NC-18
 
AccueilCalendrierPublicationsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Le don de vie

 :: Zone HRP :: Archives Rp's Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Jeu 21 Jan - 18:03
Lentement, très lentement, mon esprit commença à émerger. Ma vision s'ouvrit sur un monde aux murs blancs. Sur une fenêtre donnant sur un ciel ou naissait des flocons de neiges. Mon esprit était un peu embrumé, comme endormi en partie. Je sentais que mon corps était un peu lourd. Mes souvenirs un peu confus revinrent progressivement à la surface. Je me suis souvenue de moi assise dans la cuisine de notre appartement avec mon vampire. Il m'apprenait à cuisiner de bons petits plats pour passer le temps. Puis les contractions s'étaient faites ressentirent. Un craquement s'était fait du liquide avait couler entre mes jambes. Oui le travail avait commencer trois jours avant Noël... Le reste était confus j'avais tellement mal que je criais et que je ne pouvais pas me concentrer sur ce qu'il se passait autour de moi. Je priais simplement pour qu'on arrive au plus vite à l’hôpital arrivée là bas je fut très vite prise en charge en urgence... Le reste c'était le trou noir. c'est à ce moment là que deux infirmières entrèrent dans la pièce. L'une avec un petit fardeau enveloppé d'une serviette bleu. L'autre tenait le même fardeaux entouré d'une belle serviette rose.

A Leurs vue mon regard se remplis de larmes, mon cœur se gonfla de joie. Mes bébés était enfin venu au monde. Nous étions tous là! Le petit bébé enveloppé dans une serviette bleu me fut donner avec beaucoup de précaution l'infirmière une jeune femme blonde le tenait toujours par précaution. Il était réveillé. Il gigotait et ouvrais parfois les yeux l'espace d'une seconde. Mais là ma surprise fut vraiment grande.

I: Ne vous en faites pas, il est bien votre fils... il se trouve que... savoir le sexe d'un bébé vampire est vraiment très difficile vous savez... Vos deux enfants vont très bien. Ils sont en bonne santé. Vous pourrez les emmener chez vous avant Noël...

Ouah! Rhydian n'en reviendrais pas même moi je n'y arrivais pas! C'était trop surprenant! Mais ont avait rien pour ce pauvre petit ange! Que des affaires de filles! Comment ont allait faire? Pas le temps d'y penser voilà qu'on me retirais mon fils pour me passer ma fille... Quel petit bout de choux... Ils étaient adorables tout les deux quand les deux infirmières les déposèrent dans la couveuse à côté de mon lit pour ensuite partir de la chambre... Mon téléphone sonna environ une heure plus tard. La voix au téléphone fit couler des larmes sur mes petites joues roses. L'émotion était vraiment forte dans mon corps et ma voix. Lui il semblait tendu et inquiet. il fallait que je le rassure que je lui annonce la nouvelle...

-Oui Bébé... Je vais bien... C'est juste l’émotion... Nos enfants vont bien aussi ont à tous une santé de fer mon homme... Si tu savais... J'ai cru que j'allais mourir sans jamais te revoir j'avais si mal et si peur... Tout ce que je veux c'est qu'on se retrouve enfin dans notre appartement tout les quatre par contre j'ai un petit soucis... Enfin on à un petit soucis... Toi, moi et ton fils.


-...


- Je sais... On m' a en fait expliquer que la machine avait fait des erreurs... Au lieu d'avoir des jumelles ont à une petite fille et un petit garçons... Si tu savais comme ils sont mignons ils te ressemblent beaucoup tout les deux... Le seul problème c'est que du coup notre petit gars n'a pas de prénom, pas de vêtements, pas de couches pour garçons pas de biberons pas de jouets... L’hôpital peu nous prêter des affaires le temps du séjour mais... Comment ont va faire? Quand je vais rentrer je vais devoir te nourrir, il va falloir aller les récupérés ensuite ici et... je ne sais pas si je serais en forme mon coeur.


Rhydian's Heart
avatar
Rhydian's Heart

Messages : 172
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 27 Jan - 15:17





Le don de vieLe cadeau de toute une vie...



Tenir bon qu'oi qu'il arrive...

Cela faisait combien de temps que j'étais dans cet état ? Je n'arrivais pas à me souvenir. Je savais être resté dans une cellule quelques jours où je m'étais ronger les sangs, j'avais déjà l'impression d'être fou mais il n'y avait pas que cela... Le manque de ma femme, le manque de sang, le fait de savoir qu'elle était entre de bonnes mains qui n'étaient pas les miennes... Je m'étais plus d'une fois blessé en tentant de sortir pour la retrouver, je crois... Je n'en étais plus tout à fait sur. On ne m'avait finalement libéré que lorsque Train avait envoyé deux poches du sang d'Aëlys qu'il avait gardé en cas d'urgence. Je les avais vidée et déchirée pour n'en laisser aucune goûte, à la manière d'un sauvage mais ça avait été juste suffisant pour que je puisse retrouver un peu de ma lucidité. Ca faisait un jour que j'étais libre et j'avais passé mon temps à déménager l'appartement vers notre nouvelle maison. Aëlys n'était encore au courant de rien, je ne lui avais pas parlé de la maison sinon dans ses moments de somnambulisme où elle ne pouvait pas m'entendre.

