NC-18
 
AccueilCalendrierPublicationsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Le forum est en pause indéterminé pour un remaniement en vue d'une V3. Inscriptions fermées, partenariats ouverts.

perte de mémoire, comment affoler un vampire amoureux (pv chase)[Lemon]

 :: Habitations :: Appartements Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Dim 6 Déc - 11:49


Perte de mémoire...





Sentir sa main dans mes cheveux me fit frissonner et faire le dos rond comme un chat réclamant des caresses alors que je continuais à satisfaire l'appétit qu'il avait allumé en moi jusqu'à sa jouissance dont je ne perdis pas une miette pour la déguster. Je l'attirais jusqu'à moi ensuite, l'eau du bain avait refroidi mais de toute façon, il était temps de sortir si on ne voulait pas se laisser dépasser par les évènements et le temps qu'on sorte, qu'on s'essuie et qu'on enfile quelque chose pour la nuit nous donnerait le temps nécessaire pour reprendre nos esprits... Ou du moins, je l'espérais.
Je souris à Yuki, taquin avant de répondre à sa déclaration...

En l'occurrence c'est toi qui m'a fait perdre la tête, Chaton mais je pense comprendre ce que tu veux dire... Sortons de l'eau avant que tu n'attrapes un rhume...

Je ne perdis pas de temps, je me redressais en l'aidant à en faire de même et je sortis du bain le premier pour l'aider à en faire de même en m'assurant qu'il ne glisse pas. Il ne manquerait plus qu'il se frappe la tête contre le bord de la baignoire et reperde la mémoire... Une fois qu'il fut sur la carpette de bain, j'attrapais deux serviettes avant de lui en tendre une pour qu'il s'essuie pendant que j'en faisais de même et pour une fois, je ne me privais pas de l'avantage certain que confère le fait d'être un vampire. Je fus donc rapidement sec et il ne me fallut pas plus de temps pour retourner dans la chambre pour enfiler un boxer et un pantalon de sport que je comptais bien garder pour la nuit au risque que ça me gène pour dormir. Je n'avais aucune intention de jouer les tentations pour Yuki qui était aussi réceptif que moi. Revenant dans la salle de bain, je pris la liberté de lui amener un pyjama... J'imaginais qu'il allait sans doute bouder mais c'était pour la bonne cause, on avait déjà dépassé le stade du "rester sage" mais je ne voulais pas aller plus loin, pas ce soir...
C'est donc comme si c'était entièrement naturel que je lui ramène un pyjama que j'entrais dans la salle de bain, le posant sur un meuble servant de rangement aux produits de bain.

Je t'ai ramené un pyjama... Je me suis dit que ce serait plus convenable de cette façon et au moins, ça canaliserait la tentation...

Autant dire que je n'avais aucune confiance en nous et c'était le cas. Il suffisait de voir comment on s'était quasiment jeté l'un sur l'autre dans le bain un instant plus tôt. Il n'en faudrait pas beaucoup plus pour qu'on passe à l'étape suivante mais ni l'un ni l'autre n'étions prêt pour cela, d'où mon initiative concernant le pyjama. Je nous connaissais assez pour savoir qu'une fois l'étincelle allumée, il était difficile de l'éteindre, pour Yuki comme pour moi... On a toujours été affamé l'un de l'autre depuis qu'on est ensemble. Même ma relation avec Senbi n'avait pas été aussi intense. Certes, on n'avait pas vécu comme des moines et on s'était même permis quelques excentricités mais cela n'avait rien à voir avec ce que je vivais avec Yuki. Avec Senbi, ce n'était rien de sérieux, ni pour elle, ni pour moi, on s'amusait ensemble, on se faisait du bien mais on n'aurait jamais pu être plus que des amis, alors qu'avec Yuki... De plus, pendant son coma, j'avais utilisé tout mon quota de mots doux en espérant le faire revenir plus vite... Il faudrait qu'il attende encore longtemps avant que je ne lui redise que je l'aime. Je m'étais moqué de prendre le risque de paraître pathétique aux yeux des infirmières, des médecins et de ceux qui venaient le voir, pendant son inconscience, je n'avais fait que lui répéter encore et encore combien je l'aimais, à quel point j'avais besoin de lui, que je supporterais pas d'attendre de dépérir lentement s'il ne me revenait pas, que je n'attendrais pas pour le rejoindre s'il me laissait... Un brin dramatique peut-être mais je n'étais pas vraiment en état de penser autrement.

J'étais sortis de la salle de bain en y repensant, rejoignant la chambre, lançant un fond de musique classique et sortant un carnet... Ca faisait longtemps que je n'avais plus écrit et pour une raison qui m'échappait, j'avais besoin de le faire. Ce n'était pas un journal intime, premièrement je suis trop vieux pour ça et secondement, je n'en ai jamais eu besoin. Non, c'était un carnet que je remplissais seulement quand j'en sentais le besoin, que je relisais parfois simplement, un simple carnet qui me permettait de me retrouver quand je me sentais perdu, que ce soit en le lisant ou en écrivant. Je fouillais encore à la recherche d'un stylo quand Yuki sortit de la salle de bain.

Tu n'aurais pas vu mon stylo ? J'en garde toujours un à portée de main mais je ne le trouve pas...

J'avais conscience que c'était la première fois que Yuki voyais ce carnet, ce serait aussi la première fois qu'il me verrait le remplir mais quelque part, je m'en moquais, même s'il devenait curieux et qu'il veuille le lire, ça n'avait pas d'importance, il pouvait le faire... Dans ce carnet, il n'y avait que tout ce dont j'étais incapable de dire... J'avais commencé gamin, quand ma mère me manquait parce qu'elle travaillait trop... Ca avait commencé avec un simple "Maman me manque" alors que je ne m'en étais jamais plains à ma mère et ça avait continué comme ça au fil des années, au point que c'était à présent une habitude, presque un besoin d'y consigner tout ce que je n'arrivais pas à dire tout haut dans ce carnet quand le besoin s'en faisait sentir.







Snow soul
avatar
Snow soul

Messages : 158
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
Mar 8 Déc - 18:28
Etrangement, je me sentais moins lourd après ce petit moment de tendresse. C’est fou comme nos corps peuvent avoir venir a bout de notre raison. Mais qu’il ne compte pas aller plus loin ce soi. Bien que l’envie soit là, je ne me sentirai pas capable d’aller plus loin. J’ai envie de nous retrouver correctement en passant de bon moment ensemble. Il est adorable, il est au petit soin pour moi. Quand il m’envoie la serviette, je l’attrape et vient lui voler un baiser. La douche froide fut le pyjama qu’il m’apporta ensuite. En effet je grimaçais à sa vue. Je n’avais pas forcément envie de le porter. Je me fis violence pour l’enfiler tout en boudant. JE n’avais pas envie de lui proposer cela mais pour le principe je lui réponds

« En parlant de tentation, ne serait-il pas judicieux de faire chambre à part ? »

Ma demande en disant long sur ma réponse, je lui demandais cela sans en avoir l’envie de faire chambre à part. Cette séparation avec l’amnésie était déjà bien longue. Je savais qu’il allait refuser de toute façon, et je ne lui donnerai pas d’excuse. Un simple nom, sera suffisant ! Puis qui me servira d’oreiller moelleux. Chase avait l’art de m’apaiser dès que j’étais contre lui.
A la sortie de la salle de bain, je vis Chase chercher son stylo que je lui remi. Il était posé sur une table de nuit de notre chambre. C’était rare de le voir griffonner quelque chose et vient m’installer près de lui.

