NC-18
 
AccueilCalendrierPublicationsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Une bourde, deux rencontres ? (Pv Senbi et Gabriel)

 :: Sanctuaire Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Dim 10 Déc - 21:38




Une bourde, deux rencontres ? (Pv Senbi et Gabriel)




Mauvais... ce bruit n’annonçait vraiment rien de bon. La jeune femme grimaça, ses mains se resserrèrent inconsciemment le volant, depuis une semaine qu'elle avait ce véhicule ça n'était jamais arrivé. Avait-elle fait une bêtise ou quelque chose c'était cassé ? Cette voiture était vieille mais plutôt en bon état, Nora l'avait même fait vérifié une seconde fois, la garagiste l'avait assuré que ce véhicule avait encore de belles années devant lui.

Elle venait juste... de faire le plein ! La jeune femme s'engagea sur le parking et s’arrêta en catastrophe, sautant nerveusement sur la carte grise puis sur le ticket d'achat pour vérifier. Eleanora jura intérieurement, comment avait-elle pu faire une bêtise pareil ? Du sans plomb dans une voiture essence bon sang ! L'appréhension lui faisait vraiment faire n'importe quoi, il lui fallait juste vérifier une adresse. Qu'est-ce qu'elle avait à perdre ? Dans les notes d'Anna ce « Sanctuaire » lui avait parut être un endroit où on aurait pu l'aider, répondre à ses question.

Le bon côté des choses, c'est qu'elle semblait être arrivée à bon port, la structure surmonté d'une enseigne le lui confirmait. Aussi soulagée que dépitée, Nora soupirât tout en se saisissant de son téléphone et de la carte de visite que lui avait remis le garagiste, il lui avait dit qu'il faisait aussi les dépannages. Il ne lui fallut pas attendre longtemps avant que ça décroche, ni pour expliquer son problème et recevoir la confirmation qu'on lui enverrait quelqu'un.

Tant qu'à être là mieux valait en profiter, Nora s'approcha d'un panneau d'affichage où figurait les services offerts par le sanctuaires, diverses affiches, ainsi que qu'un numéro de téléphone. Elle réfléchit quelques secondes elle ouvrit enfin son sac à main pour tenter d'y trouver son calepin et un stylo, sortit plusieurs livres, une bouteille d'eau et quelques sachets de biscuits quelque peu aplatis, et bien d'autres bidules avant d'enfin de trouver son bonheur.

-Pfff... faut' vraiment que je pense à ranger tout ça...

Continuant à marmonner, elle fourra à nouveau le reste dans son sac, puis nota sur son carnet du mieux qu'elle le pouvait avant de reporter son attention sur les affiches.

-Oh ? Il y a des cours d'art aussi !

Soudain toute joyeuse, elle en prit note aussi, cela lui semblait faire une éternité qu'elle n'avait pas participer à ce genre de chose.



Louve ibérique
avatar
Louve ibérique

Messages : 19
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 14 Jan - 23:48
Spoiler:
 


ft. Eleanora

ft. Gabriel

「 Une bourde, deux rencontres 」
Aujourd’hui, samedi, c’est officiel Senbi s’ennuie. Son chat est parti en répétition avec son orchestre, la laissant seule à la maison. Il a le droit d’avoir ses activités et son métier, mais là tout de suite, elle le veut à la maison pour qu’elle se divertisse. Après un énième soupire, alors qu’il n’est que 11h du matin, elle se décide de mettre son ennui à contribution, et se prépare pour aller au Sanctuaire, voir si sa sœur n’a pas besoin d’aide, ou animé une session de dessin. Elle donne souvent des cours là-bas, comme une thérapie exutoire pour les habitants, mais aussi un moment de détente, et qui sait, dénicher des artistes. Les meilleurs sont vendus durant une vente aux enchères, au profit du Sanctuaire.

Vêtu d’un jean skinny, un débardeur noir et d’une chemise bleue, appartenant à son homme, tenant avec un seul bouton, le tout avec des ballerines et un chignon désordonné, elle prépare son sac. Allant à la porte, elle fait demi-tour pour laisser une note sur la table, au cas où que Leonard revenait plus tôt que prévu.