S'était-elle interroger au sujet de l'endroit où je gardais précieusement chaque chose que nous avions achetée pour les enfants ? S'était-elle demander où j'avais bien pu installé tout ça ? Sans doute et pourtant, elle ne m'avait jamais posé de question. Et donc durant toute cette journée où j'étais resté seul dans notre maison, puisque je savais que je ne pouvais pas aller la chercher à l'hôpital sous peine de choquer le personnel, je m'étais ingénié à monter chaque meuble, chaque petit lit, m'assurant qu'il ne reste aucune écharde possible qui blesserait les enfants. Je me concentrais tellement sur mon travail que je ne vis même pas le temps passer et jusqu'au lendemain, je préparais tout pour l'arrivée des enfants. J'étais aussi anxieux qu'impatient... C'est dans la matinée, impatient de retrouver ma femme que je décidais de l'appeler. Bien sûr, j'étais aussi pressé de faire connaissance avec les deux petits êtres qu'elle avait mis au monde mais l'anxiété me privait de la joie de l'impatience à ce niveau là.

Je sortis donc mon portable et composais le numéro d'Aëlys. Quand elle décrocha, rien que le son de sa voix failli me mettre à genoux. Elle me manquait tant... Je dû m'asseoir dans un fauteuil pour être certain de ne pas m'écrouler mais je ne pus rien faire pour le noeud dans ma gorge qui rendait ma voix rauque d'émotion.

♦ Salut mon petit mystère... Comment vas-tu ? Tu as une drôle de voix...

Un comble quand on savait tous les deux que ma propre voix était elle-même influencée par mon émotion...

[...]

Et voilà qu'elle me parlait d'un soucis. Je n'avais qu'à peine pu retenir un gémissement douloureux quand elle m'avait parlé de sa peur de mourir durant l'accouchement et à présent elle me parlait d'un soucis ?... Est-ce que j'avais seulement une seule chance de rester sain d'esprit ?... On avait donc un soucis... Hein ?! Qui ?! J'étais on ne peut plus incrédule... Déjà avec deux filles j'avais été au comble du bonheur, de l'inquiétude et pourtant sincèrement prêt à les dorloter mais à présent, j'avais un fils... Un tourbillon de panique s'installa dans ma poitrine. Un fils, c'était quelqu'un qui grandirait et qui demanderait des comptes si je ne faisais pas ce qu'il fallait, si comme je le craignais j'étais un mauvais père, c'était quelqu'un qui apprendrait à me juger et à me condamner... C'est donc dans un souffle que je demandais confirmation...

♦ Mon fils ?

D'accord, l'appareil avait fait une erreur et du coup, je me retrouvais avec la tête sous l'eau sans avoir pu me préparer à la noyade... J'avais l'impression d'être comme un ordinateur qui aurait planté et qu'on serait obligé de rebooter. Je ne saisis donc que quelques bribes de ce qu'elle disait... Prévu pour deux filles, rien pour un garçon... Heureusement que la couleur des murs des chambres des enfants était blanche et non rose. C'était déjà un soucis en moins. Après... j'ouvris le tiroir d'une des commodes que j'avais monté la veille, heureusement que j'étais assis juste à côté, d'ailleurs, ça m'évitais d'avoir à me lever alors que je n'étais pas certain de pouvoir tenir debout. Les grenouillères, heureusement, n'étaient pas toutes rose mais pour ce qui était des autres vêtements, effectivement, ça manquait de tenue pour un petit garçon...

♦ Ce... C'est pas grave, Aëlys, de toute façon, il n'aura pas besoin de vêtements tout de suite puisqu'il sera trop petit mais on ira en chercher... Tant qu'il n'a besoin que de grenouillères, on pourra toujours aller en chercher et on sera prêts pour quand il sera assez grand pour tenir dans des vêtements...

J'espérais juste ne pas commencer par faire une bêtise en disant ça. Je n'étais tellement pas prêt à être père même si je ne regrettais pas ce qui nous arrivait. Est-ce que tous les pères qui le deviennent pour la première fois ressentent cette même panique ? Je n'avais aucun point de référence ni personne à qui poser la question...


© Jawilsia sur Never Utopia

Aëlys's willing slave
avatar
Aëlys's willing slave

Messages : 140
Voir le profil de l'utilisateur




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 28 Jan - 11:57
Rien que le fait d’entendre sa voix me donnait envie de pleurer. De me lever et de quitter cette chambre pour me précipitée dans notre appartement, pour aller ensuite me réfugiée dans le confort de ses bras. Mais malheureusement malgré ses quelques jours de repos je ne pouvais pas encore bouger assez bien. Mais bonne nouvelle. Les infirmières m'avait dit que je pourrais rejoindre mon vampire dans quelques heures!

- Décidément... J'ai vraiment beaucoup de chances de t'avoir... Tout paraît si simple quand j’entends ta voix...J'ai vraiment hâte de rentrer ce soir, car il faut vraiment que tu me fasse tienne. J'en ai un puissant besoin mais avant toute chose il faut que tu boives un maximum de mon sang c'est primordial et puis... Train m'a dit que pour que tout ce passe au mieux il faut faire un échange de sang.

-:...

- Je pense pouvoir rentrer toute seule à l'appartement aujourd'hui, cela t'évitera de faire déplacer un vampire par ce beaux temps et puis ce sera quelque chose en moins que tu auras à te soucier mon petit cœur sucrée.

Oui petit cœur sucrée, j'étais en pleine phase ou je débordais d'affection envers mon amour après ce que je venais de vivre. Et c'était plutôt craquant comme surnom non?

-Les infirmières m'ont dit que les enfants eux ne pourront sortir qu'en fin de journée cela sera amplement suffisant pour que je te comble ton estomac de vampire et ton appétit d'homme... par contre il me faudra plusieurs semaines pour que mon ventre se dégonfle avec un traitement et du sang de vampire pour accéléré le processus. Au fait mon homme... Tu est capable de me donner tellement d'amour que forcément cet amour sera aussi pour nos enfants et ainsi... ce sera tellement naturel que tu ne te poseras plus de questions. Tu est nerveux et c'est tout à fait normal, cela veut dire que tu les aimes déjà, si tu aurais été hyper calme je m'en serais énormément inquiétée...