« Ne décrit pas nos ébats sexuels mon cœur d’accord »

Je souris, car ma réplique se voulait taquine et pas moqueuse. Je l’embrasse sur la joue posant ma tête sur son épaule. Je ne lui demanderai rien, il m’en parlera lui-même. Il avait droit à son jardin secret après tout et ça je respectais.

« Dis mon cœur, si on sortait demain soir ? »

Comme il pouvait le voir, j’avais envie de sortie en ce moment, ras le bol de rester enfermé, bien qu’il peut se passer tant de choses.
Chaton O'Kelly
avatar
Chaton O'Kelly

Messages : 39
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 9 Déc - 16:00


Perte de mémoire...





Faire chambre à part ?! Il plaisantait, là ? Je ne pris même pas la peine de lui répondre, je me contentais de le fixer comme si je lui demandais s'il avait à nouveau perdu la raison. On n'avait pas passé une seule nuit ensemble depuis qu'il avait été renversé et il proposait de faire chambre à part... Il ne pouvait qu'avoir perdu la tête. Je lui avait fourré le pyjama dans les mains en guise de réponse. Certes, il n'aimerait pas ça mais je préférais encore le voir avec un pyjama et dans mon lit que nu et dans son ancienne chambre.
Quand je sortis de la salle de bain, j'allais m'asseoir sur le lit, sortant mon carnet et cherchant ce satané style que je ne trouvais pas. Heureusement que Yuki avait de meilleurs yeux que moi sur ce coup là parce qu'il me le donna dès que je lui demandais s'il ne savait pas où j'avais bien pu le ranger. Sa remarque quand à ce que je pouvais écrire me fit sourire. Ce n'était pas vraiment ce genre de chose que je relatais dans mon carnet, nos ébats, je les gardais précieusement dans ma tête... Non, ce que j'écrivais, c'était tout ce qui me passait par la tête et qui avait une connotation négative telles que mes peurs, mes angoisses, ce qui m'irritait, m'énervait, me donnait un sentiment d'insécurité... L'amnésie de Yuki remplissait tous les critères et à présent qu'il était revenu, j'avais besoin d'évacuer tout ça. Je ne tentais pas de dissimuler ce que j'écrivais, je n'avais rien à cacher même si je ne lui avais jamais parlé de cette manie de me vider la tête de tous ce qui n'y avait pas sa place. S'il venait à me demander de lui donner le carnet pour qu'il puisse le lire, je le lui donnerais sans même une seconde d'hésitation mais j'appréciais assez le fait qu'il ne tente pas de lire ce que j'écrivais, qu'il ne tente pas de le lire discrètement comme un voleur.

Je n'écris pas ce genre de chose, Chaton. Les bonnes choses, je les garde là et là, dis-je ne me tapotant la tempe et la poitrine. Je n'écris que ce dont il faut que je me débarrasse, ça n'a rien d'un journal intime, c'est juste... un carnet noir, disons...

Les banques avaient leur liste noire des mauvais payeurs, moi, j'avais mon carnet noir des mauvais souvenirs. Chacun son truc. Ca faisait des années que je le remplissais mais je n'y écrivais pas tous les jours, je ne le faisais que quand j'en ressentais le besoin, quand je me sentais écrasé par toutes les émotions, tous les sentiments et tous les souvenirs néfastes qui m'arrivaient. L'amnésie de Yuki avait provoqué beaucoup de choses néfastes chez moi et il fallait que je m'en débarrasse pour aller mieux.
Je commençais à le rédiger, écrivant ce qui était arrivé à Yuki, ce que j'avais ressenti, mes doutes, mes peurs, mon désespoir, la conviction que je ne tarderais pas mourir quand j'étais convaincu que Yuki ne retrouverait pas la mémoire... Écrire ne m'empêcha pas de lui répondre pour autant quand il m'interrogea sur une possible sortie le lendemain soir...

Bien sûr... Où aurais-tu envie d'aller ?

Je tournais la page et continuais à rédiger. Ce serait sans doute le plus long passage du carnet... Quoi que probablement en concurrence avec le passage parlant du décès de Sebastian, défunt compagnon de Senbi et ami proche. En y réfléchissant bien, je n'avais plus autant écrit depuis ce moment et depuis que Julian m'avait trouvé, je n'avais plus écrit aussi souvent que lorsque je vivais avec ma mère. Ma vie était bien meilleure même si ma mère avait fait de son mieux. Je ne lui en voulais pas mais être le fils d'une prostituée n'avait rien de réjouissant non plus et ça avait été encore pire quand elle avait fini sous la "tutelle" d'un mac... Hm... J'étais en train de m'égarer... Je me frottais la tête et me re-concentrais sur mon écris. Une fois terminé, je rangeais le carnet dans le tiroir de ma table de chevet AVEC le style et me glissais sous les draps, venant poser ma tête sur le ventre de Yuki, l'entourant de mes bras... Sans un mot, ou seulement pour répondre à Yuki, je me rechargeais de sa présence, le nez contre sa chemise de pyjama, ne tentant rien d'autre que de profiter de son retour entre mes bras, fermant les yeux de bien être, jusqu'à m'endormir sans même m'en rendre compte... Épuisé comme je l'étais, ça n'avait rien de surprenant...







Snow soul
avatar
Snow soul

Messages : 158
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
Mer 9 Déc - 16:48
Concernant notre nuit, j’étais ravi de sa réaction. Il ne pouvait pas me faire davantage plaisir. Je n’insistais même pas en cherchant a justifier le pourquoi.  J’allais être enfin seul avec lui et dans ses bras enfin ! J’aime être au lit avec lui dans ses bras possessifs. Sa tête niché dans mon cou tout en me serrant contre lui pour ne pas que je m’envole. Sa façon de faire à me humer, comme s’il voulait garder mon parfum sur lui. Je me secouai la tête pour chasser ses pensées agréables. Si je continuais la phrase « rester sage ce soir » aura perdue de son sens.

De plus, mon vampire n’a toujours pas compris, qu’il na pas besoin de se justifier envers moi concernant son carnet. C’est aussi pourquoi je n’insistais pas sur le sujet. Il pourra toutefois m’en parler au lieu de les écrire. On ne trouvera pas forcément une solution ou la bonne solution, mais il aura aussi évacué ses pensées noires comme lorsqu ’il les écrits sur son carnet.
Au fur et à me sur je m’installais vraiment confortablement avec lui. Sa tête sur mes genoux. J’avais besoin de le sentir près moi.

