NC-18
 
AccueilCalendrierPublicationsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Au commencement, il y avait.... (POV Ethan)

 :: Habitations :: Maisons :: Julian Conteria Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sam 11 Nov - 14:23



Au commencement, il y avait ....


Mai 2110
Dans une pièce éclairée par les lueurs de l'aube, se trouve un couple enlacé sur le lit. Julian, simplement recouvert d'un drap, caresse tendrement la tête de son amant, qui est posé sur son torse luisant de sueur. Ils se reposent après une nuit intense, à s'aimer de toutes les manières possibles. Il regarde distraitement le soleil se lever, alors qu'il n'a pas encore fermé l'oeil de la nuit. D'un oeil, il suit la progression de la fermeture automatique de son volet. C'est une merveilleuse invention pour les vampires, des volets qui se ferment et qui s'ouvrent au même moment que les rayons du soleil, évitant ainsi à ce qu'il y pense et qu'il ne soit en danger par mégarde. Bien que durant la journée, les volets soient fermés, par une fantastique technologie, on croirait qu'ils soient ouverts, grâce à des caméras disséminées autour de la maison, et qui projettent sur les vitres ce qui se passe dans la rue, dans un merveilleux trompe l'oeil. Ainsi, Julian peut profiter du soleil, sans finir en cendre.

En voyant le mélange de rouge et d'orange, il repense aux couleurs qu'abordaient fièrement Rome au 16e siècle, à la brillance du Vatican. Cette nostalgie l'emmène à se pencher sur sa rencontre avec Ethan.

- Mon loup, te rappel-tu de notre toute première rencontre ?


Julian doit être une des rares personnes à appeler Maddie par son prénom entier, quand il sait que cela l'irrite au plus haut point. Ce n'est pas qu'elle le déteste, c'est juste que cela lui rappel son enfance, et puis, Maddie est tellement plus moderne. Il sait que cela est petit, mais c'est une des seules occasions qu'il a de se venger de tout les complots dont il est la malheureuse victime.

- On aurai dit un loup sauvage qui protégeait son territoire et sa meute. Bizarrement, c'était sexy.


Il tourne la tête pour le fixer, un léger sourire au coin des lèvres en se remémorant leur rencontre des plus atypiques.


Said no more counting dollars We'll be counting stars


©️ Halloween


Fonda aux dents longues
avatar
Fonda aux dents longues

Messages : 208
Voir le profil de l'utilisateur http://gene-v.forumactif.fr
Revenir en haut Aller en bas
Sam 11 Nov - 15:51



« Au commencement, il y avait... »


Les yeux fermés, l'homme semble endormi, la tête posée sur le torse de son amant, tous deux recouvert d'un simple drap alors que le soleil commençait à teinter le ciel des couleur de l'aube. Pourtant il ne dort pas, il se repose, paisible, l'oreille attentive aux battements si particulier de celui qui a est allongé à ses côtés après une nuit passée à s'unir dans la chaleur de leur amour mutuel. Il fait le bilant d'une vie encore jeune pour un être de sa race... Certes, il a beaucoup souffert dans le passé, la vie était bien plus dure que maintenant et il était dangereux d'être différent de la norme exigée. Pourtant, s'il devait recommencer sa vie, il ne voudrait rien en changer malgré les souffrances et les pertes qu'il a subies pour la simple raison que tout ça l'a conduit dans les bras de celui qui était destiné à être sien même si cette union avait pris énormément de temps... Cette nostalgie était-elle communicative ? Son compagnon semblait également se souvenir du passé...

- Mon loup, te rappel-tu de notre toute première rencontre ?

Un sourire s'étire sur ses lèvres en entendant cette question, ouvrant les yeux pour redresser un peu la tête et venir planter son regard d'ambre dans celui de son amant qui reprend de plus bel...

- On aurai dit un loup sauvage qui protégeait son territoire et sa meute. Bizarrement, c'était sexy.

Il fouille sa mémoire... Des premières rencontres, il en eu quelques unes et pas toute des meilleures mais il y en avait une qu'il avait pris soin d'enfermer dans son esprit pour s'empêcher d'y penser parce qu'à l'époque, il n'était pas encore capable de comprendre, à peine capable de mener une vie simple sur les terres de celle qui lui avait sauver la vie et de son mari. Il était parvenu à oublier ce vampire qui était un jour arrivé pour une visite de courtoisie et avait cru que sa première rencontre avec ce même vampire n'était arrivée que lorsqu'il avait suivi sa bienfaitrice, devenue sa mère adoptive, à New York avec la décision de s'y installer...

• Je m'en souviens... À l'époque, je n'avais pas que l'air d'un sauvage, j'en étais un dans un certain sens. Je quittais rarement les terres de Mama et Horace, je ne fréquentais personne à part eux parce que j'avais toujours peur qu'on me ramène à Rome... Quand tu es arrivé, tu ne m'as pas facilité la tâche non plus...

