Forum qui contient des adultes qui s'aiment derrière un paravent.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le forum est en pause indéterminé pour un remaniement en vue d'une V3. Inscriptions fermées, partenariats ouverts.

Partagez | 
 

 Svarog Olliver Vélès ⁂ Liberté captive.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité Invité
MessageSujet: Svarog Olliver Vélès ⁂ Liberté captive.   Sam 18 Juil - 18:44

Changement de code autorisé par Julian.
Svarog Olliver Vélès.
ft. Ookurikara – Touken Ranbu.
⁂ Prénom ; Svarog. Il a décidé très jeune qu'il ne supportait pas ce prénom et n'utilise que sous son second prénom, Olliver. Communément Liv ou Ollie.
⁂ Nom ; Vélès. Dieu des défunts et des dragons. Il faudra sûrement remercier ses ancêtres pour leur implication dans ce qu'ils appelaient encore à l'époque la « magie noire » ou plus communément l'alchimie.
⁂ Âge ; Vingt-deux automnes.
⁂ Date & lieu de Naissance ; Le 19 Octobre 1992, à Łódź, en Pologne.
⁂ Nationalité ; Polonaise.
⁂ Origines ; Brésiliennes et polonaises.
⁂ Groupe ; Humain.
⁂ Situation familiale ; Célibataire, sans enfant.
⁂ Orientation Sexuelle ; Hétérosexuel.
⁂ Étude/Emploi ; Conservatoire de danse, puis le ballet russe avant de suivre des cours de danse et de théâtre à Broadway.
⁂ Défaut Majeur ; Borné.
⁂ Qualité Majeure ; Calme.
Caractère
« Une idée animée par le génie et portée par la passion est plus forte que tous les éléments réunis. » Magellan,  Stefan Zweig