«  Quelque part où il n’y a pas trop de monde et  où l’on pourra fêter nos retrouvails. Il n’est pas util d’aller dans un lieu bourgeois ou chic. Tu sais bien que j’aime aussi les endroit simple dans lesquels il fait bon vivre»

J’étais là callé lui sur moi, les yeux mi clos. J’étais vraiment heureux de l’avoir retrouvé, mais pour demain, j’avais  aussi envie de passer la journée au lit avec lui afin de retrouver nos tendres moments comme avant. Maintenant qu’il est là, à moi, je ne me voyais pas rester seul, j’en deviendrai dingue. Il était ma drogue.  Drogue que je me régalais de consommer sans modération.

« Un salon de musique serai pas mal, qu’en dis tu ? Ou un petit théatre sera agréable et reposant aussi»

La musique à le don d’adoucir les mœurs, peut être que cela calmera les sombres pensées de Chase et nous donner quelques idées pour les futurs repas à venir entre nous.
Chaton O'Kelly
avatar
Chaton O'Kelly

Messages : 39
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 10 Déc - 14:35


Perte de mémoire...





C'est les yeux fermé que j'avais écouté son idée... Une salle de musique ou un théâtre, oui, pourquoi pas. Il me semblait qu'il y avait un spectacle dans un petit théâtre du coin. Une de mes élèves de la fac y tenait un rôle, c'était en plus l'occasion de voir si les cours que je lui dispensais lui étaient bénéfique. Il était certain que je la contacterais le lendemain pour connaître le nom de la pièce et savoir s'il y avait une représentation le soir même. Ce n'était pas une grosse production et il n'y avait aucun comédien connu aussi, je doutais que la salle soit comble mais ce serait parfait pour un moment tranquille et de détente avec Yuki. Un moment à passer à deux et cette fois, je m'assurerais qu'il ne lui arrive rien.

Une de mes élèves joue dans une pièce en ce moment, je pourrais toujours la contacter pour savoir s'ils ont une représentation demain soir, si c'est le cas, je réserverai des billets, si ça te convient. Sinon, je verrai ce que je peux trouver... Avec ton accident, je ne me suis pas vraiment tenu au courant des dernières activités artistiques...

Encore une fois mon but n'était pas de le faire culpabiliser, ni même de lui rappeler que j'avais été trop angoisser pour seulement m'intéresser à autre chose qu'à lui et le fait qu'il ne me retrouvais pas dans ses souvenirs autrement qu'en tant que souvenir professionnel. Je ne faisais qu'émettre un fait sur la préoccupation qui avait obnubilé mon esprit pendant son hospitalisation, le fait qu'il ne soit pas à la maison, que la situation n'était pas normale ou anodine, toute mon attention tournée vers lui et rien d'autre.
Le nez noyer dans son odeur, je ne faisais plus attention à rien d'autre qu'au fait qu'il était contre moi, que je pouvais entendre son coeur battre et le sentir en moi au travers de notre lien... Et tout cela suffit à m'endormir comme une berceuse sans même que je le remarque même si mon état de fatigue devait probablement jouer un rôle. S'il bougea, je ne le sentis pas mais comme à chaque fois qu'il était dans mes bras, j'étais au moins certain de ne pas le lâcher de la nuit. Cela faisait des années que je n'avais plus passer une nuit à dormir, la dernière remontant à l'époque où j'étais encore humain, ce qui faisait donc environ trente ans... D'ordinaire, même sans dormir, je passais mes nuits à le garder près de moi, à l'écouter respirer, à le regarder dormir... Le fait que nos rythmes de vie différait ne m'avait jamais posé de problème puisque je dormais peu, il me suffisait de quelques heures dans la journée pour que je sois parfaitement reposer mais depuis son hospitalisation, je n'avais quasiment pas fermé l'oeil et quand je le faisais, ce n'était que pour quelques minutes avant de me réveiller en sursaut, m'arrachant à un cauchemar dont je ne me souvenais jamais au réveil.
Cette nuit, en plus d'être celle de nos retrouvailles, était donc aussi la première que je passais à dormir depuis ma transformation. Aucun cauchemar ne vint perturber mon sommeil cette fois, je dormis comme une souche, collé à Yuki que je refusais de lâcher même d'un centimètre en étant inconscient. Une bombe aurait pu exploser à côté de moi que je me serait contenter de protéger Yuki de mon corps sans pour autant me réveiller. J'était exténué, épuisé tant moralement que physiquement... Tout mon être n'aspirait qu'au repos et bien entendu, il n'était possible que si j'avais mon homme dans mes bras depuis qu'il avait fait une irruption remarquée dans ma vie.

En y réfléchissant bien, je n'avais jamais autant tenu à quelqu'un qu'à Yuki. Certes, j'aimais Senbi mais plus comme on aime une amie proche ou à la rigueur une petite soeur, j'avais aimé Sebastian comme le meilleur ami qu'il avait été pour moi, j'aimais les personnes qui faisaient partie de ma famille d'adoption et quand à mes précédentes conquêtes, qu'elles soient féminines ou masculines, je ne me souvenais même plus de leur visage et encore moins de leur nom. Ca fait sans doute un peu cliché mais jusqu'ici, je pouvais dire que je n'avais aimé d'amour avec un grand A qu'une seule personne et elle se tenait justement entre mes bras même s'il m'avait fallut du temps pour savoir ce que je ressentais réellement à son encontre. Quand on n'a jamais ressentis un sentiment, il est difficile de le reconnaître quand il vous tombe dessus après tout...

[...]

Le lendemain matin, il me fut impossible d'ouvrir les yeux avant tard dans la matinée, une nuit complète de sommeil et une grasse matinée, c'était le genre de chose à marquer d'une pierre blanche dans les évènements de ma vie de vampire. Si Yuki avait tenté de se lever avant moi, il lui était impossible de le faire tant mes bras étaient verrouillés autour de lui, ou alors il aurait dû faire preuve de plus de force qu'il n'en avait pour soit écarter mes bras et s'échapper, soit pour me trainer derrière lui dans mon sommeil. Puisque je me réveillais dans notre lit, il n'était pas difficile de conclure qu'il n'avait pu ni faire l'une ou l'autre des suppositions. Ouvrant les yeux, je relevais le visage vers lui, tout sourire comme s'il était le soleil dont la chaleur me manquait tant depuis que je n'étais plus humain.

Bonjour Chaton... Bien dormi ?

Devais-je lui dire que je n'avais pas aussi bien dormi depuis trente ans ? Non probablement pas, il devait s'en douter, il connaissait mon rythme de sommeil habituel aussi bien que moi mais ce n'était pas ça qui allait m'empêcher de le taquiner un peu...

On t'a déjà dit que tu faisais un excellent oreiller ?