Ses premières relations de confiance étaient nées dans la douleur et surtout après de rudes batailles. Depuis le massacre de sa famille, il n'avait plus fait confiance à qui que ce soit durant des années, même Maddie qui l'avait pourtant sauvé et recueilli avait du lutter pour gagner la confiance du jeune homme qu'il était, pour l'apprivoiser, pour l'amener à ouvrir son coeur qu'il avait fermé à double tour sous une solide couche de glace afin de se protéger...


C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E
Admin Tyrannique
avatar
Admin Tyrannique

Messages : 44
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
Sam 18 Nov - 12:46
N.B.:
 




Au commencement, il y avait ....


Mai 20110
Il lui caresse tendrement la tête en l'écoutant. La situation n'avait pas été simple pour lui également, il avait senti pour la première fois l'émoi du sang, comme le chant d'une sirène. Si ce n'avait pas été pour son contrôle de soi, et de Madeleine, il aurait ravi sur place ce drôle de loup. Il avait pu se concentrer sur l'odeur de l'hôtesse pour ne virer fou.

-Je me rappel dela scène, comme si c'était hier. Cela à commencé par ....


Flash-Back - OCTOBRE 1530

Julian est rappelé au Vatican par son Sire, alors qu'il se trouvait au Tibet, profitant de la sagesse et l'apprentissage du contrôle de soi. Après un voyage de plusieurs jours, grâce à sa vitesse, il arrive à temps pour se préparer et être présentable devant ses pairs. Il revêt sa tenue la plus belle, tout de bleu et de noirs. Une fois prêt, il déambule dans les couloirs du Vatican, d'un pas vifs et charismatique, le dos droit, le menton en avant. Si on le croise dans la rue, on penserait plus facilement qu'il est un noble, qu'à un fils de bourgeois qui a fini général dans l'armée de Charles Quint.

L'homme aux cheveux noirs se sent mal à l'aise dans ses lieux, pas parce qu'il est un vampire dans un lieu saint, non, c'est à cause de ses origines. Il y a une dizaine d'années, il dirigeait les troupes de l'ennemi du Pape Clément VII. Et avec les guerres d'Italie qui ont lieu en ce moment, il sent son éducation, sa loyauté humaine se battre contre celle vampirique. Car l'une est pour l'empereur Charles Quint, l'autre est pour Adrian, qui est allié au Pape. Mais surtout, il voit le pape comme un lâche, rompant des traités à tout-va. Cependant, il garde ses opinions pour lui, d'un, car il veut garder sa tête sur ses épaules, et de deux, cela ne le regarde pas, du moment qu'on ne l'implique pas, que ce soit dans un camp ou l'autre.

Il salue les quelques ecclésiastiques qu'il rencontre, avant d'arriver à la salle de réunion mis à disposition pour eux. Avec une brève inspiration, il devine que son Sire, Stefan, Lisa, le Pape, et ses trois frères sont présents. Avec une frappe rapide sur la porte, il l'ouvre sans plus attendre. Il n'a pas besoin de s'annoncer, il devine qu'ils l'ont senti derrière la porte, comme lui l'as fait.
Il s'incline devant les figures d'autorité et se relève, puis salut ses frères avec un hochement de tête.

- Bonjour mes Seigneurs, Dame, frères.


Sans plus attendre, il prend place et la réunion commence, durant jusqu'à l'aube. Après un rapide tour de table pour parler de leur dernier voyage, ils entrèrent dans le vif du sujet, concernant l'expansion des troubles causés par Drake et ses sujets. On rapporta aussi d'avoir vu Drake sur un bateau pour aller en Amérique, mais on ne connaît pas encore ses intentions. C'est pourquoi, après plusieurs négociations, il fut décidé que ce serait Julian qui irait là-bas et le surveiller.

Une fois la réunion terminée, Julian est pris en aparté par Stefan, qui lui explique de sa petite-fille Madeleine a pris sous son aile un lycae sauvage, que d'autres alphas avaient essayaient de soumettre, sans succès, et qu'il demande à Julian d'aller vérifier sur elle et si le jeune ne lui a causé aucun problème. Julian n'a pas le coeur de refuser une dame qui peut être en détresse, même s'il ne sait pas la vérité. Il promet d'y aller dans l'après-midi qui suit, car vu l'heure matinale, il est malvenu d'aller dans une maison d'une dame, bien que mariée, dont le mari est absent, surtout de bonne heure.

C'est sur cette promesse que Julian retourne dans sa modeste maison, à la frontière des riches et des pauvres, pour se détendre et profiter de la gorge d'une de ses servantes consentantes. C'est à 14h tapante que Julian bien habillé qui se trouve s'annoncer au majordome du Manoir, puis il est dirigé vers la maîtresse de maison, s'incline et lui fait un baise main.

