu'à tourner la tête dans notre direction pour savoir que quelque chose n'allait pas, elle était si perspicace... Pendant que Julian demandait et écoutait l'avis de Train, je tâchais de me concentrer sur le fait qu'elle serait bientôt à moi de façon incontestable. Ca marcha, heureusement, surtout parce que Train semblait préféré profiter de la présence de Julian pour que je puisse faire de la jeune fille mon calice. Une longue discussion allait être nécessaire au préalable. Lui parler de nous, la société vampire, nos règles, nos coutumes, notre façon de vivre... Je hochais simplement la tête, un peu sèchement à la proposition de Train. Je ne me suis jamais disputé avec Julian mais là, je ne le portais pas vraiment dans mon coeur en cet instant.

► Si Sa Majesté n'y voit pas d'inconvénient, je suis d'accord...

Oui, j'étais vraiment furieux contre Julian. Je lui en voulais et je le faisais bien sentir et puisqu'on avait rien d'autre à ajouter, je laissais les deux hommes en plan pour retourner auprès d'Aëlys en tâchant de faire bonne figure. Eleanor me vit arrivé et me sourit comme si je n'avais pas à m'en faire mais je préférais en rester juge. M'approchant d'Aëlys, je l'interrompis dans son dialogue...

► Aëlys... Train pense qu'on pourrait te retirer la perfusion et ton plâtre. On devrait retourner dans ta chambre...

Je ne savais pas encore comment j'allais lui parler de notre société ni comment elle allait réagir en apprenant la vérité sur ma nature mais je voulais en finir avec tout ça, qu'elle m'appartienne au plus vite pour que plus personne n'y trouve à redire mais l'anxiété ne diminuait pas pour autant, au moins, ça me permettais d'oublier momentanément ma colère et ma frustration.
Je lui tendis la main pour l'aider à se mettre debout tandis que de l'autre, je me chargeais de prendre le pied avec sa perfusion pour qu'elle n'ait pas à s'en soucier pendant qu'elle marcherait jusqu'à sa chambre. Je n'accordais qu'un bref signe de tête à Eleanor pour la remercier d'avoir tenu compagnie à la jeune fille mais en passant devant Julian, je ne lui adressais pas un regard, j'étais encore trop en colère contre lui. De retour dans la chambre d'Aëlys, je l'aidais à grimper sur son lit, la faisant reculer un peu pour que je puisse m'installer à côté d'elle, il ne manquait que les autres pour qu'on puisse commencer à parler pendant que Train s'occuperait de lui retirer perfusion et plâtre. En attendant qu'ils arrivent, j'en profitais pour tenir Aëlys contre moi, le nez dans ses cheveux, me calmant bien mieux en m'emplissant les poumons de son odeur. Probablement qu'elle aurait des questions et je ferais en sorte d'y répondre le plus honnêtement possible mais pour le moment, je voulais juste profiter de ces quelques secondes de calme pour profiter d'elle.  


© Jawilsia sur Never Utopia

Aëlys's willing slave
avatar
Aëlys's willing slave

Messages : 148
Voir le profil de l'utilisateur




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 16 Juin - 10:50
J'écoute Rhydian, ce dernier est très en colère contre moi, je le sais très bien. Cela doit être dur pour lui de se savoir nier le droit de mort de l'agresseur de son futur calice. Je me sens désolé pour lui, mais je dois faire mon travail et mettre de côté mes sentiments pour être le plus impartial que possible. Je soupire mentalement, je veux juste qu'il comprenne en ne neutralisant pas de suite le Broken, cela peut causer des nombreux dégâts. La cible a pu s'enfuir et faire d'autres victimes, créer d'autre demi-lien, voir un lien en entier, et qui sait, casser le dernier tabou, celui de maltraiter le calice, sans pour autant le tuer, cela le tuerait par extension.

J'écoute Train qui nous annonce que l'humaine va mieux et que les demandes vont pouvoir être honorées de suite, si on peut le dire ainsi.

Son "Votre Majesté" me blesse énormément, ne comprend t-il pas que je dois faire mon travail ? Je comprends son désarroi face à la petite humaine, mais ce n'est pas encore son calice, juste un amour mortel. Elle n'est pas prioritaire pour moi. Cela peut être terrible à dire, mais elle est un dommage collatéral. Rhydian aurait dû faire son travail, mais il a été compromis par ses sentiments, c'est pour cela que je le sanctionne, ne le comprend-il pas ? N'aurait-il pas préféré tuer le Broken et être sûr qu'il ne sévisse plus, et être puni pour cela, mais au moins il aurait fait son travail ? Alors que là, il a failli à son travail, failli à son devoir, tout cela pour une personne qui n'est pas son calice. Et en plus, il s'entend à ce qu'il puisse ôter la vie de l'agresseur ? Il est chanceux que je ne lui refuse pas ses autres demandes, comme c'est mon droit.