:-...
Rhydian's Heart
avatar
Rhydian's Heart

Messages : 172
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 16 Fév - 19:48





Le don de vieLe cadeau de toute une vie...



Tenir bon qu'oi qu'il arrive...

D'accord, d'accord... Il fallait que je me remette parce que j'étais presque certain qu'elle finirait par se rendre compte de mon angoisse. Je l'écoutais donc, tâchant d'être attentif alors que le noeud dans mon estomac se faisait plus lourd à la pensée que nous ayons un fils... Échange de sang, ok, ça je pouvais faire, de toute façon, c'était même quasiment prévu, ces quelques jours d'enfer avait suffit pour que l'envie de la marquer à nouveau comme mienne me tiraille le ventre et titille mes crocs. Donc, pas de problème de ce côté là...

♦ De toute façon, je n'aurais pas pu faire autrement, je ressens physiquement le besoin de te faire mienne encore une fois et ça passe par l'échange, donc ne t'inquière pas.

Rentrer toute seule ?! C'était une plaisanterie ? Il n'en était pas question, j'avais déjà demandé à l'une de mes connaissances s'il pouvait me rendre le service d'aller chercher Aëlys. C'était un humain avec qui la CIE travaillait, il était donc tout à fait réglo et je savais pouvoir lui faire confiance. Ce n'était pas le genre de type à maltraiter une femme, qu'elle vienne de donner naissance ou pas. Si avec les hommes en général, il se montre franc et indéniablement sec, avec les femmes, il se montre toujours doux et délicat. Pour un peu, on croirait presque qu'il souffre d'un trouble de la personnalité multiple tant on dirait une personne différente en fonction de son interlocuteur. Il fallait que je la prévienne, que je lui envoie même carrément la photo du type en question... Daniel, puisque c'était son nom, savait déjà à quoi ressemblait Aëlys et savait aussi où il devrait la déposer. Je voulais toujours lui faire la surprise de la maison.

Je n'eus cependant pas le temps de la prévenir tout de suite parce qu'elle enchaîna avec autre chose. Les enfants ne pourraient pas rentrer tout de suite... D'accord et dans un certain sens, ce n'était pas plus mal parce que je me serais senti quelque peu embarrasser de prendre possession de leur mère devant eux ou du moins à portée de leurs oreilles innocentes. Plusieurs semaines pour se remettre ? Pas de soucis, je comptais rattraper le retard dans mon habitude de prendre soin d'elle aux petits oignons, je risquais donc de me montrer insupportablement attentionné mais elle devrait faire avec. Je regrettais déjà de ne pas pouvoir la toucher au travers du téléphone... Et puis... Et voilà, elle m'avait percé à jour, elle avait deviné ma nervosité et l'interpréta d'une telle façon que je n'y avais pas pensé... Si je m'inquiétais tant pour mon rôle de père et ce qu'en penseraient les enfants, peut-être avait-elle raison sur le fait que ça signifiait que je les aimais déjà et qu'instinctivement, je saurais comment faire... Du moins, j'étais tellement désespéré que je voulais y croire, du coup, je ne cherchais pas plus loin et décidais de prendre son explication pour argent comptant. Elle s'interrompit enfin, je sautais sur l'occasion...

♦ Tu as peut-être raison, ma nervosité est peut-être normale... Ca n'empêche que j'ignore si je ferai un bon père. Mais ce n'est pas ce que je voulais te dire... En fait, je me suis déjà arrangé avec un ami pour qu'il vienne te chercher à l'hôpital, je t'enverrai sa photo quand tu auras raccroché. Il s'appelle Daniel, il travaille en partenariat avec la CIE. Tu peux lui faire confiance. Il sait aussi où te déposer parce que... En fait, je ne suis pas à l'appartement mais n'insiste pas pour en savoir plus, je veux te faire la surprise, d'accord ?

Oui, je tenais à ce qu'elle ne fasse pas passer Daniel ou même moi, par un interrogatoire, Daniel finirait sans doute par craquer et se buterait dans un silence hargneux qu'il me ferait payer à la moindre occasion et quand à moi, si elle insistait, je n'étais pas certain de pouvoir garder le secret bien longtemps, donc... Il fallait absolument qu'elle supporte l'attente pour pouvoir "recevoir" sa surprise. D'ailleurs, ça me donnait une idée pour lui indiquer qu'elle était au bon endroit parce que nulle doute qu'elle se montrerait sceptique en se voyant déposée en face d'une maison plutôt qu'à l'appartement... Il suffit que je pense à cela pour me demander ce qu'elle allait penser de la maison...

♦ Je vais raccrocher, Chérie parce que j'ai hâte de t'avoir dans mes bras et puis il faut que je me douche... Je veux que ce soit parfait... Heu... Je t'envoie la photo de Daniel tout de suite, d'accord... Je t'aime, Aëlys, reviens-moi vite et je te promets qu'on ne traînera pas pour récupérer les enfants dès qu'ils pourront sortir. Je... J'ai hâte de faire leur connaissance...

Tellement hâte et en même temps tellement terrifier mais je comptais sur Aëlys pour me calmer et me rassurer. En attendant, après lui avoir répété que je l'aimais et surtout après nous avoir ridiculement renvoyer la balle quand à celui qui devait raccrocher le premier, je finis par le faire et comme promis, je lui envoyais par message la photo de Daniel, ainsi, elle ne courait aucun risque de suivre quelqu'un qui se ferait passer pour le policier.