- Madame, vous êtes radieuse. Je me présente Julian Conteria, je suis envoyé par votre grand-père pour prendre de vos nouvelles, ainsi que celles de votre invité.
 



Said no more counting dollars deux hommes qui s'aiment.


©️ Halloween


Fonda aux dents longues
avatar
Fonda aux dents longues

Messages : 208
Voir le profil de l'utilisateur http://gene-v.forumactif.fr
Revenir en haut Aller en bas
Sam 18 Nov - 15:59



« Au commencement, il y avait... »


Flash Bask
Le jeune homme avait été assez calme durant la matinée, ne quittant rarement les côtés de sa bienfaitrice tout en étant concentrer sur le moindre changement alentour, se tenant toujours dans l'ombre pour se faire oublier. Il n'était plus enfermé comme avant mais il l'était encore d'une certaine façon, osant à peine mettre son nez à l'extérieur de peur que quelqu'un le reconnaisse et décide de le renvoyer d'où il venait. Il était toujours aux aguets... Il n'approchait Madeleine que lorsqu'il n'y avait personne d'autre dans la pièce, à l'exception d'Horace qu'il comprenait difficilement mais qu'il appréciait à sa manière, en tout cas, il n'avait pas peur de lui. Ethan ne parlait pratiquement pas quand la petite fille de Stefan Van Helsing l'avait ramené chez elle et depuis peu, il réapprenait à s'exprimer même si c'était encore hésitant et qu'il privilégiait encore un peu trop le silence, les regards et les grognements... En tout cas, il avait appris à aimer les bains qui étaient largement différent des baquets d'eau froide auquel il avait eu droit pendant des années. Ici, il avait droit à de l'eau chaude, un vrai savon qui n'irrite pas la peau, une vrai bassine où s'étendre et délier ses muscles... S'il y avait au moins une chose pour laquelle il ne rechignait pas, c'était bien les bains. Il redevenait presque un petit garçon une fois dans la bassine d'eau chaude, à plonger la tête sous l'eau, à jouer avec l'eau juste pour le plaisir d'en sentir la chaleur sur sa peau marquée par de nombreuses cicatrices. Toute la matinée avait été d'un calme reposant au point qu'il en somnola même un peu.

Pourtant, en début d'après-midi, il avait commencé à s'agiter, à devenir nerveux, à chercher sans cesse quelque chose qui semblait ne pas arriver chaque fois qu'il pensait que c'était le cas, jusqu'à ce que quelqu'un arrive dans la cour du manoir... Juste à le voir, avant même que le majordome ne vienne prévenir Madeleine de la visite, il s'était déjà réfugié dans le coin d'ombre le plus sombre qu'il ai pu trouvé, peinant à ne pas se transformer tout simplement, déjà quelques signes de sa nature surgissaient, sa queue à peine retenue par le tissu de son pantalon de toile, quand il prévint celle qui l'avait sauvé...

• Il y a quelqu'un... Vampire...

Jusque là, il avait pu au moins identifier la race du visiteur mais n'arrivait pas encore à définir entièrement sa fragrance, il sentait le Vatican, odeur qu'Ethan avait appris à détester, il sentait aussi le sang, sans doute l'odeur de son dernier repas et puis il y avait cette odeur alléchante qu'il n'arrivait pas à déterminer, à identifier... Malgré tout, ce qui primait sur tout le reste au yeux du loup, c'était l'odeur de Rome, ce qui le rendait à la fois craintif et méfiant tout en lui donnant envie de le mettre en charpie...

Puis Madeleine fut prévenue, l'inconnu arriva et se présenta, s'approchant un peu trop de sa bienfaitrice, Ethan se mit aussitôt à gronder de son coin d'ombre, ses yeux luisant de leur couleur vairons si particulières résultant de ce qu'il était devenu. Par réflexe, il se penchait en avant, légèrement dans la lumière, déjà prêt à charger ce vampire qui venait empiéter sur son territoire, qui était trop proche de Madeleine et qui disait venir de la part du grand-père de celle-ci. Pas un mot ne franchit ses lèvres déjà retroussées sur ses crocs d'un blanc éclatant, juste le grondement de la bête qui remontait de sa poitrine à peine couverte d'une chemise dont les lacets étaient défait parce qu'il ne supportait qu'elle soit fermée. Il n'aimait pas ce vampire, il n'aimait pas l'odeur qu'il dégageait et dont une partie le déstabilisait au point de vouloir venir se rouler au pied de cet homme. Il était pris de frissons à cause de cela mais ça ne l'empêchait pas d'avoir envie de mettre l'intrus en pièce...


C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E
Admin Tyrannique
avatar
Admin Tyrannique

Messages : 44
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
Dim 26 Nov - 0:18



Au commencement, il y avait ....