C’est en conduisant rapidement, mais surement, sa mini rouge qu’elle arrive une demi-heure plus tard au Sanctuaire. Elle salue de la tête l’agent de sécurité posté à la porte, à la force de venir, tous les employés la connaissent et la laisse passer, même à des endroits interdits au public. Cela aide qu’elle soit la sœur de la fondatrice, ainsi qu’une bénévole dévouée à la cause. Elle ne compte plus le nombre de fois qu’elle a animé une activité pour les enfants, mais aussi un temps de paroles pour les compagnons abusés. Elle ne juge pas, elle écoute et les aide à trouver une solution, même si elle n’a pas connu leur situation, ce qu’elle a vécu avec Sébastian aurai pu être considéré comme du harcèlement morale.

Sur le chemin du bureau, elle croise des âmes désabusés, en quête de solution et de confiance en soi. Elle s’arrête à chaque fois pour échanger quelques mots, prenant des nouvelles, répondant à des questions. Elle offre des bonbons aux enfants, elle a toujours un paquet dans son sac, étant elle-même une amoureuse inconditionnelle de sucre. Une fois au bureau, elle câline Eleanor puis se plains de son ennui, qu’elle tourne en rond. Senbi a toujours détesté de rester sur place, ne pas bouger. Le seul moment où elle est calme, c’est quand elle sculpte ou dessine, après tout, même dans son sommeil elle est agitée, remue et parle.

Elle laisse son sac dans le bureau, ne prenant que son téléphone et les clés de la salle d’art, puis s’y dirige, faisant passer le mot qu’une session d’art va avoir lui. Elle ne décide pas à l’avance quand il y a en une, ni sur quoi cela va se porter, tout dépend du monde qu’il y aura et de leur envie. Habituellement, il y a deux activités en même temps, si personnes n’arrivent à se décider entre dessin ou poterie. Les séances durent environs deux heures, après ce serait trop et les gens risquent de se lasser rapidement.

Elle a seulement le temps d’ouvrir et d’allumer la pièce, qu’il y a déjà une dizaine de personnes devant la porte.

« - Entrez, ne soyez pas timide, depuis le temps. »
Chat du Désert
avatar
Chat du Désert

Messages : 35
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 15 Jan - 11:44



« Une bourde, deux rencontres »


Je n'ai pas dormi beaucoup cette nuit, une fois de plus, dans mes cauchemars, je LE revois tomber sans pouvoir rien faire, le sang qui s'échappe de l'entaille à sa tête et de ses lèvres, sa jambe dans un angle peu naturel, ses yeux clos... Comme d'habitude, je n'ai plus fermé l'oeil après ça. J'ai été courir pour respirer un peu, je suis rentré, me suis douché, j'ai écris, une fois de plus, j'ai lu puis je me suis préparé pour aller bosser.

Je salue ceux qui sont déjà arrivé puis je passe par le bureau pour saluer Éric, mon patron, mon coach, l'homme qui m'a permis de garder ma santé mentale depuis six ans. Cet homme m'a sauvé la vie plus qu'il ne le pense, j'étais une véritable bombe à retardement quand je suis arrivé, je ne lui ai rien caché, il sait d'où je viens, il ne m'a pas vraiment laissé le choix et puis, il faut dire que j'étais curieux de voir comment il allait réagir, m'attendant à un rejet mais au final celui qui a été le plus étonné, c'est moi et je ne le regrette pas. Il est l'image du père que j'aurais aimé avoir. Bref, il m'observe un moment avant de me rendre mon salut. Pas besoin d'en dire plus, je sais qu'il sait que j'ai passé une mauvaise nuit rien qu'en me regardant. Je ne dors déjà pas beaucoup mais quand le cauchemar revient, c'est encore pire... Je ressors du bureau et vais me changer pour me mettre au travail, j'ai une voiture à terminer et une fois prêt, je mets mes écouteurs dans mes oreilles et je me mets au travail.