⁂ L'eau : Sans aucun doute, l'un des traits de caractère les plus évidents chez le jeune polonais. Doux et pacifique par nature, on pourrait penser qu'il tient autant de son père que de sa mère. Mais la biologie n'y est pour rien. Si enfant il a pu avoir de brèves passes turbulentes, comme tous les petits garçons, il a dès le début appris à vivre d'une façon posée et calme, paisible. Un plaisir pour ceux qui le côtoie, du fait de son silence apaisant et de son aptitude infaillible à être à l'écoute. Sa douceur fait de lui un bouc émissaire facile, mais son indifférence souvent récurrente a tendance à en déstabiliser un certain nombre, d'autant plus que les petits plaisantins finissent généralement par se lasser.
⁂ La terre : Son tempérament volontaire fait d'Olliver l'archétype du jeune homme assidu, marqué par une détermination inébranlable. Il ne démord de rien et fait généralement les choses selon sa propre conviction. D'une part tête de mule, à ne démordre que très rarement de sa propre ligne de pensée, il n'en est pas moins un battant dans l'âme, qui ne lâchera pas un objectif avant d'être parvenu à le réaliser. Cet aspect de sa personnalité peut parfois le faire sembler prétentieux, du fait de ses idées un peu fermes, ou pire encore, on peut penser qu'il s'agit simplement d'un immense connard. Mais non, c'est seulement qu'il n'a que ses propres valeurs pour le guider. Alors il s'y accroche. Après tout lorsque l'on est seul, il n'y a plus que ça pour vous faire tenir le cap. Au mieux, on pourrait seulement dire qu'il est ambitieux, mais ça, il l'a appris de ses parents.
⁂ L'air : Olliver est patient. Probablement à l'excès, et certainement dans le pire sens du terme. Allant de paire avec son esprit volontaire, il peut être patient aussi bien pour panser les plaies d'une personne dans le besoin que pour nuire à quiconque. L'adage « tout vient à point à qui sait attendre » prend une tournure toute nouvelle avec le jeune Vélès. Dans un premier temps, les gens le penseront fou de pouvoir passer autant de temps à attendre dans sa sérénité olympienne, patientant sans relâche qu'une amie cesse enfin de pleurer, que les résultats d'un examen paraissent. Mais à bien y regarder, il peut s'agir d'un énorme défaut. Car lorsqu'il s'embarque à vouloir réussir un nouveau pas de danse, une nouvelle figure, son côté borné prend le dessus. Et de la patience bienfaitrice, l'on tombe dans l'action nocive. Pouvant travailler jusqu'à l'épuisement et l'évanouissement, il est capable de persister des heures durant jusqu'à ce que son geste soit idéal. Une chose que ses parents lui ont souvent reproché, restant en permanence dans son dos pour le surveiller. Mais lorsque l'on vit seul, les choses ne se passent plus de la même façon. Encore moins lorsque l'on use de sa patience au détriment d'une tierce personne.
⁂ Le bois : Enfant unique, Liv n'a que peu eu l'occasion de s'ouvrir au monde extérieur dès sa plus tendre enfance. D'une mère plutôt calme ne faisant que rarement dans les effusions lexicale, et d'un père au tempérament absolument taciturne, Ollie s'est emmuré dans une habitude que certains qualifieraient gratuitement d'asociale. Mais lui préfère se dire solitaire. Il se satisfait volontiers de la quiétude du silence, préférant même parfois répéter ses chorégraphies au seul son imaginaire des airs qu'il a retenu par cœur. Nerveux à la seule entente d'un son répétitif, on pourrait le croire névrosé alors qu'il n'est juste pas habitué à parler plus que de raison. Adepte des réponses par monosyllabes ou par simple fait d'opiner du chef, certains avouent même ne jamais avoir entendu sa voix. Même si le plus amusant à ses yeux demeure ces moments où les inconnus le pensent muet. Grand bien leur en fasse.
⁂ L'acier : Être prévenant, c'est une chose qu'il a apprise dès sa plus tendre enfance. Pour s'occuper de sa mère, pour préparer des plats à son père veuf et surveiller sa santé. Pour beaucoup il peut seulement s'agir de toutes petites choses. Des gestes qui pris un par un peuvent faire dire « c'est un bon garçon ». Sauf qu'il agit de la sorte envers tout et tout le monde – en principe –. Bien qu'il ait un faible pour toutes les vies de la nature, ayant habitué ses parents à ramener tous les animaux blessés ou égarés dans leur jardin. Mais même s'il est aussi débonnaire, son altruisme a pour limite son manque de sociabilité. En effet, son incapacité totale aux expressions claires, aux sentiments et aux effusions verbales en font un grand incapable du mensonge et du tact. Parfois abrupt, ses bonnes intentions peuvent se voir ruinées par son trop plein de sincérité, le rendant bien souvent plus méchant qu'il n'y est réellement.
⁂ Le feu : Comme une suite logique bien attendue, Ollie est ce que l'on peut appeler naturellement un gentilhomme. Sa courtoisie n'a d'égal que sa loyauté. Il est ce genre d'hommes que l'on peut qualifier de digne de confiance. Son silence est un tombeau, et sa sincérité n'a d'égal que sa volonté de faire le bien. Et si l'on pourrait penser que son impassibilité fait de lui un mur d'indifférence, ce n'est pas le cas. Si effectivement il est rare de lire une quelconque émotion sur son visage, il n'en est pas moins terriblement sensible. Si les larmes ne lui viennent pas naturellement, il peut très facilement être blessé par les paroles des gens qui l'entourent. Et tout côté vaillant ou courageux laissé de côté, il manque aussi beaucoup de confiance en lui. Complexé par les paroles dures qu'il a pu entendre depuis l'enfance, il a appris à être susceptible, mais se soigne, tentant du mieux qu'il peut de garder ça bien enfoui. Mais ne doutez pas d'une chose : il a la dent dure et est très rancunier.
Physique
« Il n'est pas de rose si blanche que n'effleure à son heure un rien de poussière » L'élément le plus pur de la création, Nicephore Rettakos