Il nous laissa en plan, Train et moi, partant comme un enfant boudeur a qui on n'aurait pas cédé à son caprice. Où est passer mon ami, mon RO stoïque et impartial ? À la place, je vois un vampire furieux contre moi, outrepassant les limites qu'il y avait entre lui et son employeur. Malgré que je sois assez conciliant avec lui et la situation, il était presque grossier. Heureusement que Train m'arrêta, sinon je serais allé faire la leçon à ce jeunot et lui apprendre le respect, lui mettre un peu de plomb dans la tête comme le disaient les mortels.

Je pris une grande inspiration pour cacher ma blessure et repris mon masque impartial, voir distant et me dirigea vers le petit groupe qui se formait autour de l'humaine. Je me poste derrière ma fille et pose une main sur son épaule, me mettant entre elle et Train. J'avais bien l'échange de regards lourd en sens ambigu. Personne n'est assez bien pour fille, personne ne la touchera sans mon consentant, qui est dure à avoir. Je suis très protecteur envers elle, comme tout bon père qui se respecte, même si aucun sang nous lie. Ce qui est normal quand on connaît son passé, et puis, elle est humaine, plus fragile que Chase, même si je suis protecteur de mon fils, mais à petites doses, ce dernier ne supporterait pas mon côté papa poule et ma protection.

Quand Rhydian passe à côté de moi en m'ignorant, j'eus un pincement au coeur, que je réprima rapidement. Je ne devais pas me sentir mal, car j'avais fait mon travail. J'aidai Eleanor à se lever pour suivre le couple dans la chambre. Ceux-ci nous attendaient, enfin, surtout Rhydian, qui semblait presser à passer aux choses sérieuses.
Je me mis debout au pied du lit, leur faisant face.

"- Miss Stendn, comme Rhydian l'a dit, je suis Julian Conteria, directeur de l'agence de mannequinat Bloody Art, et Président du conseil nocturne. Je suis aussi connu comme un des Anciens, nous sommes les premiers vampires de ce monde. Si vous êtes à l'hôpital, c'est dû à plus qu'une simple chute dans l'escalier, vous avez été attaqué par un Broken, qui est l'équivalent d'un criminel mortel."

Voilà, la bombe a été lâchée.
Fonda aux dents longues
avatar
Fonda aux dents longues

Messages : 203
Voir le profil de l'utilisateur http://gene-v.forumactif.fr
Revenir en haut Aller en bas
Mar 16 Juin - 10:51
Seigneur, ce que les hommes peuvent être bête parfois... Je comprenais la position de mon père mais je comprenais aussi celle de Rhydian et je n'avais pas besoin d'entendre leur conversation pour deviner de quoi il en était question. La position agressive de Rhydian était assez révélatrice, aussi quand il nous rejoignit pour emmener sa jeune compagne, je lui adressais un sourire que j'espérais rassurant. Je le laissais l'emmener, préférant attendre mon père qui ne devait pas se sentir très bien d'avoir dû jouer les Anciens impartial avec un ami et quand ce dernier arriva, malgré son masque de "rien ne m'atteint", je tapotais doucement son bras de ma main, espérant qu'il comprendrait le soutien que je tentais de lui apporter et juste pour m'en assurer, je tirais un peu sur son bras pour qu'il se penche et lui souffler à l'oreille...

► Ca va aller, il est juste secoué et pas vraiment objectif, Papa... Ca ira mieux quand il se sera calmer...

Je terminais en lui apposant un baiser sur la joue. Je connaissais mon père, il fait le fier mais c'est juste un gros nounours tout aussi capable de sentiment que n'importe qui même s'il faisait tout pour ne pas les montrer. Rhydian était son ami, il était donc normal qu'il prenne mal la froideur et la colère qu'il dirigeait contre lui alors que mon père n'avait dû jouer que son rôle d'Ancien même si comme ami, il lui aurait sans doute accorder n'importe quoi... ou presque. Je continuais de l'accompagner donc, tournant légèrement le regard vers le médecin en essayant de déchiffrer ce qu'il pensait de tout ça mais il m'était complètement hermétique, ce qui n'est pas donner à tout le monde, d'ordinaire, je lis assez bien les gens pour savoir ce qu'ils pensaient ou ressentaient. Si je devais donner une preuve, elle se situait juste à côté de moi, me tenant le bras. Mon père avait beau faire, il était extrêmement rare que je ne devine pas ce qu'il ressentait... C'était aussi la raison pour laquelle je ne lui en voulais jamais quand il m'envoyait sur les roses comme quand je l'avais rejoint à l'agence un peu plus tôt. À moins de faire une grosse bêtise, sa mauvaise humeur était rarement dirigée contre moi...