Snow soul
avatar
Snow soul

Messages : 158
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
Ven 25 Déc - 21:22
J’avais oublié que Chase enseignait également. Son idée était très bonne. De plus cela changerai des théâtres en vogue bondé de monde pour voir une pièce médiocre au final. Un petit théatre avec l’une de ses élèves était un choix parfait.

« Ne t’inquiète pas pour les dernières actualités. Je ne suis pas fan de la foule de toute façon »

Je ne lui en veux pas de me faire rappeler l’accident. Au fond, c’est lui qui à été le plus touché physiquement et moralement ; J’aurai jamais pensé qu’il reste et s’occupe ainsi de moi. Je souris en y pensant, j’avais encore plus envie de le chouchouter et de le cajoler. Le pauvre en a baver. J’étais si épuisé que comme lui ,je m’endormis près de lui. Nos respiration était comme synchronisé, plus aucun son ne sortait, on pouvait entendre les mouche voler. J’étais tellement bien que je n’avais pas envi e de bouger quoi qu’il arrive. Nous étions lové l’un contre l’autre, nos deux corps enlacés, ne formaient qu’une dans cet immense lit. La grâce mâtinée du lendemain fut agréablement apprécier. J’ouvris doucement les yeux, et je le vis et sourit en lui volant un baiser dès le réveil. C’était aussi ma réponse sur le fait que j’avais bien dormi.

« Cette nuit, à été la plus sereine depuis fort longtemps ».

Aucun rêve, aucun cauchemar n’avait perturbé cette douce nuit dans ses bras ; La preuve je nichais de nouveau ma tête dans ses bras me collant d’avantage à lui.

« On ta déjà dit que tu faisais un excellent «doudou »

Dis-je en riant pour répondre à sa question. Il trouvait, que je faisais un bon oreiller, mais lui faisait un excellent appaiseur de rêve.

« Je n’ai pas envie de bouger amour, si on restait toute la journée au lit. »

A ce moment là, mon ventre criait famine, ramenant mon vampire à la raison, et me fit éclater de rire


Chaton O'Kelly
avatar
Chaton O'Kelly

Messages : 39
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 12 Jan - 16:08


Perte de mémoire...





Ah ! Voilà que je faisais un aussi bon doudou que lui faisait un excellent oreiller... On faisait la pair avec nos taquineries, y a pas à dire. Je lui mordillais le ventre, au travers du pyjamas que je l'avais obligé à porter la veille, pour me "venger" alors qu'il riait jusqu'à ce qu'il décide qu'il n'avait vraiment pas envie de bouger, malheureusement, son estomac pensait différemment et en réponse, le mien gronda également, me rappelant que je n'avais quasiment rien avalé durant toute son hospitalisation.
Je me résignais donc à le lâcher, m'étirant comme un chat repu de sommeil avant de me hisser sur mes bras pour venir lui bécoter les lèvres avant de me lever en le chatouillant légèrement...

On reviendra au lit après, en attendant, debout... Il est temps de manger quelque chose sinon, tu seras encore moins en forme et je ne pourrai pas profiter de ton corps d'Apollon...

Certes il ne ressemblait en rien aux statues grecques qu'on pouvait admirer dans les musées, tout en muscles, mais il avait tout de même les même rondeurs juvéniles. Il est vrai qu'il tenait plus du Chérubin que d'Apollon mais qui allait chercher à faire une telle comparaison ? Certainement pas moi... Selon ma vision des choses si je décrétais qu'il avait un corps d'Apollon, c'était ainsi qu'il était et pas autrement.
Je me frottais la tête en sortant de la chambre, me rendant dans la cuisine d'un pas traînant. Même si j'avais faim, j'avais encore plus envie de rester au lit à profiter de ma moitié sans vergogne et sans restriction jusqu'à oublier l'heure qu'il pouvait être, oublier son accident, oublier tout ce qui ne serait pas nous dans notre chambre à rattraper le temps perdu.
Je baillais encore à m'en décrocher la mâchoire en ouvrant le frigo pour voir ce que je pourrais préparer comme petit déjeuner tardif, me rappelant qu'il fallait que j'appelle mon élève pour en savoir plus sur la pièce de théâtre dans laquelle elle jouait... Une main sur mon derrière me rappela que je portais encore mon pantalon de survêtement avec lequel j'avais dormi la veille et donc mon portable était sans aucun doute rester sur la table de chevet dans la chambre. L'appel devrait donc attendre qu'on y remonte, ce qui se passerait sans aucun doute possible. J'avais plus d'une dizaine de jours à rattraper en toute intimité avec Yuki, il n'y avait donc pas moyen de reporter à plus tard ce que j'avais prévu de lui faire. Il avait juste la chance que la veille, je n'étais pas en état de passer à l'acte parce qu'il était évident qu'on ne serait pas encore levé si ça avait été le cas.
Décidant de faire simple pour le petit déjeuner, je me contentais de sortir des oeufs et du bacon... C'était assez nutritif, c'était rapide et c'était parfait... Plus vite ce serait préparé, plus vite ce serait avalé et plus vite nous remonterions dans la chambre que nous n'avions pas vraiment eu l'intention de quitter...

Un quart d'heure plus tard, le petit déjeuner était prêt et il ne restait plus qu'à manger. Je posais l'assiette de Yuki sur le comptoir avec ses couverts, lui souhaitant un bon appétit avant de me servir à mon tour et de m'installer en face de lui.

Autant te prévenir, tu as tout intérêt à terminer ton assiette parce que je compte te faire dépenser toutes les calories que tu es en train d'avaler... Si tu n'as jamais assister ou participé à un marathon, je vais t'en donner une petite idée...

Oh oui, un marathon sexuel où il serait à peine capable de se lever pour sortir ce soir... Et encore, il avait bien la chance que je n'ai pas commencé tôt dans la matinée. Un marathon sous entendait une durée relativement longue et dans mon cas, ça se comptait facilement en heures. Certes, la dernière fois que j'avais pratiquer un tel exercice remontait à l'époque où je sortais encore avec Senbi mais comme pour tout le reste, ça me semblait remonter à mathusalem...







Snow soul
avatar
Snow soul

Messages : 158
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
Mar 2 Fév - 12:01
Je gesticule quand il me mordille le ventre. Il sait très bien que je soischatouilleux à ce niveau-là. Je grogne et tente à mon tour d'avoir le dessus sur lui en taquinerie. Je ris quand nos estomacs réclament famine en cœur encore plus quand il me chatouille. Quand ils tentent de se lever, je tente de le rattraper sans succès. Je n'avais pas envie de quitter le lit. Je le voulais près de moi. Je grogne à nouveau faisant la moue de rester seul un court instant. Mais répond à son baiser dès qu'il le fait m'amusant à le chatouiller en retour

« Chase tu n'es qu'un pervers ! » *je ris* « tu penses a ça dès le réveil » Je me lève suivant mon homme tout en reluquant son postérieur qui est le mien.une de mes mains venant se plaquer contre e fameux fessier. Autant hier je n'avais pas envie, autant là j'étais impatient de faire qu'un avec lui. « Chase si on se faisait un plateau repas, ainsi on ne sera pas forcé de quitter le lit pour manger ? Qu'en dis-tu ? »

On mangeait une partie de notre repas en même temps que je lui faisais du pied sous la table. Ses caresses, son odeur me manquait. J'avais besoin de me les rappeler de les avoir encore imprégnés en moi. Après un moment, il s'installe et moi je me lève prendre le jus d'orage. En revenant m'installer je ne peux m'empêcher d'aller mordiller sa nuque et laisser trainer ma main sur son bras avant de m'asseoir. Installé ànouveau je picore fixant ma moitié droit dans les yeux mangeant de façon sensuelle pour le séduire encore une fois

« Alors dis moi quelle idée as–tu en tête. Tu ne fais pas çà pour rien chéri »

J'adore le séduire et selon ce qu'il dira, il aura droit à sa dose.