Une heure plus tard, c'est un léger coup de pied dans les miens qui me fait sortir de sous la voiture que je rafistole pour me retrouver de nouveau face à mon patron, je retire mes écouteurs qui crachent un rock enragé dans mes oreilles alors qu'il m'informe de ce qu'il me veut...

G, tu sors. Tu vas au Sanctuaire, une p'tite dame s'est trompé de carburant, prends de l'essence à la pompe en partant et des bidons vides pour récupérer le sans plomb qu'elle a mis... Et fait un brin de toilette avant de partir, faudrait pas effrayer les gamins...

J'ai pas vraiment envie d'y aller, j'ai presque terminé mes réparations sur la voiture et le propriétaire ne va pas tarder à passer mais je sais déjà que je n'ai pas le choix. Le Sanctuaire est sacré aux yeux du boss et prioritaire sur tout le reste... Rupert terminera mon travail pendant mon absence...

D'accord, j'y vais, je ramène le déjeuner au retour...

Au garage, c'est chacun son tour pour ramener le déjeuner de tout le monde, techniquement, ce n'est pas le mien aujourd'hui mais puisque je suis de sortie, autant en profiter. Je rempoche mon ipod et je me prépare à partir, attrapant les clés de la dépanneuse en sortant, de un parce que je n'ai pas de voiture et de deux parce que c'est le travail. J'ai retiré le haut de mon bleu de travail qui se retrouve noué à ma taille et je me suis même changé de débardeur après mon brin de toilette et me voilà en route. Je passe par la station service en chemin et charge mes bidons remplis à l'arrière avant de reprendre ma route. Je m'arrête sur le parking, cherchant des yeux la propriétaire en panne mais cette dernière n'est pas à côté de sa voiture... Et Éric ne m'a pas donné le numéro de plaque de ladite voiture, je fais comment, moi...?!

Je sors du camion et tourne un peu quand je remarque une jeune femme en train de lire les différents prospectus affichés à l'entrée du Sanctuaire. À tout hasard, je m'approche, essayant d'être poli et de ne pas l'effrayer quand je l'interpelle...

Excusez-moi, Señorita... On m'a appeler pour un dépannage mais je ne vois personne...

Difficile de caché mes origine hispaniques avec mon accent bien qu'il soit moins prononcé depuis quelques années. Je n'ai plus eu vraiment l'occasion de parler ma langue maternelle depuis la mort de mon père, de fait, mon accent s'est un peu fait la malle, même s'il est toujours là, il s'entend moins...


C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E
Enraged Dog
avatar
Enraged Dog

Messages : 8
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 22 Jan - 19:23









Totalement absorbée par sa tâche, la jeune femme n'avait pas remarqué l'arrivée du dépanneur, ni qu'il s'était approché d'elle. Sa surprise était donc double, et son cerveau eu un raté, réagissant automatiquement au mot « Señorita » et au léger accent de son interlocuteur.

« ¿Sí ? Perdoneme ! D-désolée, c'est moi qui ait appelé, je ne pensais pas que vous arriveriez aussi vite... »

Elle adressa un sourire contrit au jeune homme, non-seulement elle se dispersait mais en plus elle répondait en espagnol. Même si c'était sa langue natale à lui aussi, il lui semblait plus correct de parler en américain. Et puis de toute façon rien de prouvait qu'ils parlaient le même espagnol, il y avait tant de parler et de dialectes ! Mieux valait rester sur des bases sûres pour l'instant. Nora se reprit, elle faisait perdre son temps au dépanneur en paniquant encore pour un rien.

« Je suis Eleanora Fand, ma voiture c'est la petite bleue avec la portière verte. »

Dire que c'était celle avec des piles de bouquins qui envahissaient les sièges arrières, et une bonne partie de l’habitacle, aurait été plus précis, à ce rythme là sa voiture allait se transformer un bibliothèque ambulante. En s'approchant on pouvait constater qu'il y en avait pour tout les goûts, et dans toutes les langues ! Plus des paquets de biscuits égarés dans cette marée de papier. Elle sortit ses clefs et ouvrit la portière passager pour fourrer son sac sur le siège, relativement dégagé par rapport au reste.