⁂ La carne: La première chose que l'on voit chez Ollie, c'est la teinte basanée de sa peau. D'une nuance olive foncée, sa peau rappelle celle des sud américains, une peau léchée par le soleil, plus que mordorée sans virer aux palettes sombres. Souvent pris pour un étranger, sa complexion tranche nettement avec la peau des habitants de son pays d'origine, la Pologne. Toutes ces peaux d'opale ne sont rien à côté du caramel qui s'étale en une surface lisse et souple sur le corps du jeune homme. Bien que l'adolescence lui ait fait vivre les affres de quelques traces d’acné, Liv est aujourd'hui le genre d'homme qui ne rechigne pas à prendre soin de lui. Sa chair lui vaut souvent des compliments, douce comme celle d'une femme, alléchante aux yeux des autochtones. Enfant, ce détail a pu lui valoir de nombreux commentaires. Mais aujourd'hui, il s'en moque, ce n'est qu'un grain de sable dans le désert.
⁂ Le faciès: Ses traits n'ont rien de ceux de ses parents. Pour cause, il n'est pas leur fils biologique. Alors les lignes qui dessinent son visage, le couple Vélès a du apprendre à les aimer sans qu'elles n'aient jamais rien de communes à leurs propres attributs. Un visage arrondi qui avec l'âge adulte s'est allongé, conservant néanmoins cet allure féminine, ces pommettes hautes accentuant le côté délicat de sa figure. Un nez étroit et légèrement retroussé, marqué depuis l'enfance de quelques tâches de rousseur qui ne se voient que peu. Des lèvres fines aux teintes parme, tranchant avec le hale naturel de sa peau. Des yeux aux couleurs du sud, d'une palette olive tirant à l'ambre, quelques tâches d'ocre mordant l'intérieur de son iris, le tout orné de longs cils charbonneux et de la fine ligne de ses sourcils noirs. Son minois n'a rien de viril, si ce n'est la ligne tendrement carrée de sa mâchoire, qui aux yeux de certains ne fait que marquer un esprit caractériel, et pas spécifiquement le côté mâle qui règne chez le garçon. Pourquoi particulièrement féminin ? Probablement pour cause d'une longue chevelure d'un brun chocolat. Héritage d'une mère qui portait elle-même une crinière lui arrivant en-dessous des reins, Liv en grandissant a choisi de suivre la même voie. Et si de dos, la différence n'est pas faisable, quand bien même ses cheveux seraient relevés en un chignon peu travaillé, même de face, certains peuvent s'interroger. Mais Olliver n'est pas le genre compliqué. Il est ce que les gens veulent bien voir chez lui. Si certains ne voyaient que le superficiel, c'est qu'ils ne méritent probablement pas d'en savoir davantage.
⁂ L'allure : Il n'a jamais connu une croissance fulgurante. Ni même une prise de muscle incroyable. Ollie est du genre svelte, fluide. Du haut de son mètre soixante-dix, il n'a pas honte d'être d'une taille plus petite que la moyenne. Son poids ne dépassant pas les soixante-quatre kilos font de lui ce que l'on qualifie naturellement de poids plume. Mais quoi de mieux pour les portés ? Sa stature est bel et bien celle d'un danseur. Si ses muscles ne sont pas visibles au même titre que ceux d'un athlète, son corps est une ligne musculeuse. On pourrait le croire maigrelet ou faible. Mais les apparences restent trompeuses. Il peut aisément soulever ses partenaires faisant un poids équivalent au sien. Et s'il n'est pas un combattant, il ne s'en sortirait pas sans lui-même accrocher quelques coups pour laisser entendre son opinion. Des épaules légèrement carrées, un corps dépourvu de toute forme de pilosité pour les biens de l'art qu'il choie, on pourrait le penser adolescent, si ce n'est pas le prendre pour une demoiselle, avec ses hanches légèrement marquées et ses jambes galbées. Probablement que ses cheveux extrêmement longs n'aident en rien.
⁂ Les stigmates : La première chose que l'on voit de détonnant chez lui, c'est la couleur de ses cheveux. D'origine d'un brun ébène, c'est un ballet qui lui a imposé de teindre ses cheveux d'un rouge iridescent. Si la longueur excentrique de sa chevelure a rendu la tâche ardue, depuis sa prestation pour le ballet russe, ses cheveux ont poussé, le brun reprenant sa place, laissant désormais un ombré brun et rouge sur les cheveux du jeune homme. Ça ne le dérange pas vraiment, il s'y est habitué, même si certains être puérils trouvent encore suffisamment hilarant de lui tirer les cheveux ou de l'affubler de sobriquets féminins. Ça l'indiffère. Mais il n'y a pas que ça. Il faut aussi jeter un coup d’œil à ses mains et ses pieds rendus calleux par la danse et l'exercice. Rien de surprenant chez un danseur. Autrement, il n'a pas grand chose de différent de quiconque. Quelques cicatrices d'une enfance casse-cou, marquant sa peau foncée de lignes d'opale, ou les marques d'aiguilles qui ponctuent la peau tendre à l'intérieur de son coude. Souvenir de nombreux passages dans les centres de don de sang. Ce n'est pas peu courant lorsque la médecine découvre un porteur de rhésus null. Ou alors ses côtes légèrement visibles lorsqu'il est torse nu, accentuant une ossature le rendant pour certains « décharné », mais qu'importe, c'est ce qui est nécessaire pour réussir dans son domaine, bien que ça n'ait jamais été au goût de son père.
⁂ L'ombre : La moindre chose que l'on puisse penser en observant l'ensemble de la toile que constitue Olliver, c'est qu'il correspond dignement à l'art auquel il s'est voué. Le pas léger, pour ne pas dire silencieux aux oreilles humaines, il a la démarche de ceux qui savent se mouvoir. Un équilibre certain, une aisance toute naturelle à virevolter. Certains emploieraient le terme de félin, lui répondra simplement qu'il a suffisamment travaillé pendant toute sa courte vie pour acquérir souplesse et agilité. Il n'en faut pas tellement plus pour rendre les choses douces à regarder. Il n'est pas du genre à danser en dehors des studios, ou à se laisser aller à un quelconque écart lorsqu'il est dans la rue. Encore plus depuis qu'il a rejoint les douces contrées de New York. Il n'y a après tout aucune nécessité à afficher dans sa gestuelle et sa manière d'être son métier. Et bien qu'il suive des cours de théâtre, il n'en est pas moins indéfiniment impassible. Ce n'est pas lui qui décrochera un sourire à un inconnu ou qui viendra naturellement en aide à quiconque. Non pas parce qu'il n'est pas serviable, non, seulement parce qu'il ne saurait pas engager la conversation naturellement. Alors au final, il est plutôt passe partout, avec ses mouvements maîtrisés, calculés. Il profitera parfois de ses aptitudes physiques pour s'échapper d'une situation ennuyante, ayant appris depuis la Pologne et les actes racistes que, le meilleur moyen de savoir si l'on connaît une ville, c'est de savoir la parcourir par les toits. Loin d'être yamakazi, disons seulement qu'il a développé une qualité assez naturelle à escalader les grillages et s'échapper des endroits que la plèbe pourrait qualifier de cul de sac. Non pas sans égratignures, on ne va pas se mentir. Mais mieux vaut se fouler la cheville que de se faire trouer la peau, non ?
éléments biographiques.
« L'élément tragique pour l'homme, ce n'est pas qu'il ignore le sens de la vie, mais que ça le dérange de moins en moins. » Vaclav Havel