« Un marathon dis-tu, je cois que le jeu a déjà commencé mon cœur. »

En effet j'avais remonté mon pied de sous la table pour venir taquiner l'entrejambe alors que je mangeais comme si de rien n'était. Juste un grand sourire qui ornait mes lèvres
Chaton O'Kelly
avatar
Chaton O'Kelly

Messages : 39
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 3 Fév - 16:27


Perte de mémoire...





S'il savait qu'il n'a pas besoin de faire tout ce qu'il faisait, je ne crois pas qu'il aurait arrêté pour autant. Autant le laisser faire après tout, j'en profitais tout autant en m'amusant de sa frustration en ne réagissant pas. Je le voulais assez déchaîné pour la suite du programme et je ne connaissais pas d'autre moyen d'y parvenir. Et non, je ne voulais pas emmener de nourriture dans la chambre, cela aurait pu être une distraction à ce que je prévoyais. Aussi quand je lui parlais du marathon, même s'il croyait que le jeu avait déjà commencé, il n'en était rien. Quand je veux quelque chose, je l'obtiens généralement aussi, il était temps de m'amuser à mon tour... Tout en mangeant, je glissais une main sous la table pour attraper son pied qui venait s'aventurer bien au sud de ma personne et commençais à le caresser en remontant aussi loin que mon bras le permettait pour l'aguicher à mon tour sachant qu'il n'obtiendrait pas la caresse qu'il voulait mais que je laissais deviner proche...

On est encore loin du jeu, Chaton. Seulement à l'entrée et encore...  

Le repas terminé, je débarrassais avec son aide, laissant le tout dans l'évier, la vaisselle serait pour plus tard, pour l'heure, j'avais autre chose en tête. Alors que je l'envoyais retourner dans la chambre, j'ouvris à nouveau le frigo pour y prendre ce qui avait attiré mon regard avant que je ne commence à préparer le petit déjeuner. De la crème fraiche, quelques framboises et un bol de glaçons que je sortis du congélateur. Je remontais avec le tout que je posais sur la table de chevet, repérant mon portable que je pris pour rapidement envoyer un texto à mon élève pour connaître le programme de sa pièce. J'avais peut-être dans l'idée de passer les prochaines heures au lit avec Yuki mais je n'oubliais pas ma promesse de sortir le soir même. Je laissais le portable sur la table de nuit sans plus y jeter un regard, tout entier concentrer sur Yuki et sur ce que je comptais lui faire... On avait pas mal de temps à rattraper et je ne comptais pas m'en priver.

Assit sur le lit, il semblait simplement attendre aussi lascivement qu'impatiemment. Un sourire au coin des lèvres, je m'approchais et m'agenouilla devant lui, entre ses cuisses, remontant lentement mes mains sur ses cuisses pour le rapprocher encore de moi, que ses hanches viennent se coincé contre mon ventre.

Cette fois le jeu peut commencer et je compte sur toi pour ne pas rester passif, d'accord...

Il faut dire qu'il est d'un naturel plutôt passif en règle générale mais là, je comptais sur lui pour participer. J'avais besoin d'un véritable déchaînement des sens et seul, j'étais certain de ne pas pouvoir y arriver. Il se montrait toujours généreux dans sa jouissance mais là, je le voulais tout aussi généreux pendant les préliminaires et le passage à l'acte.
Je vins prendre ses lèvres que je me contentais de bécoter et d'aguicher du bout de la langue sans pénétrer sa bouche alors que mes mains étaient remontée à présent sur son ventre, son torse pour défaire les boutons de sa blouse de pyjama un à un avec une lenteur calculée. Ce serait à lui de réclamer, de prendre ce qu'il voulait. Je me contentais d'attiser sa frustration et son envie.
Sa blouse défaite et toujours sans lâcher sa bouche, j'attrapais un glaçon entre mes doigts et commençais doucement à le faire glisser sur la peau de son torse, m'arrêtant sur ses mamelons dont je fis le tour les faisant s'ériger autant à cause du froid que par son excitation. Pour l'empêcher de protester, je glissais ma langue dans sa bouche pour venir lécher la sienne sensuellement, jouant avec avant de me dérober chaque fois qu'il tentait de refermer ses lèvres pour m'emprisonner entre elles. Je remontais le glaçon jusque dans son cou, sa nuque avant de redescendre lentement jusqu'à ce que le peu qu'il en reste fonde au niveau de son nombril.







Snow soul
avatar
Snow soul

Messages : 158
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
Mer 3 Fév - 20:27
Je sais bien qu’on est loin du jeu, mais s’il croit qu’il va s’amuser tout seul il se trompe. J’ai bien envi de savourer un petit encas et je ne me gène pas pour me servir. Je grogne quand il écarte mon pied et ne me gène pas de l’aguicher autrement. D’abord par un regard de braise ensorceleur. Le déjeuner fini je l’aide à débarrasser ne me gênant pas pour coller mon corps au sien afin de lui voler divers baisers et de toucher volontairement une de ses zones sensibles.

« L’entrée dis-tu, je pensais qu’on était à un une sorte d’apéritif matinal »

Il m’envoie dans la chambre, je lui fait comprendre que si le marathon commence, il n’y aura pas de sortie ce soir. A moins qu’il s’occupe entièrement de moi. J étais assis sur le lit à l’attendre avec envie, j’attendais de voir ce que fera mon vampire. Quand il s’approche, je souris en le voyant et en le sentant entrain de jouer. Je frisonne quand il me caresse les cuisses, et ne peux m’empêcher d’enrouler mes jambes autour de lui. Il me relèvera sans grande difficulté.

« Que disais-tu amour ? Je n’ai pas écouté, le jeu commence seulement maintenant ? n’at’il pas déjà commencé
dans la cuisine pendant le repas mon ange ?»