Flash-Back - OCTOBRE 1530
Il s’installe sur le fauteuil que lui montre l’hôtesse, après que celle-ci ait pris place dans le sien. Il se regarde en silence, le temps qu’une servante réponde à l’appel de sa maîtresse pour prendre leur commande. Puis, une fois partie, il se concentre une nouvelle fois sur la petite-fille Van Helsing. A son entrée dans la pièce, il a bien senti l’autre personne, même si celle-là se cachait dans l’ombre. Bien qu’elle annonce de manière volontaire en grognant contre sa présence. Julian ne se trompe pas sur l’identité du grogneur, qui doit être la raison de sa venue. Ethan Quinn, le loup sauvage recueillis par le Vatican après que sa famille fût éliminée par l’équipe de chasseur. Le Pape se serait montré miséricordieux sur cette âme innocente. Puis, le loup aurait suivi l’entraînement des lycae alphas, afin d’apprendre la discipline et le contrôle de soi, afin d’être abattus comme sa famille biologique.

Si cela était la vérité, pourquoi cette femme aurait accueilli cet alpha chez elle, et surtout, pourquoi le Vatican et Stefan l’ont permis. Il hausse mentalement des épaules et se regarde en souriant à Madeleine.

- My lady, je vous remercie de m’accueillir chez vous sans rendez-vous. Mais vous voyez, votre grand-père m’a demandé de venir vous voir, ainsi que votre invité. Il est inquiet de laisser un lycae sauvage près de vous, sans sa supervision.


Julian se sent mal à l’aise de s’introduire dans cette histoire de famille, mais il n’a pas le choix, quand Stefan Van Helsing demande quelque chose, il faut le faire sans réfléchir. Le vampire ne sait pas quoi faire de plus, car il a peu d’information sur la situation, et de comment la gérer. Il est un homme d’action, un homme qui dirige, pas un homme qui parle ou qui maîtrise les sentiments. Comme ses contemporains, il est impassible et voit les sentiments comme une faiblesse, et là, on l’envoie comme un garçon de courses pour gérer un cas familial, ça dépasse ses compétences.

- Monsieur Conteria, il est gentil que Grand-Père s’inquiète pour moi et Ethan, mais il n’avait point le besoin de mander un intermédiaire pour cela, il aurait pu trouver un temps libre dans son planning pour venir lui-même s’en quérir de mon bien-être. Je suis désolée que vous soyez mêlé dans cette situation complexe et qui n’est pas de votre domaine, malgré votre place dans notre société particulière.


Julian, en écoutant Madeleine parler, décide qu’il va apprécier la compagnie de la dame qui n’a pas peur de dire sa pensée, même si c’est à demi-mot. Même s’il est un homme d’action, il s’est reconnaître un «mêlez-vous de vos affaires » et un « Grand-père trop occupé pour prendre soin de sa famille ». Il prend le verre de Whisky que la servante lui a servi, ainsi qu’une théière pour sa maîtresse, sans oublier l’assiette de petits gâteaux. Il sirote tranquillement son verre, tout en échangeant des banalités avec la dame aux cheveux blonds, avant de poser son verre et regarda directement dans les yeux luisants d’Ethan.

- Monsieur Quinn, je suis envoyé par le Vatican pour être sûr que vous ne ferez aucun mal aux habitants de cette demeure, je sais qu’on ne se connaît pas et que vous vous méfiez de moi, mais est-ce que je peux avoir votre serment ? Sachez que ce qui se passe ici, ce que je vois et entends ne sortira pas de ses lieux, car il ne m’appartient pas de divulguer des informations privées. Mais sachez que si mon Sire me l’ordonne, je serais obligé de le faire.


Il attend la réponse, sachant que la balle était dans le camp du lycae. Après tout, il a fait son devoir, rendre visite à Madeleine et s’assurer de leur bien-être, choses faites.


un jardin dans lequel deux hommes qui s'aiment.


©️ Halloween



Fonda aux dents longues
avatar
Fonda aux dents longues

Messages : 208
Voir le profil de l'utilisateur http://gene-v.forumactif.fr
Revenir en haut Aller en bas
Dim 26 Nov - 11:57



« Au commencement, il y avait... »