Arrivé dans la chambre de la jeune fille, je me tins légèrement à l'écart, m'asseyant sur une chaise alors Rhydian s'était installé à côté d'Aëlys, lui tenant toujours la main comme s'il craignait qu'elle s'envole ou qu'elle prenne peur et vu la façon dont mon père lâcha sa bombe, je ne doutais pas qu'elle aurait besoin de son soutien... Un nouveau regard assassin de Rhydian fusa vers mon père, lui reprochant silencieusement la manière brutale dont il avait fait son annonce. Je soupirais, levant les yeux au plafond et j'eus droit également à son regard tranchant que je lui rendis avec un tantinet d'exaspération silencieuse. Tourner autour du pot n'amenait jamais rien de bon, il aurait du le savoir et bien souvent, ça ne faisait qu'embrouiller les informations dans la tête de celui qui les recevait, en l'occurrence, il s'agissait d'Aëlys.
Trésor Paternel
avatar
Trésor Paternel

Messages : 22
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
Mar 16 Juin - 10:52
Point de vue de Train :

Ou-là ! Comme prévu tout semblais bien déraper, bien trop vite à mon goût...Autant j'aurais aimé pouvoir y aller plus doucement dans les événements au moins j'aurais pu essayer de limiter les dégâts dans un lieu aussi important que celui ci ! En plus de cela Julian n'avais même pas demander à Rhydian quand est ce que ce dernier avait retrouver le broken... Eh oui Rhydian avait en effet passer ses derniers jours à tenter de retrouver le criminel je le savais parce que certains soirs j’étais dans son équipe durant quelques heures avant de reprendre mon service. Le voir partir comme un furibond avec de la colère dans les yeux en regardant Julian... Quand je pense que moi à l'époque je m'étais retrouvé dans une situation bien plus pire que celle ci...J'avais dut quitter les Rules outs des dizaines d'années pour tenter de retrouver l’assassin de ma femme car on m'avait interdit de le retrouver... Je soupirait longuement en maudissant les problèmes qui semblais se coller les uns aux autres...

-Cela ne va pas être facile avec lui je le sens déjà...Dire qu'il avait passé la semaine à le chercher et qu'il l'avait trouver avant l'aube...Je suis désolée Julian mais tu peu comprendre que pour avoir perdu jadis ma femme qui allait être aussi mon futur calice...je suis un peu de son côté même si je ne suis pas habituer à ses sautes d'humeurs face à toi...

A la fin de ses mots nous avions rejoins ce qui semblait être la protégée de Julian qui semblais vouloir consoler le plus anciens d'entre nous alors que moi j'avais une main dans la poche de mon pantalon noir l'autre devant ma bouche pour étouffer un bâillement. Ho tout cela ne m'ennuyais pas beaucoup mais en fait j'étais un peu fatigué là , normalement là je dormais depuis belle lurette dans la noirceur de ma chambre ou même de mon salon . Mais bon...cela semblait être un jour important.

Mon esprit était focalisé sur deux choses, la première ? Ma patiente futur calice de Rhydian dont il fallait que je retire la perfusion et le plâtre, pour enfin assister à la création du début du lien puis ensuite... DODO !!!

Point de vue de Aëlys :

J'étais en train d'entamer un début de discussion avec Éléonore quand Rhydian vint vers moi, me disant que l'on pourrais enfin me retirer mon plâtre et ma perfusion, je m'imaginais donc qu'il en serait heureux, mais je sentais qu'il était sous tension, que quelques choses le perturbais je le voyais dans son regard trouble et sa mâchoire serrée je le suivis donc comme je le pouvais utilisant mes béquilles encore une fois car sans elles avec le plâtre je n'avais pas d'équilibre. Mon regard se lança en arrière essayant d'adresser une excuse à Éléonore pour ce départ brutal... Puis je fut entrée dans ma chambre aux cotées de Rhydian qui plus silencieux que jamais m'aide à m'allonger sur mon lit. Puis il s'allongea à mes cotés me serrant fort dans ses bras, plongeant son visage dans mes cheveux, inspirant grandement...Bon ok là il y avais vraiment un problème.

Rhydian qu'y a t'il ? Que t'arrive t'il ?

C'est à ce moment là que les personnes de tout à l'heure firent leur entrée dans la chambre la première était le patron de Rhydian qui s'était installer juste devant mon lit... Rapidement les mots fusèrent dans mon esprit...Anciens...Vampires...Brokens... J'avais envie de ne pas le croire mais face à ces explications, ma main se porta à mon coup à l'endroit ou se trouvais il y a une semaine une douleur fulgurant avant que Rhydian ne … Lèche la plaie qui comme par miracle avais disparut , et puis...Il y avait ce regard quand j'étais avec Rhydian à l'atelier, rouge...Avec les crocs pointant sur ses lèvres... J'aurais bien put ne pas le croire, être effrayé ou autre mais pendant que je tergiversais dans mon esprit. Le médecin s'était approcher de moi visiblement très exaspéré par la situation, il se rapproche de moi doucement en regardant prudemment Rhydian puis prend entre ses mains mon plâtre...qui se fendit en deux comme si c'était du pain. Inutile de vous dire que je me sentais perdu mais à la fois émerveillée par ce que je venais de voir... Mais un grondement sourd provenant de Rhydian me fit sortir de mes pensées, rapidement je posa ma main sur ses genoux pour les carressers doucement.