« On vous l'a peut-être déjà expliqué mais j'ai mis du sans-plomb sans faire attention, je me suis arrêtée dès que je m'en suis aperçut mais j'ai roulé un bon quart d'heure comme ça... »

Est-ce que le fait de remplacer le mauvais carburant par un qui soit correct suffirait ? Nora n'en savait strictement rien, c'est bien pour cela qu'elle avait fait appel au garage, mais elle espérait que se serait bon.



Louve ibérique
avatar
Louve ibérique

Messages : 19
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Sam 10 Mar - 15:11
Étant donné que Senbi est en plein cours dans sa réponse précédente, elle passe son tour puisqu'elle n'a pas encore eu l'opportunité de croiser Eleanora...




« Une bourde, deux rencontres »


Surprise, surprise... La Señorita parlait espagnol, voilà qui était assez agréable surtout que j'ai rarement l'occasion de pratiquer ma langue paternelle. Je n'aimais peut-être pas beaucoup mon père mais j'aimais la langue qu'il m'a appris et dans laquelle il m'a élevé, son côté chantant...
De ce fait, difficile de ne pas être un peu déçu quand la demoiselle revient à l'anglais mais bon, je ne suis qu'un petit mécano et le client est roi alors...

Pas de problème, le Sanctuaire est prioritaire pour le garage... Vous pourriez m'ouvrir le réservoir de votre voiture ? Sinon, vous pouvez me laisser les clefs si vous avez à faire au Sanctuaire et je viendrai vous les rendre quand j'aurai terminé. Il n'y a pas grand chose que vous pourriez faire de toute manière...

Et puis c'est plus simple pour moi de travailler si je ne l'ai perchée sur mon épaule à regarder ce que je fais. Je préfère être tranquille quand je travaille et puis ce n'était pas un mensonge de dire qu'elle ne me serait pas d'une grande aide. Ce n'était pas elle qui allait siphonner le carburant pour le remplacer par un autre, vérifier que ça n'encrassait pas les bougies, etc. À part attendre qu'il ait terminé, elle ne pourrait pas faire grand chose, autant donc qu'elle passe son temps à faire ce qu'elle avait à faire. Et puis, si je me fiait à son odeur, la p'tite dame était un plus gros calibre que moi, même si je n'étais pas vraiment un poil léger non plus mais entre chien et loup, le calcul est vite fait. Ca n'aidait pas non plus à me mettre à l'aise même si je me doutais bien que je ne risquais pas de me faire arracher la gorge, après tout, je n'étais pas menaçant...

Ca vous ennuie si je récupère le carburant que vous avez mis ou vous préférez le garder ? Techniquement, j'ai ce qu'il faut pour le remplacer mais si vous voulez le garder, je serai obligé de vous facturer l'essence que j'ai amené au lieu de vous facturer uniquement la différence de pris entre les carburants.

Le carburant pourrait toujours être ajouté à notre pompe sans plomb, alors qu'en ce qui la concernait, à moins d'avoir un autre véhicule qui marchait au sans plomb, je ne voyais pas trop ce qu'elle aurait pu en faire et puis, ça lui coûterait moins cher de payer la différence de prix entre les deux carburants que de payer deux fois du carburant en plus de la main d'oeuvre.


C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E
Enraged Dog
avatar
Enraged Dog

Messages : 8
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Ven 20 Avr - 21:38
[Désolée pour tout ce retard.]









L'homme lui avait semblé déçu lorsqu'elle se reprit pour parler de nouveau américain, Nora se demanda un instant s'il se sentait nostalgique de son pays d'origine, un peu comme elle en fait. Tout lui semblait nouveau et déroutant, si bien qu'elle avait parfois envie de faire ses bagages et repartir dans son Espagne natale, mais pour y retrouver quoi ? Elle avait coupé les ponts avec ses parents après sa transformation, lorsqu'elle avait voulu reprendre contact après le coming-out du surnaturel elle avait appris qu'ils faisaient partit de ceux qui manifestaient contre ce qu'elle était désormais, Eleanora ne le leur avait donc jamais dit ni reprit contact. Sa seule attache avait  été ses deux amis, désormais morts. Ce n'est que quand le dépanneur lui parla de nouveau qu'elle sortit de ses pensées et hocha la tête, mais elle se sentait encore étrangement chamboulée, puis elle pensa au bouchon du fameux réservoir.