Alors qu’il se contente de bécoter mes lèvres, j’emprisonne les siennes des miennes ne lahant plus sa bouche pendant de longues minutes. Je termine ce long baiser uniquement par manque d’air que je reprends aussitôt. Soudainement, je frissonnais, du au glaçon que faisais glisser chase sur mon corps. Pour une fois je ne protestais pas , je me contente de lui mordiller le coup sous chaque frison qu’il me donnait lui laissant plusieurs suçons. Au fut et a mesure qu’il me déshabillait, mon entrejambe s’éveilla. Je me collais contre lui pour le lui faire sentir. J’avais déjà envie de lui. Chase avait déjà trois beau suçon sur le cou cinq quand le glaçon avait fondu. Mes gémissements avaient été remplacés par les suçons sur le corps de mon amour. Il s’attaque aux tétons, je grogne et me love contre lui. Je n’aime pas cette one car super sensible. Du coup, d’un mouvement, je nous retournais pour changer les positions et fit basculer Chase sur le lit ne quittant toujours pas ses lèvres des miennes. A cheval sur lui, le dominant, je pris également un glaçon que je place entre mes lèvres, je me penche sur lui pour redessiner les courbes du corps de mon homme avec le glaçon. Il fond complètement sur le membre de mon ange que savoure par de petits coups de langue au travers du tissus tout en fixant mon homme droit dans les yeux. Je viens ensuite ramasser par le bout de ma langue le long filet d’eau laissé par le glaçon. J’en profitais pour le mordiller en glissant mes mains sur les hanches de mon vampire. Je viens presser mon corps au sien, glissant entre ses cuisses pour m’apprêtert enfin à retirer son pantalon. J’attrape la fermeture entre mes lèvres et la de zippé en me baissant de plus en plus .
Chaton O'Kelly
avatar
Chaton O'Kelly

Messages : 39
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 8 Fév - 11:22


Perte de mémoire...





Le petit impertinent ! S'il croyait m'impressionner en jurant qu'on était encore loin du compte, il n'y était pas du tout. Je savais qu'il finirait par me supplier de le prendre mais puisque j'étais décidé à le faire languir, je n'allais pas lui céder si facilement. Alors s'il croyait pouvoir arriver à m'inquiéter, il allait en être pour ses frais.
Cela dit, je n'avais pas vraiment à me plaindre entre ses frissons, ses baisers qu'il tentait vainement de me prendre pour finir par se jeter sur ma peau pour y laisser sa marque à plusieurs reprises pour étouffer ses gémissements alors que je m'amusais avec un glaçon sur la sienne qui finit par fondre complètement dans la courbe de son nombril, me donnant l'envie de m'y pencher pour m'y abreuver mais c'était sans compter sur Yuki qui m'amena sur le lit alors qu'il prenait position sur mes hanches. Je ne pus m'empêcher de sourire avec arrogance... Je savais bien qu'il pouvait se montrer plus entreprenant si on le poussait un peu... Fier de ma découverte, je jurais que jamais plus je ne le laisserais dans le rôle passif qu'il occupait généralement dans nos ébats. Terminé !

Ce fut bientôt à mon tour de frissonner lorsqu'un glaçon trouva ma peau, retraçant le parcours dont mon compagnon avait décidé l'itinéraire. Le contraste entre le froid du glaçon et la chaleur de son souffle sur ma peau était une véritable torture, tellement délicieuse qu'il m'était difficile de ne pas reprendre les rennes mais je résistais. Je voulais qu'il puisse se lâcher, ce n'était pas en reprenant le contrôle que je lui en laisserais l'occasion. Je me contentais donc de subir avec joie et m'accrochais aux draps pour ne pas céder à l'envie de reprendre la main. Cela dit, j'étais tout de même bien heureux d'avoir encore mon pantalon quand il passa son fichu glaçon sur mon érection déjà bien présente, c'est que c'est sensible cet endroit là, le froid du glaçon à même la peau m'aurait sans doute brûler si je n'avais pas eu mon pantalon... Heureusement que le glaçon avait fini de fondre quand il décida de me retirer mon vêtement. Me penchant en arrière et me soutenant de mes avant-bras, je le regardais faire, sa bouche si proche que le bas de mon corps se manifestait plus encore.

Je crois que je vais exiger plus souvent de te voir plus entreprenant... 

Je pourrais très bien m'y habituer. En fait, je ne demanderais pas mieux. Yuki est doué quand il s'agit de provoquer mais une fois au lit, c'est très souvent moi qui tient les rennes. Je le laissais s'amuser sur ma peau comme il le souhaitait, décalant mon poids sur un bras pour passer une main dans ses cheveux afin de l'encourager, ne retenant pas mes soupires pour lui prouver que j'aimais ça. Cela étant, je n'en avais pas encore terminé avec lui. Si j'étais nu, lui, ne l'était pas encore et je comptais bien remédier à la situation. Je finis par me redresser au bout d'un moment alors que sa bouche se refermait sur l'objet de son désir. Prenant garde de ne pas l'entraver, je me penchais pour le caresser et finalement baisser son pantalon de pyjama qu'il pourrait facilement retirer rien qu'en se redressant. Il était temps de passer à la suite... J'agrippais ses cheveux dans une poigne ferme mais indolore et l'obligeais à remonter pour prendre à nouveau sa bouche, l'embrassant suavement pour l'aguicher encore plus.

Viens là...

Je ne lui laissais pas le temps de protester que je refermais déjà ma bouche sur la sienne, la dévorant encore et encore de baisers. Débarrassé de son pantalon, je le couchais sur moi pour rouler ensuite sur lui, attraper la bombe de crème fraiche que je pris soin de vider en partie sur lui, traçant un chemin précis sur son corps que je m'empressais ensuite de suivre de la langue, lapant la crème jusqu'à son sexe que je décidais de laper de la même façon que la crème un instant plus tôt avant de l'engloutir entre mes lèvres, jouant de ma langue autant que du bout de mes dents sans le blesser ni lui faire mal. Son goût associé au sucre de la crème fraiche, c'était assez détonnant mais j'étais certain d'en redemander...







Snow soul
avatar
Snow soul

Messages : 158
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
Dim 14 Fév - 19:07
Bien sur que j’allais céder et le réclamer mais pas pour tout de suite Je voulais moi aussi me satisfaire et le satisfaire. Après tout, nous avons un long moment de tendresse et d’amour à récupérer. Donc j’en profite à ma façon. Je prends surtout mon temps pour le deguster. Et il m’avait manqué. C’est aussi la raison pour laquelle je me montrais entreprenant ce soir. Qu’il n’en prenne pas trop l’habitude car cela ne se commande pas. C’est instinctif. Mais là j’ai envie de le satisfaire comme je le peux. La tête toujours entre ses cuisses le pantalon enfin défait que je vire aussitôt. J’allais repartir m’occuper de son entre jambe quand il me remonte vers lui pour l’embrasser. Baiser auquel je réponds. J’allais entamer une gâterie quand je me retrouve sous toi mais pas moyen tu me coupe toute action. La suite me plait grandement. Tu me fais frissonner et me rends complètement dingue surtout avec la crème fraîche. Là je ne peux m’empêcher de gémir Mes jambes s’enroulent autour de toi te caressant tandis que mes mains elles se ballade toujours plus bas et plus loin quand mon corps se pressait contre le tien rclamant plus.