- Ne t'en fais pas Rhydian je … Je ne suis pas effrayée je … Je crois comprendre certaine chose...mais il faut que tu...J'aimerais te voir réellement tel que tu est...et que tu me morde.
Rhydian's Heart
avatar
Rhydian's Heart

Messages : 178
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 16 Juin - 10:53





Un séjour à l'hôpitalDécision importante



Quelques jours après l'attaque subie par Aëlys...

Il aurait pu être plus délicat, faire preuve de plus de diplomatie au lieu de tout balancer comme si c'était la chose la plus naturelle du monde. Du coup, je fusillais Julian du regard, ce qui me valu un soupire de la part d'Eleanor à qui j'adressais le même regard assassin. En d'autre temps, j'aurais pu m'amuser de la voir ne pas en être affectée, me regarder comme si j'étais juste un enfant capricieux mais ça ne marchait pas cette fois-ci, ça m'agaçait encore plus alors quand Train s'approcha pour retirer le plâtre d'Aëlys, je ne pus retenir un grondement agressif à son attention sauf qu'encore une fois, la jeune fille à mes côtés me surpris... Comment pouvait-elle être aussi confiante et aussi... détendue avec ce qu'elle venait d'entendre ? Et ce qu'elle me demandais... Je serrais les paupières quelques secondes, tâchant de me calmer. Je ne voulais pas lui faire peur, hors, je savais quelle réaction pouvait provoquer mon regard quand je laissais mes émotions ou la faim s'exprimer... Je les rouvris lentement, laissant la faim qu'elle provoquait en moi prendre le dessus. L'argent de mes yeux devint graduellement d'un rouge sanguin et mes crocs s'étirèrent alors que j'entre-ouvrais mes lèvres pour qu'ils ne me fendent pas les lèvres...

Je laissais la colère que j'avais à l'encontre de Julian se dissiper, incertain quand à ce qu'elle me demandait... La mordre... Depuis le temps que j'en rêvais, à présent, je n'étais plus certain de le vouloir et j'avais un peu peur de lui faire mal. J'hésitais un instant avant de tourner les yeux vers... Julian. Curieusement, j'avais l'impression d'avoir besoin de son soutien. je pris ensuite délicatement le poignet d'Aëlys, même si j'aurais pu la mordre directement à la gorge, je voulais qu'elle puisse voir par elle-même et m'arrêter si elle avait trop peur... Peu importait ce que je voulais, ça faisait deux moi que je faisais passer mes besoins au second plan, je n'allais pas changer maintenant. Je lapais doucement la peau tendre de son poignet avant de mordre aussi délicatement que possible, plongeant mes crocs dans sa chair, n'arrivant pas à retenir un gémissement aussi satisfait et soulager qu'angoissé quand à sa réaction que je suivais sans la quitter des yeux. Une gorgée, puis deux... Je m'arrêtais à la troisième, refermant les plaies d'un coup de langue suivit d'un léger baiser, comme pour la remercier du don qu'elle m'avait fait avant de prendre la parole d'une voix légèrement troublée par l'émotion alors que je gardais encore ma panoplie de vampire bien visible...

► Aëlys... En fait, si Julian est là c'est parce que je devais lui demander la permission pour quelque chose que je voudrais que tu m'accordes... C'est à toi de décider et je respecterai ton choix mais... J'aimerais que tu deviennes mon calice. Ca veut dire que je n'aurai plus à chasser parce que je ne me nourrirai que de ton sang mais c'est bien plus que ça... Du point de vue des vampires, tu deviendrais pleinement ma compagne, ma... femme, dans un certain sens... Tu serais protégée, je saurais toujours où tu es et ce que tu ressens quand nous sommes séparé... Et tu vivrais plus longtemps aussi... Je te veux, Aëlys, je te veux tellement à mes côtés...

J'espérais avoir été assez clair même s'il y avait encore beaucoup de choses à dire, ce que je ne manquerais pas de faire si elle acceptait de devenir mon calice mais pour l'instant, il fallait qu'elle comprenne et qu'elle prenne sa décision aussi, je ne lui cachais rien...

► Le vampire qui t'a agressé a sans doute voulu forcé un lien calicier avec toi mais il n'a pas pu le terminer... J'aimerais t'en délivrer et crois-moi, s'il existait un autre moyen, je n'hésiterais pas à l'utiliser mais pour le faire il n'y a qu'un moyen et c'est qu'un autre vampire te prenne pour Calice... Pourtant, je ne veux pas que tu choisisses de devenir mon calice parce que tu n'as pas le choix mais uniquement parce que tu le veux aussi... Je ne t'obligerai pas à devenir mon calice si tu ne veux pas...

