Forum qui contient des adultes qui s'aiment derrière un paravent.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le forum est en pause indéterminé pour un remaniement en vue d'une V3. Inscriptions fermées, partenariats ouverts.

Partagez | 
 

 Heureuse rencontre — ou pas... [PV Richard Jenkins]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Trésor Paternel
Eleanor ConteriaMessages : 28
avatar
Trésor Paternel
MessageSujet: Heureuse rencontre — ou pas... [PV Richard Jenkins]   Ven 22 Jan - 16:05


❀ Heureuse rencontre — ou pas... ❀



Comment aurais-je pu prévoir ce qui allait se passer ? Impossible, me direz-vous, à moins de posséder un don de pré-science.
J'avais eu toutes les peines du monde à sortir de mon lit ce matin, le ciel gris, chargé de neige prête à tomber aussi silencieusement que les feuilles en automne, le vent hurlant tant il était fort... L'hiver n'a jamais été ma saison préférée, je lui préfère de loin l'été ou l'automne. De plus, il n'y a pas plus frileuse que moi et pourtant, j'allais être obligée de sortir de mon lit confortable où la chaleur de Senbi y persistait encore grâce à la couette qui me recouvrait, formant un agréable cocon de chaleur. Il me fallut dix bonnes minutes pour me risquer à sortir de l'accueillant et confortable duvet de mon lit et me décider à me rendre dans la salle de bain en vue de m'apprêter pour me rendre à la galerie où j'avais un rendez-vous avec le directeur afin de préparer le prochain vernissage de mes oeuvres. D'ordinaire, ce genre de réunion m'excite au plus haut point, m'empêchant de me tenir tranquille, gesticulant comme une puce sous stéroïde tant la préparation d'un vernissage m'enchantait. J'avais la chance que mes toiles se vendaient et bien que je ne sois pas encore une artiste reconnue mondialement, j'en prenais le chemin à mon rythme, au moins avais-je déjà bonne réputation au niveau national. Toutefois, la météo ne semblait pas stable, aussi mon excitation à me rendre à ce rendez-vous était retombée comme un soufflé à la seconde où j'avais vu ces gros nuages au-dessus de la ville. Il fallait pourtant que j'y aille... Après ma douche, j'enfilais un tailleur d'une pâle couleur pèche, troquant la jupe pour un pantalon de la même couleur et texture que la veste. Je n'avais pas envie d'avoir froid... J'avais même pensé à mettre une combinaison sous mon chemisier blanc afin de me tenir chaud. Pour cette fois, je laissais tomber le maquillage, de toute façon, je n'en étais pas férue même si ça fait toujours plus présentable de cacher ses imperfections ; je me contentais d'étaler une fine couche de gloss d'un rose discret sur mes lèvres pour qu'elles ne se dessèchent pas à cause du froid extérieur. Cependant, je me maudis rapidement... J'aurais voulu garder mes pieds au chaud et pourtant, j'allais devoir enfiler des escarpins qui laisserait le haut de mes pieds libre de souffrir de la température. Je n'avais cependant pas le choix parce qu'on enfile pas des baskets avec un tailleur.

Avant de sortir et d'attraper ma veste, je repassais par mon atelier que je partageais à présent avec Senbi et ses poteries. J'attrapais le porte-folio que Chase m'avait fait comme à chaque fois. Il y a un certain avantage à avoir un frère photographe, c'est qu'il peut vous préparer un livret reprenant toutes les photos de vos oeuvres afin de vous éviter d'avoir à vous trimballer tout un tas de toiles encombrantes. Il ne faut pas se méprendre, j'adore mes toiles, sinon, je ne les ferais pas mais ce n'est pas ce qu'il y a de plus facile à balader quand on a pas de voiture, la mienne était, comble de tout, en révision... J'allais donc devoir prendre un taxi jusqu'à la galerie, ce que je fis après m'être assurée d'avoir tout ce dont j'avais besoin et de m'être bien couverte.