© Jawilsia sur Never Utopia

Aëlys's willing slave
avatar
Aëlys's willing slave

Messages : 140
Voir le profil de l'utilisateur




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dim 21 Fév - 3:21
De ce que j'avais compris, Rhydian avait déjà demander à un homme de me raccompagner dans un endroit que je ne connaissait pas du tout. Un humain, enfin c'est ce que je me disait, jamais il n'enverrait un de ses amis vampires me chercher sous ce soleil...Mais pourquoi donc un autre lieu? Des questions en faîte je m'en posais plein. j'avais envie que ce soit Rhydian et pas un autre qui vienne me chercher. C'était idiot, je n'était qu'une simple petite égoïste. Mon homme après tout devait avoir très soif. il devait vraiment se retenir de ne pas venir à l’hôpital pour me ramener chez nous. Bon je devais rester calme pour ne pas qu'il me sente plus perturbée que je ne le suis dans cette situation grâce au lien fragilisé qui nous unissait. En rentrant mon principal but sera de le consolidée pour que mon âme sœur reprenne rapidement des forces.


Il fallait aussi que je prenne un maximum d'images et de vidéos de nos deux bébés pour que Rhydian puisse en profiter pleinement. voir les premiers rires et les premiers pleurs de ces petits anges. Puis quelques heures plus tard vers la fin de la soirée les infirmières m'aidèrent à me préparer. l’hôpital avait prévenu mon vampire que j’étais parfaitement en état de sortir sans danger le retrouver et Rhydian avais donc appelé son ami pour qu'il vienne me chercher. Laissant mes enfants derrière moi avec regret j'étais assise en bas sur une chaise métallique bleu de l'accueil. Vêtue d'une veste en laine blanche et d'un bonnet en laine blanc j’étais en train de vérifier que j'avais bien mise mes bottes de villes grises avant de mettre des moufles marrons. dehors il faisait soleil mais il neigeait . Il ne fallait pas que j'attrape froid.
Rhydian's Heart
avatar
Rhydian's Heart

Messages : 172
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 13 Mar - 11:46
Don de vie


Pendant que Monsieur Hamilton s'occupait de ce qu'il fallait dans sa nouvelle demeure, moi, je continuais mon travail, étudiant encore un rapport d'autopsie sur un meurtre non résolu qui donnait tout à penser qu'il s'agissait encore une fois de l'oeuvre d'un vampire étant donné le peu de sang qu'il restait dans le corps de la victime. Cela dit d'après le rapport, vu le nombre de morsure et d'après le moulage qui en avait été fait, la pauvre victime avait dû passer un sale quart d'heure en supportant plus d'un agresseur. Notre médecin légiste, ignorant l'existence de ces créatures, était persuadé que ce devait être des fanatiques de l'image du vampire qui aurait été jusqu'à se faire limer les dents pour obtenir un résultat tel qu'il en était mention dans le rapport.
Connaissant la vérité, il me suffit de lever les yeux vers mon coéquipier pour ressentir toute la frustration que ce cas me procurait.

« Sérieusement, vous pouvez pas garder vos criminels dans une cave ou une grotte ? C'est le troisième cas d'agression cette semaine, ça commence à bien faire... »

Dereck me regardant comme si j'avais dit quelque chose de marrant... Ce qu'il peut m'énerver... Car oui, Dereck Wolf est un vampire ET autant mon coéquipier que mon garde chiourme depuis que je me suis moi-même fait agresser par un de leur satané Broken il y a quelques mois. Si je devais reconnaître qu'il était un excellent flic, son humeur toujours jovial me tapait sur le système et c'était encore pire quand "La Reine des Pipelettes", alias Madeleine Tchakov, pointait le out de son nez dans le commissariat. Certes, elle était capable de transmettre quelques informations intéressantes mais ce qui était le plus ennuyant, c'était sa façon de le faire en conversant de la pluie et du bon temps, m'obligeant à écouter son babillage inutile pour saisir au bon toutes informations qu'elle pourrait laisser échapper. Une fois qu'elle était là, Dereck devenait encore plus énervant parce qu'il participait au jeu de cette bonne femme énervante. Bref, heureusement, aujourd'hui, j'avais un service à rendre à un type qui n'était pas aussi énervant, au moins il ne parlait pas pour ne rien dire, aussi j'avais un bon prétexte pour partir plus tôt.

Une fois mon travail mis de côté, je pris ma veste en me levant, pris à peine le temps de saluer mon coéquipier et mes collègues avant de sortir pour rejoindre ma voiture. Je vérifiais une dernière fois l'adresse qu'on m'avait donné ainsi que la photo de la personne que j'étais censé prendre et déposer puis je me mis en route.
Arrivé devant l'hôpital, je me garais vite fait avant de m'engouffrer dans le hall. Je n'eu aucun mal à repérer la jeune... Jeune fille. Est-ce qu'elle était vraiment aussi jeune qu'elle en avait l'air ? Est-ce qu'elle était seulement majeur ? Bref, je laissais tomber ces considérations qui ne me regardaient pas et m'approchais d'elle...

« Vous devez être Aëlys Hamilton... Je m'appelle Daniel Sylan, votre compagnon m'a demandé de venir vous chercher.»