Je me focalisais tellement sur Aëlys que je ne prêtais même plus attention à Train qui s'afférait à lui retirer la perfusion après l'avoir délivrée de son plâtre. Je ne prêtais pas non plus attention à Eleanor qui avait pris la main de Julian comme si c'était lui qui avait besoin de soutien et peut-êter que c'était le cas vu que c'était la première fois que nous nous disputions, elle connaissait son père bien mieux que moi après tout, même si je pensais bien le connaître.  


© Jawilsia sur Never Utopia

Aëlys's willing slave
avatar
Aëlys's willing slave

Messages : 148
Voir le profil de l'utilisateur




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 16 Juin - 10:54
Je me souviendrais toujours de cette étrange sensation, moi qui avait eu si peur en voyant les crocs s'approcher de mon poignet. Mais la peur dans une situation aussi étrange et réelle à la fois était pour moi tout à fait normale. Sauf que celle ci fut passer au silence quand mon regard basculait de ses crocs aiguisés à son regard rouge poignant. Poignant mais remplis de désir et de tendresse un regard qui ressemblais beaucoup à celui que j'avais put déceler sur l'un de ses lieux de travail. Mais instinctivement en sentant ses canines percer la peau de mon poignet je m'était légèrement crisper en m'attendant à ressentir de la douleur mais...Elle y 'était mais cela ressemblais à celle que j'éprouvais au moment des piqures . En gros cela ressemblais à un bref moment à passer l'espace de quelques secondes. Quand la douleur fut partie alors qu'il continuait de boire mon sang je ressentis un peu comme l'impression de me sentir bien, tellement bien que, c'est un peu comme si tout les soucis du monde avait disparut de mon esprit et que je flottais sur un petit nuage. En même temps je restais bien calée contre Rhydian. Puis vint le moment ou Rhydian se mit à gémir de plaisir avant de se retirer et se retira de mon poignet léchant avec intention la plaie qui se mit à guérir toute seule , son gémissement provoquant en moi d'intense rougeur, je fut encore bien plus rouge en me disant que nous n'étions pas seuls dans la chambre.

Là plus aucun doute n'était possible, je venais d'avoir la preuve sous mes yeux que les vampires était bel et bien réels dans mon existence, les yeux les crocs, puis ce qu'il avait fait à ma morsure, c'était sur je ne pouvais douter de ses paroles ! Mon regard curieux se dirigea vers les autres occupants de la pièce, passant de Julian à Éléonore, puis à train qui était aux cotés de la jeune femme une main dans la poche une autre se désignant en hochant la tête. D’ailleurs ce dernier disparut en un battement de paupière, encore un truc génial !!!

Je me mit à réfléchir un très très long moment à ce que venait de me révélé Rhydian, autant d'informations en peu de temps c'était beaucoup pour moi à assimiler et je ne désirais qu'une seule choses, les questions pourrais attendre.

-Je...j'ai pas tout compris, mais si devenir ton calice me permettra d'être très heureuse à tes c^tés alors j'accepte de bon cour et je te dirais mille fois oui car cela me rendrais vraiment très très heureuse surtout si cela ressemble à un mariage !
Rhydian's Heart
avatar
Rhydian's Heart

Messages : 178
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 16 Juin - 10:55
Quoi ? J'ai l'impression d'avoir fait une bêtise en lâchant cette bombe. Pourtant tous savaient que la diplomatie et moi ne sommes pas amis. Ils ont eu l'air surpris, voir coléreux quand j'ai parlé. Ils auraient préféré que je tourne autour du pot au risque d'embrouiller Aëlys ? Il fallait le dire, je serais partie dans un monologue et en commençant par "Il était une fois". Mais bon, je n'ai pas que cela à faire, j'ai dû travail et ce n'est pas en contant fleurette ici que je vais avancer dans mes papiers.

J'écoute et je regarde Rhydian expliquer à Aëlys la situation dans laquelle elle se trouve. Puis, cet idiot la mord pour se nourrir. Non mais il aurait pu attendre ! Ouvrir les veines d'une humaine non liée dans la même pièce que de deux vampires non liés, dont un qui commence à avoir faim n'aient pas une idée lumineuse. Il est chanceux que je sache me contrôler, sinon il n'y aurait pas eu de problème de comment défaire le demi-lien, l'humaine serait morte exsangue. C'est ce qui se serait passé dans mes jeunes années.

Je resserre ma poigne autour de la main d'Eleanor qui est là pour me soutenir, elle a dû sentir mon trouble face au comportement de Rhydian. Je la remercie silencieusement, puis plus tard par un repas. Je jette à peine un regard à Train qui repart, sûrement pour rentrer chez lui et se reposer. Je pense qu'Eleanor et moi-même n'allons pas tarder à le suivre.

Je jette un dernier regard au couple sur le lit.

"- Miss, je suis sûr que Rhydian vous expliquera tout en détail quand le lien sera créé, ce sera plus simple pour lui. Sachez que le lien entre un vampire et un calice est comme un mariage chez vous, les mortels, sauf qu'on ne divorce pas, qu'on est fidèle, bref, plus contraignant."