Flash Bask, suite...
Pourquoi Madeleine le laissait-elle s'installer ? Il maîtrisait encore mal la notion de politesse, pour lui qui craignait toujours d'être renvoyé d'où il venait à chaque visite qui venait interrompre la vie calme et paisible du manoir, il se montrait toujours d'une méfiance presque viscérale, encore plus quand l'invité portait l'odeur qu'il avait appris à détester. Il avait beau saisir le sens des mots que prononçait l'intrus, il ne le croyait qu'à moitié. Bien sûr, Van Helsing avait envoyé quelqu'un pour s'assurer que Maddie allait bien mais il était presque certain qu'en ce qui le concernait, on n'attendait pas vraiment de bonnes nouvelles. Après tout, c'était sous les ordres de Rome qu'on avait fait de lui ce qu'il était aujourd'hui. Il n'était pas idiot, même si la crainte et la méfiance pouvait biaiser son raisonnement. S'il n'avait tenu qu'à lui, soit cet importun se serait vu chassé à coup de balais comme le faisait parfois la cuisinière quand il tentait de se glisser en douce dans la cuisine pour chiper un peu de nourriture, soit il repartait en morceau mais connaissant Madeleine, elle n'aurait pas apprécié qu'il mette du sang partout sur ses tapis. De ce fait, il appréciait moyennement la réponse de sa bienfaitrice qui certes, envoyait ce visiteur sur les roses mais, restait un peu trop polie au goût du loup. Cependant, il s'obligea au calme, plus par respect envers Maddie qu'envers cet inconnu qui venait s'occuper de ce qui ne le regardait pas, même si c'était sur ordre... Il fit alors quelques pas, entrant dans la lumière pour se poser près de la fenêtre la plus proche de sa position sans toutefois s'approcher des deux autres pour répondre quand on s'adressa à lui, uniquement parce qu'on lui avait appris qu'il fallait toujours donner sa parole à visage découvert...

• Je suis bien traité, ici... Partez !

Le ton restait brusque et légèrement grondant, sans compter le gros manque de politesse dont il faisait preuve. Et puis le sous entendu était clair, s'il était bien traité, pour quelle raison voudrait-il faire du mal à qui que ce soit ? Même Maddie, qui lui ferait sans doute une fois de plus la leçon sur la politesse et la courtoisie, pouvait témoigner de la docilité d'Ethan même si elle avait été teintée de méfiance au tout début de son arrivée. Toutefois, il avait toujours préféré rester à distance que de faire du mal à quelqu'un et malgré sa bravade et ses envies d'agression sur Julian, il gardait là aussi ses distances alors que s'il l'avait voulu, il aurait tout aussi bien pu lui sauter à la gorge.

Il tourna alors son regard vers l'extérieur, comme s'il en avait fini avec le visiteur mais il ne pouvait totalement caché l'envie de sortir et d'aller courir. Cette envie lui tenait le ventre depuis longtemps mais il n'osait toujours pas sortir plus loin que la cour du manoir. À part les gens de la maison, à qui aurait-il pu faire du mal dans ces conditions ? Et tout le monde semblait bien se porter, non ? Alors pourquoi venait-on vérifier s'il n'avait pas fait un carnage si ce n'était parce qu'on attendait de pouvoir l'abattre... Il était bien conscient qu'on attendait qu'il commette la moins erreur pour sauter sur l'occasion mais il était surtout bien décidé à ne pas leur donner cette satisfaction.

Restant obstinément tourné vers la fenêtre, regardant au-dehors quand il ne regardait pas le reflet des deux personnes assises plus loin, surtout l'homme dont l'odeur désagréable continuait de lui tordre le ventre d'anxiété et tout ne l'attirant étrangement, il ne voulait plus rien avoir à faire là mais il ne pouvait pas se résoudre à laisser Maddie seule, ce n'était pas correcte. Il devait beaucoup à Madeleine, non seulement, il était toujours en vie mais en plus, il avait également l'occasion de réapprendre à mener une vie plus saine, même s'il mettait le temps et donc, il était hors de question de la laisser avec un inconnu. Pour ce qu'il en savait, le vampire pouvait très bien cacher un autre but derrière ses apparences et son discours mielleux...


C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E
Admin Tyrannique
avatar
Admin Tyrannique

Messages : 44
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
Dim 3 Déc - 15:57



Au commencement, il y avait ....


Flash-Back - OCTOBRE 1530
Il se reticent de grogner en retour, pour lui montrer qui a les plus gros crocs à ce jeune blanc bec. Mais dans toute cette agressivité, il sent quelque chose remuer en lui face à ce défi, comme s’il voulait qui était le Kodo dans la salle. Serre les poings pour reprendre le contrôle de soi, même s’il exulte son aura de dominant.

- Bien Mr. Quinn, je vais partir, mais je reviendrais sûrement à la demande de Stefan, pas que cela m’enchante de faire le coursier auprès de lui, pour lui donner des nouvelles d’un enfant grincheux.
 

Il dit cela pour le vexer, bien que ce n’est pas son caractère habituel, normalement, il est impassible et apathique. Quelque chose sur ce loup fait ressortir son côté primitif. Mais il semble que ce qu’il dit n’affecte pas le destinataire de ses paroles, car il est pris par le paysage extérieur, comme s’il n’avait pas qu’une envie, d’aller courir dehors. Il connaît cela, depuis son changement, il ne peut plus profiter de la sensation des rayons de soleils sur sa peau, les mêmes qui avaient bruni sa peau toute sa vie, pendant ses entraînements et ses déploiements.
Se tourne vers Maddie, lui faisant un sourire contrit devant son impolitesse envers elle.