⁂ Destin : Au départ, il y avait seulement un couple qui s'aimait profondément. Harley, une allemande atteignant bientôt la cinquantaine d'année, malgré sa beauté encore rayonnante, et Joe, un anglais de bonne famille qui était tombé amoureux de cette femme et de la Pologne lors d'un échange universitaire. La différence d'âge ? Le choc culturel de l'Angleterre à la Pologne ? Il n'y a pas prêté davantage attention. Non, il était simplement fou amoureux d'elle. Et elle le lui rendait bien. Harley, une pianiste de conservatoire, parcourant régulièrement l'Europe pour apaiser les mélomanes, adoucir les cœurs par son talent renommé à caresser les noires et les blanches. Joe, lui, a toujours eu un faible pour la justice. Il faudrait même dire qu'il est né pour être juste. C'est donc sans réelle difficulté qu'une fois ses études en poche et une équivalence obtenue, il a rejoint les bancs de l'académie de police afin de devenir officier dans la belle ville de Łódź, dans sa nouvelle patrie, la Pologne. Au départ ça a pu être un peu compliqué, notamment l'adaptation à la langue, le regard des gens face à leur couple original. On ne voit pas tous les jours de jeunes mariés ayant pour l'un la moitié de l'âge de l'autre. Mais ne dit-on pas que l'amour est aveugle ? Pour lui, ce n'était clairement qu'un banal détail. Alors quand à ses vint-cinq ans, Harley en eut cinquante-deux, et qu'il lui proposa d'avoir un enfant, elle fut heureuse, oui. Mais la biologie avait déjà rattrapé cette pauvre maman en devenir.
⁂ Évolution : Alors de la justice, Joe dut se contraindre à accepter un détour. Non pas que la pratique fut illégale. Après tout, les conventions de mère porteuse n'ont rien de bien notable dans les années 1990. Pourquoi ne pas passer par l'adoption ? Parce qu'ils tenaient quelque part à assurer leur descendance par le sang. Ils ont donc trouvé une jeune femme ravissante, une ressortissante brésilienne d'à peine l'âge de Joe. Elle a accepté sans rechigner, en besoin d'argent pour assurer le paiement du crédit de sa maison, puis qu'y a-t-il de plus beau que d'apporter le bonheur dans la vie d'une famille ? Elle s'appelle Anna, elle est brésilienne et tout ce qu'il y a de magnifique. Rien de bien différent de sa mère Harley, au fond, bien qu'elle n'ait rien de la peau basanée ni des immenses yeux verts. Le centre hospitalier de Łódź a participé à la procréation par le processus normal, récolte des gamètes mâles de Joe, implantation chez Anna. Une chance naturelle qui leur permit, quelques semaines plus tard, d'entendre l'annonce heureuse d'un bambin à venir. Ce qu'ils ne savaient pas à cette époque-là, c'est qu'Anna les avait floués. Quelle idée d'aller coucher avec un inconnu lorsque l'on est sensé être inséminé artificiellement ?
Neuf mois plus tard naît Svarog, un nom qui peut sembler choquant aux parents tant de Harley que de Joe, mais c'est un nom de la mythologie de leur terre d'adoption, pourquoi s'en priveraient-ils, eux qui ont tout obtenu grâce à la Pologne ? L'enfant n'a rien de Joe. Ni son nez légèrement crochu, ni ses yeux bleus, ni ses cheveux blonds. Encore plus, l'enfant a des tâches de rousseur. Chose que ni Anna ni Joe ne présentaient. Qu'il soit ou non leur enfant, au fond, il l'aimeraient quand même. Peut-être même plus encore. Anna reçut son argent et disparut comme il avait été convenu. La suite, c'est la vie la plus normale d'une famille naissante. Svarog grandit, petit gamin plutôt sage, bien que ne ratant pas les premiers grands coups de l'enfance, vas-y que je me casse un bras en essayant de rattraper un ballon dans la gouttière, ou encore la fois où il a essayé de rattraper la voiture de police de son père avec son vélo, on voit encore légèrement la cicatrice des éraflures sur son genou droit. Mais autrement, jusqu'à ses quatre ans, rien à signaler. Puis il a commencé à s'intéresser à la musique plus que de raison. Le rythme lui venait naturellement, et son envie de déranger sa mère lorsqu'elle jouait pour apprendre ravit Harley. Il est inscrit au solfège et à des cours de piano. Mais au cours de l'année, Svarog découvre son vrai intérêt : la danse. Comment ? Rien de plus simple, le cours de musique se tenait à proximité du studio de danse des adultes. Et quand après plusieurs évasions de l'enfant, Harley comprit que ce n'était pas tant la musique que le rythme qui passionnait son fils, elle prit la décision de l'inscrire en danse classique.