Je m'attendais à ce qu'elle vérifie mes dires. Rhydian avait dû sans doute lui envoyé ma photo pour s'assurer qu'elle ne soit pas embarqué par quelqu'un d'autre. Au vu des dernier évènements, je ne pouvais que salué cette initiative, on était jamais trop prudent après tout...
Elle avait l'air si... menue et jeune que je me demandais ce qu'elle pouvait bien trouver à un vampire. Est-ce que c'était cette image romantique diffusée par les films ou est-ce qu'elle avait une autre perception de cette relation ? Comment peut-on devenir volontairement le garde manger de quelqu'un d'autre ? Sans doute que je ne comprendrai jamais jusqu'à ce que ça m'arrive... Du moins si cela m'arrive un jour, ce que je n'espérais pas être le cas.

« Pouvons-nous y aller ? »

Ben oui, c'est pas parce que je ne comprends pas quelque chose que je devais la traiter comme une inconsciente décérébrée... Pour autant que je pouvais le voir, elle avait l'air charmante même si toujours trop jeune à mon goût...
Je lui présentais le bras pour la soutenir pendant que nous traverserions le tapis de neige jusqu'à ce que nous atteignons la voiture dans laquelle je l'aidais à monter avant d'en faire le tour et de la rejoindre dans l'habitacle. Une fois en route, je ne dis pas grand chose, après tout, je n'ai jamais été très bavard et puis je ne la connaissais pas, qu'aurais-je pu lui dire ?
Une fois arrivé à destination, je me garais devant l'allée de la maison où un chemin de ballons avait été tracé avec pour chacun une petite enveloppe accrochée... C'est normal qu'un vampire soit aussi fleur bleue ? Malgré tout amusé par cette étrange allée, je me tournais vers ma jeune passagère, un léger sourire aux lèvres...

« Je pense que vous êtes attendue, vous devriez suivre ces ballons... »

Au moment où elle sorti de la voiture, je me contentais d'attendre qu'elle soit sur le trottoir pour baisser mon carreau et lui souhaiter un bon retour chez elle avant de m'en aller tout simplement...



Code par ZokuPengin sur Epicode
Hidden Nature
avatar
Hidden Nature

Messages : 6
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Ven 15 Avr - 15:26
J'avais attendue quelques minutes dans le hall quand je vis la personne que Rhydian m'avait envoyé en photo. En parlant de photo... J'en avait une un peu particulière et j’hésitai vraiment à lui envoyer... Je n'avais qu'à appuyer légèrement sur mon téléphone mais... Quand l'homme en question arriva devant moi je rangea mon téléphone dans ma poche. Non ce n'était pas le moment. Il faut d'abord que je nourrisse Rhydian et qu'on se retrouve dans les bras l'un de l'autre. Bien que j'étais impatiente la demande que recelait cette photo il allait la voir peu être dans quelques heures... Impatiente mais un peu stressée part rapport à sa réaction, sa réponse à la question que lui même sans doute m'aurait posé un jour.... Après les présentations Daniel et moi nous étions donc sortis de l’hôpital. Mon dieu qu'il faisait froid! Heureusement que j’étais bien couverte parce-que dehors c'était un peu comme une tempête de neige et le ciel était très couvert... Adieu le beau temps qu'il y avait quelques heures avant et bonjour le froid!Aussi je m'étais dépêchée de rentrée dans la voiture indiquée une fois les présentations de rigueurs faites. J'avais peur de tomber malade, car je ne suis pas sûre que cela fasse du bien à mon lion adoré que je tombe malade lors de nos retrouvailles. Durant le trajet je n'avais pas beaucoup parlé, mon conducteur non plus d'ailleurs. Je savait très bien que Rhydian pouvait ressentir à travers notre lien que j'étais stressée. je ne savais pas comment lui il allait réagir à ma vue. Aux sources il m'avait avouer qu'il pouvait plus agir par instinct et... ET puis j'avais ma demande à faire! Rien qu'à y pensé j'étais un peu gênée j'avais vraiment peur de m'y prendre mal de faire une gaffe. C'est là que je sentis la voiture s'arrêter dans une ruelle inconnue et... Remplie de ballons de plusieurs couleurs attachés à des boites au lettres avec des lettres accrochés au bout... Mon cœur se mit à palpiter dans ma poitrine. C'était un coup de mon paradis sur terre j'en étais sûre!L'envie de le retrouver, de courir vers lui de toutes mes forces ce fit bien plus forte.

- Je... je crois bien que oui, merci beaucoup et... Bonne journée!

Une fois sortie de la voiture je m'était empressée d'aller chercher la première lettre à ma portée et de l'ouvrir pour bien prendre le temps de la lire et faire de même avec toutes les autres malgré le froid. Car à chacune de ses lettres je pouvait ressentir à travers des mots précis tout l'amour qu'il me portait et que... En retour j'avais envie de lui donner plus, encore plus d'amour que je ne le pourrais jamais. au bout de dix minutes j’étaie arrivée à la dernière lettre de la ruelle alors que j'étais au milieu de la rue, j'avais rangée très soigneusement les autres lettres dans mes poches et laissé les ballons s’en-volés un à un avec le vent. quand je voulut ouvrir la lettre celle ci me glissa des main dans un coup de vent et fut emportée avec le ballon auquel elle était accrochée.

-Ha non!

Mais le ballon était déjà bien loin. Heureusement après de longues minutes de courses j'avais la lettre en les mains devant la maison indiquée, avec une canette de coca et un sandwitch aux lardons. Oui j'avais faim et alors? Je devais veillé à mon alimentation si je voulais pouvoir nourrir correctement mon homme qui devait avoir une faim et une soif de lion en ce moment précis!