- Désolé, Madame, de mon comportement irrévérencieux envers vous. Comme je viens de le dire, je ne suis qu’un simple coursier qu’on a mandé pour venir à vous. Si je peux être franc, j’ai mieux à faire que de prendre le thé. Je suis un homme d’action, pas de paroles. Je suis mal placé pour ce travail, et je suis maladroit en société, surtout devant une beauté aussi lumineuse que la vôtre.
 

Il sait qu’il peut être beau parole, mais c’est tout. Il aime les femmes, il a goûté à beaucoup d’entre elles, mais jamais rien de sérieux. Il sait qu’il aime la chair féminine et masculine, bien qu’il ne le cri pas sur les toits. Il soupire, regarde le soleil qui brille, grimace un peu, se disant qu’il a intérêt de marcher vite à la calèche qui l’attend. Il peut être tolérant au soleil, mais il y a des limites.  Mais bon, il ne va abuser de l’hospitalité de son hôtesse, déjà qu’il est venu sans s’annoncer à l’avance, prenant par surprise les habitants de la maison. Finit sa boisson, tout en discutant du temps qu’il fait, il ne veut pas non plus précipiter son départ et laisser une mauvaise impression.

Je vais bientôt prendre le bateau pour l’Amérique, le conseil a découvert que Drake a été vu dans ses plaines vierges et inhospitalières. Il faut que quelqu’un y aille et surveille ses actions.
 

Il sait que ce n’est pas quelque chose qu’on doit parler avec une dame, mais ce n’est pas une femme comme une autre, elle est la petite fille Stefan, elle doit être au courant de plus chose qu’une femme de bonne naissance devrait savoir. Il pose son verre, et se lève, défroissant son costume.

- Je vais vous laisser Mme, je ne voudrais pas abuser de votre gentillesse, je dois aller préparer mes valises, et passer voir votre grand-père pour lui faire mon rapport. Ne vous en faites pas, je serais optimiste, vous faites un travail formidable avec ce jeune loup.
 

Se tourne vers Ethan, et avance un peu, mais pas trop pour lui laisser son espace personnel.

- Je vous laisse, vous ne me verrez pas pendant un moment sur votre territoire, Mr Quinn. Mais attention, il y a surement quelqu’un d’autre qui viendra.
 

Il reste planter comme ça, regardant dehors, essayant de voir ce qu’Ethan regarde.



un jardin dans lequel deux hommes qui s'aiment.


©️ Halloween


Fonda aux dents longues
avatar
Fonda aux dents longues

Messages : 208
Voir le profil de l'utilisateur http://gene-v.forumactif.fr


Parle Américain - Parle Italien - *Pense* - /Télépathie/
Revenir en haut Aller en bas
Dim 10 Déc - 11:24



« Au commencement, il y avait... »


Flash Bask, suite...
Bien qu'il se contentait de regarder dehors et parfois le reflet de Julian dans la vitre, il parvint tant bien que mal à dissimuler son irritation quand au fait d'être comparé à un "enfant grincheux". Non mais vraiment, un enfant grincheux ?! Pour qui se prenait-il avec ses grands airs, celui-là ?! Et puis il avait de quoi être grincheux, non, après tout ce qu'il avait subit et ce qu'il subissait encore par crainte d'être renvoyé d'où il venait. Se croyait-il supérieur parce qu'il était un vampire ?... Van Helsing et toute la clique de Rome pouvait bien aller au diable, et lui avec, il les mettait tous dans le même sac que ceux qui l'avaient si mal traité sous prétexte qu'il n'était pas ce qu'il aurait dû être. Pourtant, malgré ces critiques et rebuffades de la part de cet homme, sa bête ne souhaitait qu'une chose, venir se rouler à ses pieds ne serait-ce que pour recevoir une caresse, d'ailleurs il se débattait avec grand peine avec cette autre moitié qui réagissait à sa présence comme un jeune loup écervelé qui venait de rencontrer un nouveau compagnon de jeu et qui voulait tout faire pour lui plaire. L'aura écrasante qu'il pouvait ressentir dans son dos ne faisait qu'exciter d'avantage cette part de lui qu'il tentait vainement de mettre en sourdine et qui menaçait de prendre le contrôle sur sa conscience humaine.

Pourtant, c'est bien malgré lui qu'il prêta l'oreille à ce que disait cet importun... Ainsi donc, cet enfoiré de Drake avait déménagé pour les colonies qui l'avait vu naître... Celui-là, il prendrait un malin plaisir à l'envoyer au diable lui-même, après tout, s'il n'avait pas commencé tout ce remue ménage, il n'aurait pas eu à tant souffrir, lui et sans doute bien d'autres. Il était dans un état d'esprit où il en voulait à tout le monde mais certains plus que d'autres. Peut-être plus tard pourrait-il pardonner ou comprendre...