Je me redresse sachant que le lien sera fait de manière impeccable vue comment l'humaine, c'était comporté à la morsure nourricière de Rhydian.
Je tire Eleanor par la main pour nous sortir, je la fais passer devant moi par la porte. Je me retourne un peu pour fixer Rhydian dans les yeux.

"- Que le broken ne vive plus une journée de plus, que cela reste entre nous, et je fermerais les yeux sur ton comportement que tu as eu plus tôt dans la journée. Tu viendras me faire en personne ton rapport."

Alors que j'allais fermer la porte, je fis rougeoyer mes yeux.

"- Que cela ne recommence pas, je serais moins clément."

Puis, je ferma la porte et quitta l'hôpital.
Fonda aux dents longues
avatar
Fonda aux dents longues

Messages : 203
Voir le profil de l'utilisateur http://gene-v.forumactif.fr
Revenir en haut Aller en bas
Mar 16 Juin - 10:56
Je n'avais jamais vu de vampire se nourrir, pas même mon père... Il était discret et de ce fait, j'ignorais comment cela se passait, ce que ça pouvait faire, ce qu'on ressentait. De fait, j'ouvris grand les yeux en voyant Rhydian se pencher sur le poignet de sa compagne, déglutissant avec peine et en croisant les doigts pour qu'elle n'ai pas mal. Quand on pense aux vampires de cinéma, on avait plutôt l'impression que la morsure avait quelque chose de sensuel mais je m'étais toujours dit que quelque part, ça ne pouvait pas être possible, après tout, si je me mord, j'ai mal alors pourquoi ça devrait changer parce qu'on parlait de vampire... Mais en regardant faire Rhydian, j'étais réellement surprise, assez pour ne pas sentir la main de mon père se resserrer sur la mienne... Aëlys semblait légèrement extatique, comme si elle flottait sur du coton et Rhydian semblait prendre un grand plaisir à la mordre. De façon incompréhensible, je me sentis rougir en les regardant et curieusement, je me demandais ce que je ressentirais si un vampire me mordrait... Est-ce que comme Aëlys j'aurais l'air de flotter sur un nuage ? Est-ce que je détesterais ou aurait mal ? Heureusement, ça ne dura qu'un instant parce que mon père me remit les pieds sur terre en s'adressant à Aëlys une fois que Rhydian arrêta de boire son sang avant de m'entraîner derrière lui avant de s'arrêter une nouvelle fois et d'adresser quelques mots de plus au Rules Out. Un sourire revint sur mes lèvres, je me doutais bien que mon père trouverait le moyen de redresser la barre avec Rhydian même si selon mon point de vue, cela aurait dû être au jeune vampire de comprendre la position de mon père. J'adressais un bref sourire à Rhydian avant de suivre mon père, le taquinant gentiment tout en me glissant sous son bras, entourant sa taille d'un bras.
J'ai toujours pu être fière de mon père, aussi je ne me privais jamais de jouer "les petites filles à son papa" pour lui témoigner mon affection et cela même, et surtout, si je savais que ça l'embarrassait.

► Tu n'as pas pu t'empêcher de changer d'avis, hein...? Tu vas finir par ruiner ta réputation de gros dur tu sais...

J'éclatais d'un rire affectueux tout en me laissant emmener. Je ne comptais pas trop sur un changement d'humeur de mon père même si je savais qu'il était déjà moins tendu et moins en colère, juste pressé de retrouver son travail...
Trésor Paternel
avatar
Trésor Paternel

Messages : 22
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
Mar 16 Juin - 10:57





Un séjour à l'hôpitalDécision importante



Quelques jours après l'attaque subie par Aëlys...

Je savais que je pouvais avoir confiance en Julian et Train quand je mordis Aëlys. Je ne cherchais pas à provoquer mais juste à accéder à la demande de la jeune femme à côté de moi et aussi, quelque part, prouver à Julian que j'étais assez calme pour me contrôler. C'est sans doute ce qui les incita à partir. Les dernière paroles de Julian doucha définitivement ma colère, faisant naître une certaine reconnaissance vis-à-vis de cette conciliation dont faisait preuve mon patron et ami. J'acquiesçais simplement, un très léger sourire aux lèvres, remerciant silencieusement Julian de finalement m'accorder la mort du Broken qui avait agressé Aëlys... Au moins, je n'aurais pas à batailler avec ma conscience. Je leur laissais le temps de s'éloigner avant de me pencher vers Aëlys et de l'embrasser tendrement. Elle acceptait d'être mon calice même si elle ne savait pas vraiment à quoi consistait l'établissement du lien. L'idée qu'il représentait l'équivalent d'un mariage semblait lui plaire, ce qui allégea encore mon humeur mais il fallait qu'on parle, aussi, je pris une grande inspiration avant de me lancer...

► Il faut que je t'explique beaucoup de chose mais avant, j'aimerais qu'on parle du lien calicier que tu viens d'accepter... Il ne suffit pas que je boive ton sang pour que tu deviennes mon calice... Ca se passe en deux phases... La première, c'est un échange de sang. Je dois boire ton sang, ce qui est déjà fait mais tu dois aussi boire un peu du mien... La seconde phase est... disons d'ordre plus intime...