« C ‘est de ta faute si je suis entreprenant regarde comment tu m’aguiches et comme je réagis. »

Arrivais-je enfin à dire. Car depuis tantôt pas moyen d’en placer une tellement il me rendait  fou. Avec ma jambe, je lui taquine l’entre-jambe tandis qu’il me déguste. Mon corps frisonne et réagit a la moindre gâterie de mon homme/vampire que j’enlace avant d’inverse à nouveau les positions pour savourer mon plat car moi aussi j’avais faim. Je laisse donc une trainée de chantilly parsemée de morceaux de fraises. Le chemin partait de son cou en descendant vers son membre.sur lequel je m’attarde car une fraise était posé sur le bout de mon obsession. A nouveau je grignote le bout de son membre. J’adore le taquiner a cet endroit. Quand je termine je viens retracer le chemin de la chantilly dérivant jusqu’à  son cou. Et pour finir sur ses lèvres que je lape tout en frottant mon corps au sien. Je lui maintien des deux mains tandis que je gringotte ses lèvres. S’il j’avais plus de force je lui aurai maintenu les mains avec une seule pour le savourer complètement avant de le relâcher. La crème terminé je joue à nouveau de ma langue sur son corps que j’adore sentir frémir sous mes caresses. Je suis à nouveau sur lui le dominant encore une fois. J’aime être sur lui il doit pourtant le savoir Je choppe sa cravate que je noue autour de ses mains sans serrer le nœud. Cravate qu’il pourra défaire sans problème. Je farfouille dans le tiroir et sort ma petite plume avec laquelle je redessine le corps de mon homme.

-" Je t'aime mon amour, tu m'as tellement manqué."

Je m'amusais aussi à lui laisser quelque marques sur le corps. Après tout il était à moi et presque sans défense.Je glisse sur lui écartant et relevant ses jambes et contourne son iintimité du bout des doigts j'attrape ma fameuse reme que je viens deposer à cet endroit et ramasser le tout avec ma langue.
Chaton O'Kelly
avatar
Chaton O'Kelly

Messages : 39
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 3 Avr - 11:11


Perte de mémoire...





Le petit coquin avait de la ressource apparemment et il devait bien savoir que s'il gardait la main, c'était seulement parce que je le voulais bien et puis surtout parce que je le voulais plus actif. Faire en sorte qu'il puisse agir n'était pas si difficile, le plus dur c'était de tenir la distance et de ne pas craquer avant lui. Pourtant Dieu sait que j'aurais déjà pu le renverser et le prendre comme je voulais. À force de cajolerie, mon érection commençait à en devenir sensible et légèrement douloureuse, ne rêvant plus que de plonger dans son fourreau étroit et chaud mais heureusement, j'avais de l'endurance. Et puis dans ce contexte, une légère douleur n'a jamais fait de mal à personne, au contraire, cela me permettait d'anticiper le moment où je pourrais à nouveau le faire gémir sous moi. Je m'étais donc laissé entravé même s'il ne prit pas la peine de serrer bien fort mes liens, quand bien même il l'aurait fait, ça n'aurait pas changer grand chose de toute façon, à la différence près c'était que j'aurais eu une cravate en moins dans mon armoire parce que celle-ci aurait fini en lambeaux.
Sa plume était une vraie torture, contractant le ventre par réflexe quand elle passa dessus en continuant toujours plus bas. Je m'inquiétais tout de même un peu quand il releva mes jambes...
Certes, j'ai pu avoir quelques conquêtes masculines par le passer mais il n'est pas encore né celui qui me prendra. Cela dit, j'étais tout de même curieux de savoir jusqu'où il irait... Un mélange de sensations plutôt intrigant... Une chose est sûre, il allait falloir que je reprenne la main rapidement avant qu'il ne pense pouvoir me dominer parce que si j'étais prêt à le laisser s'amuser avec moi, je n'étais pas prêt à ce que ça aille jusque là, je ne le serais peut-être même jamais...
Heureusement, il ne prévoyait seulement que de jouer avec un peu de crème...

J'écartais largement les jambes, le laissant s'amuser à sa dégustation et me libérait facilement de la cravate pour me redresser, posant mes pieds sur le matelas afin de ne pas le gêner. J'attrapais une fraise, passais ma main sur son dos, caressante et presque innocente en apparence mais elle continua son chemin jusqu'à la naissance de ses fesses où j'utilisais seulement la fraise que j'avais prise, la baladant sur le sentier entre ses deux globes crémeux jusqu'à l'orée de son intimité où je jouais avec la fraise autour de l'anneau de chair servant de barrière naturelle à son fourreau...

Il allait falloir par contre que je l'arrête parce qu'à force de ses attentions sur mon sexe, je n'allais pas tarder à jouir, hors je n'avais pas encore envie que ça arrive. Continuant mon jeu avec la fraise, je l'attrapais sous le menton pour lui faire lâcher prise et le faire remonter jusqu'à moi, l'embrassant à pleine bouche avant de ramener la fraise devant mes lèvres pour la morde et mélanger nos deux saveurs au goût du fruit au baiser suivant... Cent fois j'aurais pu répondre à Yuki depuis ses dernières paroles mais, on me l'a déjà reproché, je ne suis pas du genre prolixe au lit, trop concentré sur ma tâche pour trouver le temps de parler. De fait je ne dis rien, mes gestes devraient suffire à ce qu'il comprenne que ses sentiments étaient partager.

Je ramenais la demi fraise, qui me restait dans les mains, là d'où je l'avais retirée, la pressant pour que le jus vienne humidifier son intimité. Puis laissant tomber le fruit, je commençais à y jouer des doigts, le caressant, le détendant et l'étirant lentement, très lentement...







Snow soul
avatar
Snow soul

Messages : 158
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
Dim 3 Avr - 22:01
J’avouerai presque aimer être au dessus de mon vampire et le dominer  ainsi. Je sais très bien qu’il peut reprendre l’avantage à tout moment mais tant qu’il reste docile, je profite de chaque moment. Je continuais mes caresses laissant au passage quelques petites marques sur le corps de mon homme. Il y en avait un peu plu d’une dizaine. Je me régalais de le marquer. J’avais aussi ressenti sa crainte quand j’étais proche de son intimité. Je ne  le prendrai pas mais je m’amuserai avec cela au prochain round. Je ne m’empêcherai pas de le regarder ses traits d’inquiétude. « le fera-t-il ou pas ? ». j’ai aimé le voir ainsi tantôt, de voir son petit regard de chien battu. J’allais entamer de nouvelles caresses sur son membre que j’adorai maltraiter mais le voila qu’il s’amusait à son tour. Je grognais car je savais que j’allais très bientôt me retrouver sous lui. Je frisonne dès qu’il passe la fraise a certain endroit dont il me sait très sensible et avec ce morceau de fraise la sensation est tout autre. Je frisonne et me ambre e qui me fait m’arrêter un moment. Je grogne à nouveau, il me coupe en m’embrassant. Il se trouve entre ses lèvres le second morceau de fraise que je savoure avec lui dans un baiser enflammé. Je gémi légèrement dès qu’il joue avec mon entre. Mes mains se balladent sur son corps caressant son haine du bout des doigts. Je colle mon bassin au sien tout en attrapant un autre morceau de fraise que je viens poser sur son membre pour le caresser  avec le fruit qui après un moment  se presse et laisser couler le jus que j’utilise pour les vas et viens avec  ma main sur son membre. L’autre main vient prendre un glaçon  que je fais courir sur la nuque et le cou de mon homme. Je le remets en bouche et redessine avec le contour du coprs de  mon vampire.