Il reporta son attention sur le vampire par le biais du reflet de la fenêtre alors que celui-ci semblait prendre congé tout en flattant Madeleine de son travail avec lui. S'il détestait les flatteries, celle-ci lui plut tout de même et il en tira même une certaine fierté ridicule qu'il s'empressa de chasser, sûrement encore une intervention de sa moitié animale. Il se redressa quand Julian approcha, se tenant droit comme un "I", s'attendant à le voir s'approcher encore mais à sa surprise, il garda une distance respectueuse de son espace personnel. Il avait du mal à saisir vraiment ce qu'était cet homme, sa nature excepté, il l'intriguait malgré tout et alors que le vampire semblait chercher ce qu'il regardait avec tant d'insistance à l'extérieur, lui continuait de l'observer dans le reflet de la vitre, comme en attente même s'il aurait été incapable de dire ce qu'il attendait. En cet instant ce qui se passait à l'extérieur était bien le cadet de ses soucis, seul Julian l'intéressait sans parvenir à définir pourquoi, ce qui l'agaçait tout autant que ça excitait sa curiosité. S'il était soulagé qu'il parte, une autre part de lui s'en désolait assez pour le faire geindre mais fort heureusement, cela pouvait être pris pour une plainte quand à l'idée d'avoir un autre visiteur venant s'assurer qu'il n'avait encore égorgé personne. C'est au prix d'un gros effort qu'il répondit donc à l'envoyé de Van Helsing, sa conscience vacillant déjà entre sa côté animal et humain...

• Je n'ai pas envie d'un autre envoyé... Dites-le à Van Helsing...

L'ambigüité de ses propres mots lui échappa totalement, cela étant, ça n'en restait pas moins vrai, il n'avait aucune envie de voir quelqu'un d'autre empiéter sur le seul endroit où il pouvait enfin se reposer et retrouver petit à petit une vie plus ou moins normale. Et puis ne disait-on pas qu'il était préférable de combattre un démon connu que celui qu'on ne connaissait pas ? Certes, il ne connaissait pas Julian plus que ce qu'il en avait vu mais il devait bien lui reconnaître le respect dont il avait fait preuve envers Madeleine et malgré tout, envers lui. Il devait être la première personne en dehors du manoir à lui donner du "Monsieur Quinn".

• Faites bon voyage, Monsieur Conteria...

Ce fut sans doute les premières paroles polies et civilisées qu'il lui adressait depuis son arrivée et déjà, il s'écartait pour sortir de la pièce, luttant difficilement contre sa bête qui s'agitait de plus en plus depuis qu'elle savait que Julian allait partir loin... Il "explosa" à peine sorti de la pièce, s'extrayant difficilement de ses vêtements qu'il n'avait pas eu le temps d'enlever. Il ramassa le tout dans sa gueule et les coinça dans un coin où il fut certain que personne ne viendrait marcher dessus avant de sortir... prudemment du manoir et aller se planquer dans l'écurie derrière une grosse botte de paille, luttant tant bien que mal pour garder l'équilibre avec sa conscience animale... Jusqu'à ce qu'il puisse sentir et entendre Julian à l'extérieur, grimpant dans la calèche qui devait le ramener à Rome. Ce fut à cet instant qu'il perdit la partie contre son alter égo qui s'élança à la poursuite de la calèche, jappant comme un chiot malheureux pour attirer l'attention du vampire durant un bon moment sans prendre le temps de remarquer qu'il suivait la route qui s'éloignait du domaine...


C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E
Admin Tyrannique
avatar
Admin Tyrannique

Messages : 44
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
Dim 21 Jan - 21:23



Au commencement, il y avait ....

Après quelques minutes de contemplation de la cour avant de la demeure, Julian se recule en soupirant, sachant qu’il ne soutirerait rien de plus qu’un ‘bon voyage’ du corniaud. Franchement, cette mission est laborieuse pour lui, Stefan aurai pu trouver un autre idiot pour faire cette tâche. Il se demande pourquoi il a été choisi, à cause de sa personnalité dominante, sa carrure imposante, qui aurai pu contenir un alpha agressif.

Avec une dernière œillade au loup, il se concentre sur Madeleine, lui sourit et lui dit au revoir. Dans le couloir, il demande au majordome son manteau et son chapeau. Comme il a demandé à la calèche de l’attendre devant la demeure, il n’aura pas besoin à en trouver une autre. Il s’habille, et sur un mouvement de chapeau, il sort et se dirige rapidement vers sa voiture en donnant la destination au conducteur.