Seigneur, comment expliquer à une jeune fille, vierge qui plus est, que pour conclure le lien unissant un Calice à son vampire, il fallait passer par une relation sexuelle... Si on m'avait un jour dit qu'il me faudrait l'expliquer à mon futur calice, je crois que je serais tombé des nues avant d'éclater de rire. Pourtant, il allait me falloir le lui dire, m'assurer qu'elle comprendrait et qu'elle puisse s'y préparer... Je ne voulais rien forcer, j'avais besoin de son consentement...

► En clair, pour conclure le lien, il faut que je te fasse l'amour... Mais je ne veux pas que tu te sentes obligée...

Je savais qu'elle savait que j'en avais envie depuis... le début, sinon je ne passerais pas autant de temps à la toucher et à la caresser quand nous étions à la maison mais je ne voulais pas qu'elle se croit obligée d'accepter uniquement pour dissoudre le lien avec le Broken. Je voulais qu'elle puisse y réfléchir et prendre sa décision en pleine connaissance de cause, en sachant ce qui l'attendrait... Je voulais qu'elle le veuille également. Je lui laissais le temps de la réflexion, gardant simplement sa main dans la mienne, la caressant doucement tout en continuant à lui expliquer en quoi consistait le lien...

► Le lien entre un Calice et un Vampire, comme Julian te l'a dit, c'est presque l'équivalent d'un mariage. Premièrement, je ne pourrai plus boire le sang de qui que ce soit d'autre jusqu'à la fin de ma vie. Je saurai toujours où tu es et ce que tu ressens, même quand je dors ou que je suis loin de toi... Le lien me permet de savoir si tu es en danger ou pas. C'est comme un sixième sens qui se développe, ça c'est pour le côté pratique du lien. Pour le reste, je risque d'être encore plus jaloux et possessif envers toi. La fidélité est primordiale dans ce genre de relation parce qu'elle ne vise pas à te rendre malheureuse, bien au contraire. Je dois prendre soin de toi, te protéger mais je ne pourrais pas le faire si je n'étais pas amoureux de toi et tu ne serais pas autorisée à devenir mon calice si tu ne m'aimais pas... C'est la seule obligation, si on peut dire ainsi, qui est inaltérable, le vampire et son futur calice doivent s'aimer. Et je t'aime Aëlys... J'ai cru devenir fou quand tu t'es fait agressée...

Je n'étais pas certain qu'elle avait tout compris mais j'espérait au moins qu'elle avait compris le plus important, pour le reste, je laisserais ses questions venir au fur et à mesure pour y répondre. La balle était dans son camps.  


© Jawilsia sur Never Utopia

Aëlys's willing slave
avatar
Aëlys's willing slave

Messages : 148
Voir le profil de l'utilisateur




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 16 Juin - 10:58
J’eus à peine le temps de comprendre les paroles de Julian qui venait de partir que Rhydian déposa une nouvelle fois ses lèvres sur les miennes, me faisant ainsi goûter un peu au goût métallique qu'étais mon sang, Mais étonnamment ce n'était pas dégouttant, juste écœurant . Puis vint le temps des explications, ou je me mit à rougir énormément sur le passage à l'acte sexuel...Cela me posais beaucoup de problème presque autant que l'idée de boire du sang de Rhydian...Je me sentais un petit peu perdu là, mais j'avais retenu l’essentiel. Ce qui en résulterait serais basé sur un lien puissant basé sur l'amour et la fidélité, quelque chose que toute femme désirais avoir et je l'avais là à portée de ma main. Il fallait que je saisisse cette opportunité coûte que coûte et que je reste moi même quoi qu'il arrive !


-Je ne vais pas te mentir...Je n'ai aucune expérience sexuelle...j'ai peur de ne pas être à la hauteur de tes espérances, l'idée de devoir boire du sang me dérange...Mais je veux être ton calice ! Si tu me mord tout le temps sans me faire de mal l'idée de te nourrir ne me déplaît pas. Cela ne me dérange pas que tu sache ou je suis ou ce que je ressens. Quand à ma fidélité, ne te l'ai je pas prouvé ses derniers mois ? Franchement j'aime quand tu est jaloux et possessif avec moi car cela veut dire que tu tien énormément à moi et pas autre chose non ? Moi même s'il t'arrivais quelque chose je crois que je deviendrais cinglée...Oui totalement folle de chagrin et de colère... Tu as désormais ma réponse...


J'inspirais longuement, ayant tacher d'être sincère dans toutes mes paroles qui je l'espère lui avait prouvé que vampire ou pas je l'aimais sous toutes ses formes.
Rhydian's Heart
avatar
Rhydian's Heart

Messages : 178
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 16 Juin - 10:58





Un séjour à l'hôpitalDécision importante



Quelques jours après l'attaque subie par Aëlys...