A l’hôpital j'avais entendue une rumeur comme quoi si un calice mangeait un aliment fort en goût le vampire en buvant son sang le sentirait aussi. Et que beaucoup de vampires n'aimait pas le poisson, c'est pourquoi j'avais pris un sandwitch au poulet, cela passerait mieux au cas ou pour mon prédateur d'homme... Je me trouvais ainsi devant la porte mangeant un peu de mon sandwitch et buvant une gorgée de mon coca j’avais auparavant déverrouillé la porte avec la clé. Une fois la porte ouverte je fit mes premiers pas dans cette maison en disant d'une vois anxieuse.

Je sais que tu est là Rhydian ou est tu?
Rhydian's Heart
avatar
Rhydian's Heart

Messages : 172
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 27 Avr - 10:44





Le don de vieLe cadeau de toute une vie...



Plus que quelques secondes...

Je pouvais la sentir, elle était là, dans l'allée, son coeur battant frénétiquement. J'étais tellement aux aguets que je pouvais l'entendre, sentir sa présence, son odeur quelque peu chargée de cette odeur d'hôpital et des gens qui avaient gravité autour d'elle, les enfants y compris... Du moins le supposais-je parce que l'odeur caractéristique de lait et de talc ne pouvait venir que de là, je l'imaginais mal s'occuper d'autres enfants que les nôtres... Bon sang... J'étais père ! Je le savais déjà mais cette odeur si particulière rendait la chose encore plus concrète même si j'avais pu voir son ventre s'arrondir au fil des mois, sentis les petits coups de pieds et de poings des enfants dans son ventre... C'était bien plus réel à présent... J'étais déjà prêt à l'accueillir à l'instant où elle passerait la porte mais voilà qu'elle s'éloigne. Que faisait-elle donc ?! J'avais envie de sortir pour la rattraper mais je dû me forcer à rester parce que je savais pertinemment que je m'exposerais à la seconde où je la verrais et j'avais déjà pu évité la colère de mon patron quand elle avait été agressée quelques mois plus tôt, pas question de faire une autre erreur.
Je me forçais donc à attendre encore et la sachant si proche, ce fut une véritable torture de ne pas savoir ce qu'elle faisait. Je ne pus m'empêcher de faire les cents pas dans toute la maison, délirant sur les raisons de son éloignement allant de la situation la plus absurde à la plus inquiétante. J'étais au premier étage quand je l'entendis enfin entrer, m'appelant de sa voix qui me fit frissonner de la tête aux pieds et je perdis la raison...

Il ne me fallut pas plus d'un dixième de seconde pour la rejoindre et la coincer contre la porte. Impossible de me retenir plus longtemps. J'avais été trop longtemps séparé d'elle et cela avait suffit à exacerber tous mes instincts de vampires en plus de ceux de l'homme possessif que je suis. J'avais déjà les crocs sorti et sans doute les iris rouge mais la première chose sur laquelle je fondis, ce fut sa bouche, me pressant contre elle au point que sa poitrine ronde s'écrase contre mon torse, envahissant son espace personnel de toutes parts. Avec toute la meilleure volonté du monde, je ne parvins pas à reprendre possession de moi-même, je n'étais plus qu'instinct et ce dernier ne m'ordonnait qu'une seule chose, réclamer sa possession dans tous les sens du terme.

Je me retrouvais incapable de prononcer le moindre mot, si ce n'était quelques grondements de prédateur se délectant de sa proie. Je ne sais par quel miracle je ne lui écorchais pas les lèvres avec mes crocs mais ce n'était pas assez, même pas un hors d'oeuvre... J'empoignais ses cheveux pour lui tirer la tête en arrière, prenant possession de sa bouche plus profondément jusqu'à ce que je sois attiré par une toute autre source... Son coeur aux battements rapides, pulsant son sang dans ses veines dont l'une d'elle attira mon regard et me détourne de sa bouche que je quittais en semant un chemin de baisers avant de venir lécher cette veine dans son cou qui était si tentante, comme si je pouvais déjà goûter son sang rien qu'en léchant sa peau... Quand je ne pus plus me retenir, je plantais mes crocs dans sa chair avec lenteur, me délectant de son sang par anticipation, grondant ma satisfaction quand les premières gouttes tombèrent sur ma langue, serrant Aëlys plus étroitement contre moi comme pour empêcher la moindre tentative de fuite de sa part, un genou coincé entre ses cuisses pour l'immobiliser complètement.

À ce stade, le moindre impudent qui aurait oser m'interrompre en aurait été pour le payer de sa vie...


© Jawilsia sur Never Utopia

Aëlys's willing slave
avatar
Aëlys's willing slave

Messages : 140
Voir le profil de l'utilisateur




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mer 1 Juin - 16:32
Tenir quoi qu'il arrive... Mais là c'était un peu compliqué. Au début j'avais eu très peur,j'avais eu mal, et j'avais été très surprise.

Car tout s'était déroulé très vite, sans que je ne put voir quoi que ce soit, je m'étais faite coincer contre la porte sans ménagement . Aïe mon dos! J'en étais bonne pour quelques bleus ça c'était sûr! J'avais eu peur car je n'avais pas eu le temps de voir la personne qui me tenait ainsie jusqu'à ce qu'elle reste devant moi à m'embrasser de manière.... Un peu forcée et intrusive. Depuis quand Rhydian avait il vraiment besoin de tirer mes cheveux en arrière pour m'embrasser et me mordre? je ne pouvais pas lui en vouloir c'était impossible, il m'avait prévenu... Mais là tout de suite, j'avais surtout envie de lui dire que je l'aimais en le serrant dans mes bras. De lui dire que je regrettait de ne pas être à la hauteur. Mais là c'était le vampire qui était présent, qui me réclamait. Au moins il reprenait des forces et c'était le plus important. Mais j’avais eu beaucoup de mal à reprendre mon souffle et j’avais lâcher ce que j'avais en main, bonjour la catastrophe!. Mais là ce que je voulais alors que je m'affaiblissait c'était de trouver la force de le serrer dans mes bras avant de sombrer tout doucement, mes jambes ne me tenait plus depuis une ou deux minutes. Elles tremblaient bien trop de fatigue et de froid. Mes bras enlacèrent son torse alors que je fermais les yeux de fatigue

- Si tu savais comme je t'aime mon ange... Mon paradis... Mon bébé... je suis si heureuse de pouvoir être encore dans tes bras...
Rhydian's Heart
avatar
Rhydian's Heart

Messages : 172
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 2 Aoû - 16:09





Le don de vieLe cadeau de toute une vie...