Une fois à l’intérieur, il sent la calèche s’ébranler et commencer à avancer au pas, direction Rome. Concentrer sur le paysage, il n’entend pas de suite les glapissements qui le suivent. Quand l’un d’eux fut plus fort que les autres, il sortit la tête à l’extérieur pour voir un magnifique loup noir qui court après son véhicule. C’est une scène incongru qui eut surprendre plus d’une personne, s’il s’était trouvé en ville. Avec un coup sur la cloison entre lui et le conducteur, il fait arrêter la calèche et descend rapidement pour rejoindre le loup, qui d’après l’odeur se trouve être l’objectif de sa mission, qui normalement, aurai du rester au domicile de Madeleine. Il les dirige vers l’ombre d’un arbre, pour se cacher d’éventuel calèche, heureusement qu’ils se trouvent sur une route de campagne et que le conducteur de la voiture est un prêtre dans le secret. S’assoit pour être au niveau des yeux de Mr. Quinn.

Monsieur Quinn ??? Que faites-vous là, vous devriez rester chez Mme Tchakov, et non pas me suivre. Avez-vous besoin de quelque chose ?


Il reste sur ses gardes, il ne sait pas si l’animal a pris le dessus sur l’humain, et il ne souhaite pas présenter une menace au canidé. Après tout, il ne veut pas se battre, et au risque de le tuer durant l’affrontement, ce qui pourrait attrister Madeleine, et lui valoir une punition. Il doit simplement l’observer, par le tuer, même si c’est en légitime défense.


Said no more counting dollars deux hommes qui s'aiment.


©️ Halloween


Fonda aux dents longues
avatar
Fonda aux dents longues

Messages : 208
Voir le profil de l'utilisateur http://gene-v.forumactif.fr


Parle Américain - Parle Italien - *Pense* - /Télépathie/
Revenir en haut Aller en bas
Lun 22 Jan - 11:24



« Au commencement, il y avait... »


Flash Bask, suite...
La bête était bien décidée à suivre le vampire, à attirer son attention, à la réclamer. Si l'humain ne voulait pas reconnaître que le vampire était leur moitié, il n'en allait pas de même pour l'animal. L'homme avait une odeur délicieuse, pourquoi fallait-il s'en passer alors qu'il ne souhaitait que se rouler dedans et se soumettre à son propriétaire. C'était donc ce qui l'avait poussé à écarter sa conscience humaine, à la repousser pour poursuivre le vampire et il fut tout heureux de l'entendre demander à l'humain qui conduisait sa curieuse boîte de s'arrêter. Ses jappements tristes de chiot abandonné devinrent joyeux alors qu'il s'arrêtait à quelques pas de la boîte pour ensuite suivre l'homme à l'écart, le regardant se mettre à son niveau. Il avait à peine prononcé quelques mots, relativement incompréhensible pour l'animal, que ce dernier se rapprocha de son visage sans hésitation pour le lécher joyeusement, geignant de bonheur, allant même jusqu'à fourrer sa truffe dans le cou du vampire pour humer son odeur et le lécher encore, attendant que celui-ci le touche en retour également. Il pouvait sentir sa conscience humaine tenter de retrouver l'équilibre et reprendre le contrôle pour s'éloigner de celui que la bête savait être leur moitié mais l'animal ne le laissa pas faire, bien trop heureux de pouvoir profiter de leur destiné comme bon lui semblait.

Il posa finalement ses pattes avant sur les épaules du vampire et poussa pour le faire tomber afin de le recouvrir pour partager leurs odeurs, une manière de marquer l'homme comme lui appartenant sans avoir à le mordre. La queue fouettant gaiement l'air, il s'écarta finalement, s'abaissant sur ses pattes avant de détaler un peu plus loin pour se retourner et revenir à la charge avant de s'éloigner une fois encore, jappant une invitation... Le loup voulait jouer avec son partenaire, tout heureux de l'avoir trouver alors que son autre moitié était bien décidé à ne pas en entendre parler, à refuser l'évidence.

Il n'était pas vraiment difficile de savoir que l'animal avait pris le pas sur l'humain, la différence de comportement était largement visible. Le loup se montrait audacieux, joueur, affectueux là où l'humain s'était montré méfiant, distant et froid. Le canidé se mit à parader, attirant l'attention du vampire de toutes les manières qui lui était possible, assez fier de l'avoir attiré hors de sa boîte à roulette pour l'amener à se préoccuper de lui. S'il captait l'attention du vampire peut-être que cela voulait dire que sa part humaine n'avait pas tout fait foirer... Donc, le loup était bien décidé à passer du temps avec sa moitié autant qu'il le pouvait et s'il pouvait le ramener dans sa tanière, ce serait encore mieux...


C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E
Admin Tyrannique
avatar
Admin Tyrannique

Messages : 44
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gène-V :: Habitations :: Maisons :: Julian Conteria-