Sa réponse me combla, même si je pouvais comprendre que boire du sang pour un être humain pouvait avoir quelque chose de révulsant. Quand à son inexpérience en matière de relation sexuelle... Elle ne pouvait sans doute pas savoir l'effet que ça me faisait. Je serais son premier et son dernier homme, sa virginité serait mienne, ce qui était tout autant flatteur qu'intimidant. Il y avait une certaine fierté à prendre la virginité de la femme qu'on aime et je la ressentais comme n'importe quel homme...

► Aëlys, tout homme, vampire ou humain, ne peut qu'être fière de trouver sa femme vierge lors de leur première relation sexuelle. Je vais pas te mentir, ça fera un peu mal au début, tu dois le savoir, tu as eu des cours de biologie à l'école... Que tu sois vierge ne me dérange pas, bien au contraire, c'est un honneur de savoir que je serai ton premier homme et... ton dernier. C'est aussi très intimidant parce que je ne veux pas te faire mal... Quand à mon sang, tu n'as pas à en boire beaucoup, juste un peu et par la suite de temps en temps pour renforcer notre lien... Tu ne peux pas savoir ce que ça me fait de savoir que tu m'acceptes comme je suis et que me nourrir ne te révulse pas...

Je frottais mon nez contre le sien avant de reprendre ses lèvres, me mordant un peu la joue pour partager un peu de mon sang avec elle aussi discrètement que possible sans qu'elle s'imagine devoir boire comme je l'avais fait avec elle. À présent qu'elle était libérée de sa perfusion et de son plâtre, je rêvais de la ramener à la maison... C'était peut-être plus prudent de conclure le lien à l'hôpital mais franchement, ça manquait d'intimité... Pour un peu qu'Aëlys soit bruyante, tous les vampires de l'établissement risquerait de l'entendre même le plus discret de ses gémissements, hors, pour sa première fois, je voulais que ce soit parfait... Je la voulais dans mon lit, nue, étendue, détendue, qu'on puisse prendre notre temps sans qu'elle se sente intimidée par l'endroit en s'imaginant que n'importe qui pouvait entrer et nous surprendre... Je voulais qu'elle ne pense à rien d'autre qu'à nous... Notre lien était entamé, plus rien ne me retenait de la ramener chez nous... Je soufflais doucement contre ses lèvres...

► Je vais te ramener à la maison... Je ne veux pas que ta première fois se passe dans un hôpital... Pendant que je règle les dispositions pour te ramener chez nous, je veux que tu penses à une chose ou deux... Je t'aime et je n'ai aucune attente, Aëlys... Tout comme tu as toujours été libre de m'arrêter quand je te caressais avant, tu seras toujours libre de faire ce que tu veux... Si tu veux me toucher, touche moi, si tu ne veux pas, ne le fait pas... C'est toi qui décide, Aëlys, ça a toujours été toi...

Même si je ne manquais pas d'expérience, sans être un expert n'exagérons rien, jusqu'ici, j'avais toujours été à son rythme, je ne voyais pas de raison de changer mes habitudes. Je prendrais le temps qu'il faudrait même si ça se comptait en heures... Je voulais que ce soit parfait pour elle et je ferais tout ce qu'il faudrait pour que ce le soit. Je ne planifiais rien parce que je n'avais rien en tête exception faite de la faire mienne, complètement et entièrement. Pour le reste, je lui laissais les rennes... Je l'embrassais une fois encore avant de me lever du lit...

► J'ai laissé des vêtements propres pour toi dans l'armoire l'autre jour... Habille toi pendant que je règle la paperasse...

Voilà que je me sentais nerveux. C'était idiot mais l'idée de la déflorer m'intimidait grandement même si ça faisait deux mois que j'en mourais d'envie. Maintenant que le moment était venu, la nervosité me gagnait comme un ado lors de son premier bal de promo ou lors de sa première fois. C'était ridicule bien sûr mais Aëlys me faisait confiance et attendrait probablement que je la guide ou que je l'initie, sauf que ça, c'était nouveau pour moi. Les quelques amantes que j'avais pu avoir étaient déjà toutes expérimentées, je n'avais pas eu la responsabilité de le apprendre quoi que ce soit... Pour Aëlys, c'était tout le contraire, elle avait tout à apprendre et je ne voulais pas la brusquer...
Je sortis de la chambre, prenant mon temps pour qu'elle puisse en avoir un peu pour elle, pour qu'elle se fasse à l'idée de ce qui allait se passer une fois qu'on serait rentrer... J'allais signer les papiers de sortie, pris le temps de discuter avec l'infirmière en chef pour m'assurer qu'elle serait capable de supporter le lien, je pris autant de temps pour revenir à la chambre...  


© Jawilsia sur Never Utopia

Aëlys's willing slave
avatar
Aëlys's willing slave

Messages : 148
Voir le profil de l'utilisateur




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gène-V :: Zone HRP :: Archives Rp's-