Je souris de le voir si concentré. Il ne réponds  pas verbalement à mes mots d’amours mais ses caresses en disent long sur sa réponse. Je lui réponds à mon tour par un autre baiser.  Je viens ensuite placer une autre fraise entre ses lèvres que je viens aussitôt lécher après avoir pris un peu de crème.

Je serai presque frustré de voir que son membre ne réagit pas à ma caresse actuelle.  C’est aussi la raison des autre intentions, car je veux le faire grossir et qu’il me réclame. Je le couche a nouveau sur le matelas me retrouvant dessus je lui souris et viens l’embrasser encore.
Chaton O'Kelly
avatar
Chaton O'Kelly

Messages : 39
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 27 Avr - 17:45


Perte de mémoire...





Je peux sentir sa frustration à mon endurance, lui-même ne tient généralement pas aussi longtemps sans me supplier de mettre fin à son supplice et je sens qu'il est proche de me le demander. J'adore ses caresses et autres cajoleries mais j'ai bien trop envie de lui pour encore patienter et puis je sais qu'il en a envie aussi. Je le laisse juste continuer son petit jeu avec son glaçon qui me tire des frissons de la tête aux pieds, me couvrant de chair de poule et une fois qu'il est entièrement fondu, je décide de renverser les choses.
Je l'attrape pour le coincer sous moi, l'embrassant un long moment avant de tracer de ma langue un long sillon allant de sa gorge jusqu'à son membre que je cajole également alors que je vire du lit le morceau de fraise tombé plus tôt. Je lui accorde un sourire carnassier avant de reprendre ma route, lui relevant les jambes que je pose sur mes épaules tout en glissant ma langue sur l'entrée de son intimité que je lape, goûtant la fraise mélangée à son goût, un grondement satisfait m'échappant.

Je le pénètre de ma langue, l'agitant dans tous les sens pour le pousser au comble de l'excitation avant de la remplacer par mes doigts qui reprennent leur travail de détente. Après la longue abstinence forcée, je ne voulais prendre aucun risque de lui faire mal au moment où j'entrerais en lui. Tout le temps que je passais à l'élargir pour pouvoir me recevoir, je semais baisers et mordillements sur ses jambes, passant par l'intérieur de ses cuisses pour remonter lentement jusqu'au plis de son genoux le tout sans le lâcher du regard, surveillant ses moindres réactions et son état d'excitation. Quand j'estimais qu'il était prêt, je laissais redescendre ses jambes, délogeant mes doigts de son corps pour venir me coucher sur lui, l'embrasser voracement et le pénétrer au moment où il s'y attendait le moins, jusqu'à la garde, restant immobile un moment le temps qu'il s'accoutume à ma présence en lui avant de bouger... Cela dit, je voulais aussi voir s'il tenterait de me pousser à bouger avant que je ne l'ai décidé.







Snow soul
avatar
Snow soul

Messages : 158
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
Mer 24 Aoû - 21:34
Je suis proche de la jouissance et de le supplier, mais pas complètement. Je veux que cela dure encore un petit peut. Il ne sait pas à quel point, c'est dur de lui résister. Il peut sentir combien j'ai envie de lui. Il me rend fou. Je profite aussi du fait d'être sur lui pour le provoquer sensuel-lement, mais voilà que les rôles s'inversent et à nouveau je me retrouve sous ce corps où j'aime temps. Je me lèche les lèvres sous cette agréable vue et dévore le peu de peaux dont je peux avant qu'il ne me coince sous lui.
Le petit vicieux, il sait que je n'aime pas trop cette position, d’avoir mes jambes sur ses épaules. Elle m'empêche de le toucher comme je le veux alors que lui s'amuse et s'occupe de mon corps qu'il connaît parfaitement et de me torturer de la plus agréable des façons. Il sait où me toucher pour me faire tressaillir. Il sait ou aller pour me faire râler ensuite et le supplier de continuer encore et encore. Je gémis son prénom maintes fois.
Je souris, car enfin il se décide à vouloir entrer en moi. Il surveille mes expressions, il sait que je n’en peux plus et que je le veux en moi et maintenant. Malgré l'abstinence forcée que l'on a subi, j'aime toujours me donner à lui.  Et je le lui fais savoir par de petits bruits  et surtout au fait qu'il prend un peu trop son temps à mon goût.  Tout ce que je vois maintenant, c'est lui entrain de me préparer faisant attention à moi comme si j'étais quelque chose de fragile. Je grogne, il sait que je suis prêt et bien préparé. Je donne un coup de rein pour l’insister à entrer en moi et de cesser de s’occuper de mon entre déjà bien dilatée. Je donne un nouveau coup et viens même à râler.


« Quand tu veux pour venir me posséder amour, tu sais que j’attends que ca.On a assez attendu !!! »

Je l’ai déjà supplié, je ne vais pas continuer. Alors, je râle, ce qui va sans doute le faire rire. Je me fais poeu être des idées, mais j’ai l’impression que mon corps est bien plus sensible à ses caresses qu’avant. Je m’aide de mes jambes posées sur ses épaules pour le rapprocher vers moi et donner un troisième coup de rein.

« Je te veux ! Viens, Cesse de me faire languir»

Enfin, il vient me posséder, enfin il se décide à entrer en moi. Cela se voit que je n’ai plus l’habitude, mon entre est serré alors que je suis détendu.Son membre en moi a du mal a se mouvoir juste pendant quelques rare minutes. Je grogne et termine de m’empaler sur  son membre en griffant ses hanches. Je gémis son prénom en le sentant en moi.


« Hum, il faudra reprendre nos ébats amour, mon corps n’est plus habitué."

Dis-je amusé et en me serrant contre lui. Je suis heureux, car nous pouvons reprendre notre routine. Mon corps est chaud et bien plus encore  depuis qu’il est en moi. Je me lèche les lèvres en le regardant et souris. Je donne ensuite un coup de rein signe qu’il pouvait  continuer, car j’aimais le sentir en moi. Retrouver ce plaisir qu'il me donne dès qu il est en moi. À ce moment-là, il pouvait tout obtenir de moi telle une marionnette ravie d’obéir à son maître.
Chaton O'Kelly
avatar
Chaton O'Kelly

Messages : 39
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gène-V :: Habitations :: Appartements-