C'est ce qui s'appelle déraper...

J'avais conscience de ce que je faisais mais je n'avais aucun contrôle sur mes actes, ma nature vampirique m'imposait de renouveler impérativement le lien qui m'unissait à Aëlys mais aussi de boire autant que je le pouvais sans lui faire de mal. Certes tout cela était un peu brusque mais vous avez déjà vu un animal qui meurt de faim face à de la nourriture ? J'étais à peu près dans le même état... Ce n'est que quand ma petite rousse parvint à ouvrir la bouche que je pus me reprendre juste assez pour dégager mes crocs de sa gorge que je refermais d'un coup de langue. Je n'étais pas totalement rassasié mais au moins je ne risquais plus de faire une bêtise par inadvertance, ce qui m'éviterait de me faire sonner les cloches par Train... Quoi que de ce côté là, rien n'était gagner, il suffirait qu'il entende parler de la manière dont j'avais accueilli Aëlys pour recevoir un autre sermon.
Je passe rapidement ma langue sur mes lèvres avant de sortir un petit couteau et de m'entailler un peu à la base du cou, me penchant pour présenter la coupure à hauteur de la bouche de ma compagne, la soulevant en même temps, enroulant ses jambes autour de ma taille...

♦ Bois mon ange, on parlera plus tard... Il faut que tu boives pour renforcer notre lien, ça t'aidera aussi à te remettre plus rapidement...

C'est clairement pas ce qu'elle a envie d'entendre, je m'en doute bien, surtout qu'elle n'a jamais apprécié de boire du sang parce qu'à chaque fois elle s'imagine que j'ai mal ou que je m'affaiblis. Ce n'est absolument pas le cas, elle ne boit pas assez de mon sang pour que cela arrive sans compter qu'il y a des choses qui sont autrement plus douloureuses qu'une petite entaille... Bref, là, elle n'a pas le choix coinçant sa tête contre mon coup pour qu'elle puisse boire un peu avant que l'entaille ne se referme, je l'emmène au second étage, dans notre chambre. Les meubles ont quelques peu changé pour être plus en harmonie avec le style de la maison qui n'a rien à voir avec mon appartement de célibataire où tout était plutôt de type moderne.

J'aurais voulu faire un arrêt dans chaque pièce de la maison pour lui faire la visite mais pour l'instant, il y a plus important à faire, elle pourra toujours voir tout ça plus tard, quand elle se sera reposée. Pour l'heure tout ce qui compte pour moi, c'est de la débarrassé de ces odeurs étrangères qui lui collent à la peau pour n'y laisser que la sienne et la mienne conjuguée. Je m'assied sur le bord du lit, lui caressant la tête tendrement, les idées bien plus claires qu'à son arrivée, me sentant un peu plus moi-même.
Quand elle arrête de boire, je la laisse s'écarter un peu, juste pour pouvoir la regarder en face à face mais je la garde précieusement sur mes genoux, ses jambes continuant à entourer ma taille.

♦ Hello..., petit sourire en coin, Tu m'as manqué, tu sais ? J'ai failli devenir fou. Je n'ai pu tenir que parce que Train m'a appelé pour me dire que tout s'était bien passé et que vous alliez bien tous les trois...

J'avais dû me faire enfermé tout le temps qu'avait pris l'accouchement, j'en avais eu l'idée par simple précaution mais quand Aëlys avait été emmenée pour accouché quand les premières contractions ont commencé, j'ai bien failli dérailler et l'enfermement n'était plus aussi superflu que je l'avais cru. Je ne m'étais calmé que quelques heures plus tard quand Train avait appelé après l'accouchement.
Tout cela m'avait aussi permis de me rendre compte de la nécessité d'éloigner le père vampire lors de l'accouchement de sa calice. Si on m'avait laissé assisté à tout ça, j'aurais sans doute fait un carnage tant je n'avais plus toute ma tête et ce n'est pas ce qu'une mère sur le point de donner naissance à besoin. Une leçon difficile à apprendre très certainement mais ô combien nécessaire.

♦ Bienvenue chez nous, mon petit mystère...

J'aurais pu simplement lui souhaiter un bon retour mais puisque notre domicile avait changé, cela ne me semblait pas vraiment approprié. Je me penchais vers elle pour l'embrasser plus tendrement qu'à son entrée dans la maison, autant pour qu'elle ressente jusque dans la moindre de ses cellules qu'elle était bien rentrée à la maison mais aussi peut-être un peu pour m'excuser de mon comportement. Je l'avais prévenue, certes, comme pour beaucoup d'expérience, c'est une chose de savoir et une autre de le vivre. Je ne pouvais que la félicité de ne pas avoir paniquer même si un bref instant elle avait eu peur. Sa panique m'aurait sans aucun doute blessé et empêché de l'approcher, cela aurait nuit à notre lien déjà fragilisé par notre séparation...