Quand j'arrivais à la galerie, quelques petits flocons commençaient à virevolter, emporter par le vent qui ne semblait pas vouloir faiblir. Aussi je ne trainais pas sur le trottoir pour admirer la danse de ces petites choses blanches. Je me précipitais dans la galerie et me rendais directement dans le bureau du directeur. Sans doute fut-il heureux que je me retrouve dos à la fenêtre, ne pouvant voir le temps se dégrader au fil des heures que nous passions à travailler à la préparation de l'exposition. Je ne pus me rendre compte du désastre que lorsque nous eûmes terminé de nous mettre d'accord sur les invités, l'ordre et l'arrangement des toiles, des boissons et des petits fours qui seraient servit durant le vernissage.
C'était une véritable catastrophe. Les quelques grains blancs qui tombaient quand j'étais arrivée s'étaient transformé en gros flocons qui ne virevoltaient plus mais qui tombaient drus et violemment au point que la neige tenait déjà sur le sol quoi que parfois de fines couches fussent balayées par le vent qui hurlait toujours autant. Je pris sur moi de sortir, déprimant déjà au froid qui allait me percuter à la seconde où j'ouvrirais la porte de la galerie. Une fois à l'extérieur, le vent était tellement violent, la neige tellement gênante que je ne pus arrêter un taxi. Espérant trouver un endroit où m'abriter en attendant que ça se calme, j'avais fait quelques pas mais quand mes pieds étaient devenu douloureux à cause du froid, criant grâce, j'entrais dans le premier bâtiment que je croisais et quelle joie, il s'agissant d'un hôtel, et pas n'importe quel hôtel... Résignée, à peine poussais-je la porte que je fouillais mon sac pour trouver mon porte-feuille afin de réserver une chambre au moins pour une nuit car vu comme s'était parti, je doutais de pouvoir rentrer chez moi par ce temps. C'est ainsi que je ne fis pas attention à ce qui se trouvait en face de moi, continuant d'avancer, je percutais l'épaule de quelqu'un, ce qui eut pour effet de me faire lâcher mon sac dont le contenu alla se répandre sur le carrelage alors que je m'excusais automatiquement de ma maladresse...

► Oh ! Excusez-moi... Heu... Monsieur Jenkins ? Ca alors, quelle surprise...

En me rendant compte de qui j'avais bousculé, j'avais oublié mon sac répandu sur le sol, ne m'attendant pas à rencontrer le dentiste que je n'avais jusqu'ici croisé qu'une seule fois, lors de la soirée d'Halloween à la maison de mon père... Je l'avais trouvé charmant bien que nous n'ayons pas discuté beaucoup, ce qui expliquait que j'en savais assez peu sur lui à l'exception de son nom et de sa profession, qu'il n'était pas vraiment une connaissance de mon père mais juste le dentiste qu'avait consulté Aëlys sans que je sache comment son adresse s'était retrouvée dans le carnet d'adresses de mon père... Je ne savais rien de plus et pourtant, je n'avais pas regretté un instant sa présence à cette petite fête même s'il s'était montré discret et avait parler bien plus avec Len, le quasi petit ami de Senbi. Cela dit, je l'avais peut-être trouvé charmant mais tout de même un peu coincé. Il semblait pétri de bonnes manières alors que dans la "famille" nous ne nous prenons pas la tête avec les codes sociaux. En même temps, quand on connait l'histoire de chacun, il n'est pas difficile de le comprendre. Peut-être que son air pincé était venu du fait qu'il était entouré d'inconnu à l'exception d'une ou deux personnes... Quoi qu'il en soit, cela n'avait pas d'importance. Tomber sur lui était un hasard providentiel puisqu'il me permettrait d'en savoir un peu plus sur l'homme... Du moins si j'arrivais à le retenir... En m'accroupissant, parce que finalement, l'image de mon sac étalé autour de nous me revint à l'esprit, je commençais à ramasser mes affaires tout en tentant une approche...

► Je ne suis pas certaine que vous pourrez attraper un taxi par ce temps, j'ai moi-même dû y renoncer. Et je ne saurais trop vous conseiller d'éviter de prendre le volant si vous conduisez, la neige tombe tellement fort que vous n'y verriez rien du tout... Alors pour me faire pardonner de vous avoir bousculer et en espérant que cette tempête se calme, me laisserez-vous vous offrir un café ?

Je m'étais redressée, tout sourire bien que sincèrement concernée par le fait que se trouver à l'extérieur puisse être dangereux. Et puis, à vrai dire, je n'avais aucune envie de me retrouver enfermée dans ma chambre à m'ennuyer ferme, toute seule comme une âme en peine alors si je pouvais lui voler un peu de son temps...
Code de Frosty Blue de Never Utopia

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Heureuse rencontre — ou pas... [PV Richard Jenkins]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dan Jenkins ! [Validée]
» Zak Jenkins [Début]
» Macaria, Déesse de la Mort Heureuse [Finish']
» Heureuse de te connaître, tu veux être ma soeur de coeur ? {Emma}
» Lenalee, Déesse des Enfers de la Mort Heureuse... (ok)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gène-V :: LaGuardia Plaza Hotel-