⁂ Révolution : Âgé d'à peine cinq ans, Svarog s'affirme. Il n'aime pas son prénom, trop différent de celui de ses parents, et décide d'être appelé Olliver, comme son second prénom. À cet âge-là, ce n'est pas bien compliqué lorsque l'on est enfant. Puis avec les mois, plus grand monde ne l'appela Svarog, seulement ses parents, mais eux, il ne leurs en voulait pas. Puis de toutes façons, qui a déjà entendu parler d'un danseur s'appelant Svarog ? Olliver c'est plus plus doux, plus élégant, pourquoi s'embarrasser davantage ? Personne ne trouva à redire à ce raisonnement. Les années passent, Ollie prend en assurance, s'éprend de la danse, ne vit plus que pour ça, même s'il n'a pas le choix, l'école n'est pas subsidiaire, encore moins lorsque ses parents lui ont posé l'ultimatum d'arrêter la danse s'il ne travaillait pas correctement. Bon gré mal gré, à peine âgé de dix ans, Olliver se remet sérieusement à travailler à l'école, mais n'en démords pas de la danse. Ça continuera comme ça jusqu'à ses seize ans. Cette année-là, il perdit sa mère d'un cancer du pancréas. Son père n'a pas bien encaissé la nouvelle, sombrant peu à peu dans l'alcool. Mais son fils ne le laissa pas faire. Et si de temps en temps Olliver retrouvait des bouteilles de whisky dans la poubelle du bureau de son père, il n'en dirait rien. Ils allaient s'en sortir. Ollie s'est donné corps et âme dans la danse, au point d'être remarqué par ses professeurs qui l'ont inscrit aux concours du ballet Russe. Son père l'encourage, retrouvant chez son fils l'engouement de sa défunte femme pour la musique. Ollie passe de longs moments au piano de sa mère, apprenant fastidieusement les pièces qu'elle préférait. S'évertuant aussi à faire manger son père correctement pour qu'il ne soit exposé à aucun facteur cancérigène. La vie reprend son cours doucement. À dix-sept ans, Olliver est admis au conservatoire du ballet russe. Il part pendant plus d'un an là-bas, et ne revient en Pologne que pour une représentation. Son père y assiste et ne reconnaît pas immédiatement son fils tant il a pris en majesté. Il ne revient en Pologne qu'âgé de dix-neuf ans afin de finir sa scolarité. Puis à vingt ans, Olliver et son père s'accordent à réaliser le rêve du jeune homme : il irait rejoindre les étoiles de Broadway. Il faudra deux années pour que Joe réunisse la somme suffisante, et qu'Olliver parvienne à user de ses contacts acquis au cours de son année au ballet russe pour décrocher une place aux cours dispensés à Broadway. Il faudrait dès lors plus que la danse pour qu'il parvienne à réaliser son rêve. Et si le théâtre se présentait comme une activité complexe pour le jeune homme au visage perpétuellement inexpressif, il avait promis à son père de faire tout son possible pour réaliser son rêve.
⁂ Échec : Si Olliver réaliser son objectif ? On ne le saura pas. Arrivé depuis à peine deux mois à New York, le jeune homme de vingt-deux ans est porté disparu avec son colocataire. Il ne s'est pas rendu à ses leçons de danse ou de théâtre, et la propriétaire de leur appartement n'a plus eu signe de vie depuis plusieurs jours.
⁂ Pseudo ; Liv.
⁂ Âge ; Majeur et vacciné. /pan
⁂ On s'connait de... ; Celse.
⁂ Remarques ; Mes plus sincères excuses pour mes délais intenables. J'essaye de me soigner pour finir à temps, promis ! (Et merci de votre patience).
⁂ Code du règlement ; Code ok by Chase