© Jawilsia sur Never Utopia

Aëlys's willing slave
avatar
Aëlys's willing slave

Messages : 140
Voir le profil de l'utilisateur




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 7 Oct - 14:21
S'il savait...

S'il savait en cet instant comme je me sentais heureuse  dans ses bras. La peur du début s'était évaporée peu à peu au fur et à mesure que je l'entendait boire goulument à ma gorge. Il  reprenait des forces et peu à peu je le sentais se détendre contre moi. C'est à partir de ce moment là que nos retrouvailles commençait réellement. Mon dieu qu'il était séduisant quand il se léchait les lèvres avec cette petite lueur de faim dans le regard. Il n'était pas complétement rassasié, je le savait déjà avant de le sentir trembler un peu contre moi. Après tout Ry pouvait tout savoir sur ce que je ressentais peu être que moi je pouvais ressentir aussi ce qu'il ressentais... Enfin quand j’étais dans un état second.

La suite ne m'avais pas beaucoup plus cependant. Bien que cela fut nécessaire ce n'était pas très agréable pour moi de boire du sang. C'était... Très épais pas mauvais mais difficile à avaler en grande quantité. heureusement que mon homme cicatrisait vite. Au moins il n'aura pas mal très longtemps et puis il perdait du sang à chaque fois et je n'aimais pas cela surtout dans son état ou chaque gouttes étaient précieuses.

Et puis il m'avait prise dans ses bras  et moi j'avais resserrer mon étreinte sur lui. hors de question que je le lâche. J'ignore combien de temps il lui fallut avant de monter s'asseoir sur le lit. En fait j’étais très fatiguée, j'avais faim et j'avais le besoin considérable de combler ses derniers jours sans  Rhydian en cet instant en m’imprégnant de son odeur. Ce fut au moment ou mon estomac se mit à gargouiller que je me souvint  de... Du coca et de la nourriture que j'avais fait tomber part terre  avant de me faire dévorée par mon homme contre la porte... De la bonne nourriture gâchée... Rien que cela rendait mon côté calice très bougonne c'est pourquoi je murmurait d'un ton possessif et bougon à mon vampire au creux de son oreille.

- Hors de question que je me détache de toi d'une semelle  sinon c'est sûr c'est moi qui va devenir folle et puis... De toute façon tant que je suis dans tes bras je me sent chez moi.

Ses paroles là, je les pensait, et j'avais vraiment envie de le lui exprimé de plusieurs manière. Tel un besoin viscéral. Et j'étais plutôt bien là dans ses bras pourquoi partir?. Bon j'étais un peu mouillée avec une petite faim logée au creux de mon estomac. En parlant de cela il faudrait peu être se dépêcher, le coca risquait d'abimer le parquet. C'est pourquoi je commençait juste légèrement à me détacher de Ry pour plonger mes prunelles dans ce très mignon regard rougeoyant qui m'était destiné et que mon index vint frôler ses crocs.

-Non décidément tu est vraiment mon ange. Je pourrais passer des heures ainsi, mais il faudrait que je m'occupe du parquet en bas avant qu'il ne finisse vraiment dévorer par le coca et puis... Après je pourrais revenir ici pour rester avec toi.
Rhydian's Heart
avatar
Rhydian's Heart

Messages : 172
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 8 Jan - 17:54





Le don de vieLe cadeau de toute une vie...



J'aimais ses paroles...

Et d'une certaine façon, ça apaisait un peu plus ma faim d'elle. Je ne l'avouerai jamais mais ces quelques jours de séparation m'avait parut être une éternité et ça avait suffit à imaginer les pires hypothèses sur notre couple même si je savais au fond de moi que rien ne pourrait nous séparer sinon la mort. C'est donc plus détendu que je la rapprochais un peu plus de moi, caressant doucement le bas de son dos après avoir glisser ma main sous son haut. J'avais déjà oublié la nourriture tombée au sol dans l'entrée jusqu'à ce qu'elle le mentionne.

♦ Je te propose un marché... Tu prends une douche, tu te couches histoire de te reposer un peu et moi, je vais nettoyer ça et je te ramène de quoi combler ton estomac...

Vu à la vitesse à laquelle je pouvais agir, je serais rapidement de retour auprès d'elle, elle ne perdrait rien au change surtout qu'il y avait fort à parier que je serais de retour avant même qu'elle n'ai terminé de prendre sa douche. Être un vampire a quand même quelques avantages, autant en profiter quand on le peut... Surtout si ça me permettait de la rejoindre dans la douche par exemple... Hm... Oui, rien que l'idée me donnait l'eau à la bouche et une certaine partie de mon anatomie se sentait légèrement à l'étroit.
Je caressais ses cheveux, ce roux si particulier dont seul un vampire peut en percevoir chaque nuance alors que pour d'autres sa chevelure ne donnait l'impression que d'être rose. Pourtant si on y regardait de plus près, il n'y avait rien de plus faux. Ca fait des mois que nous sommes ensemble et pourtant, je m'extasie encore de chaque détails de sa personne, comme un mystère qui rechignerait à se laisser résoudre et je n'allais certainement pas m'en plaindre. Je serais même heureux de ne jamais l'élucider...

♦ Partante, Maman ?...

Un petit surnom que j'allais adorer lui donner à l'avenir, c'était ce qu'elle était après tout en plus d'être mon mystère personnel. Il ne lui suffisait que d'ouvrir la bouche pour dire oui pour que je me mette en mouvement pour revenir quelques secondes plus tard avec nourriture et... moi.



© Jawilsia sur Never Utopia

Aëlys's willing slave
avatar
Aëlys's willing slave

Messages : 140
Voir le profil de l'utilisateur




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gène-V :: Zone HRP :: Archives Rp's-