Celse Leyva-Ortega sur Gène V
Revenir en haut Aller en bas
Snow soul
Chase O'KellyMessages : 204
avatar
Snow soul
MessageSujet: Re: Svarog Olliver Vélès ⁂ Liberté captive.   Dim 26 Juil - 10:52




Félicitations Olliver!
Félicitations! Tu as complété ta fiche personnage avec brio! Et encore c'est le moins qu'on puisse dire, avec une telle fiche, on pardonne aisément les petits retards de délais, c'est un véritable plaisir de te lire et j'espère avoir la chance de te croiser en rp un de ces quatre. Te voici donc prêt à aller jouer dans le monde de Gène-V. Tu as été ajouté au groupe des Humains, mais pour une expérience optimale, pense bien à recenser ton avatar! Tu peux aussi chercher des relations en créant ta fiche de liens ici, demander un logement dans cette section et faire une demande RP en créant un sujet ici!

Si tu as la moindre question, n'hésite pas à contacter le fondateur Julian Conteria et/ou l'administrateur Chase O'Kelly

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Svarog Olliver Vélès ⁂ Liberté captive.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fort-Liberté, une potentialité touristique
» Aimé Césaire, la liberté pour horizon
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» les chemins de la liberté
» Svarog

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gène-V :: Zone HRP :: Archives-