«-Sí, muchas gracias señor, pero... pour l'ouvrir il faut pousser le bouchon vers le haut lorsque l'on tourne la clef, sinon no se abierto. Gardez l'autre carburant, je n'en aurait pas l’utilité. »

Quelque chose la tracassait sans qu'elle parvienne à mettre le doigt dessus, se disant qu'elle finirait bien par trouver elle récupéra le sac qu'elle avait posé sur le et lui remit les clefs, puis farfouillât dans ses poches jusqu'à en extirper une carte de visite qu'elle lui tendis également.

« Si je met trop de temps ou qu'il y a besoin vous pouvez me contacter à este número. »

C'est au moment où elle allait se retourner pour aller au Sanctuaire qu'elle comprit. En dépit de toutes ces années, Nora gardait la fâcheuse manie d'ignorer sous le coup de l'émotion ce que lui indiquait ses sens de lycae, surtout son odorat. Cependant, maintenant ça lui semblait évident, en plus d'être hispanophone il était également un lycae. Canidé qui plus est, un chien ? Pas du genre petit en tout cas. Elle eut un petit sourire indéchiffrable, trop d'émotion mêlée, mais une pointe d’intérêt et d'amusement dans le regard.

« Hasta ahora señor. »

Elle se tourna, prenant calmement la direction du Sanctuaire, intérieurement Nora ne pouvait s’empêcher de penser à mille et une choses. Une fois passé l'entré, on lui indiqua l’accueil, la secrétaire semblait habituée à voir des nouveaux venus un peu perdus, aussi ses explications furent facilement compréhensible par la jeune femme. Elle lui laissait le temps de noter les choses dans sont carnet, tandis que pour d'autres elle lui offrit un dossier contenant tout un ensemble de documentation qu'elle pourrait lire calmement chez elle, ce qui était plus que bienvenue. Pour le reste la secrétaire lui expliqua qu'une autre personne viendrait s'en charger. Eleanora remercia chaleureusement la secrétaire avant de s'assoir là où on lui avait indiqué que l'autre personne viendrait la chercher.



Louve ibérique
avatar
Louve ibérique

Messages : 19
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 13 Mai - 1:07

ft. Eleanora

ft. Gabriel

「 Une bourde, deux rencontres 」
Elle commence à peine son cours que le téléphone de la salle sonne. Senbi a l’habitude de ça, ce n’est pas la première fois qu’on l’appelle durant une session pour une quelconque raison. Elle décroche tranquillement, c’est la secrétaire qui lui parle d’une nouvelle venue, qui a besoin d’être prise en charge, bien qu’elle ne soit pas dans un état d’urgence. Elle lui dit qu’Eleanor est occupée et qu’elle lui demande de s’en occuper. Senbi accepte et lui qu’elle sera là rapidement.

Elle prévient ses élèves qu’elle sera absente pour s’occuper d’une future compagne de Sanctuaire, et qu’ils ont accès à la salle, même si elle désigne une mère comme responsable, que ce sera à elle de surveiller les gens et de la tenue de la salle. Comme ce n’est pas la première fois qu’ils sont dans cette situation, tous sont habitués à respecter les règles et à s’auto-gérer. Elle prend simplement son sac et descend vers le hall d’accueil.
Bien que ça tenue ne prête pas au sérieux, elle trouve que cela facilite le premier contact avec les futurs réfugiés du Sanctuaire, c’est plus décontracté et fait moins peur aux gens, surtout aux enfants.

Une fois arrivée en bas, elle salue la secrétaire d’un signe de tête et se dirige vers la jeune femme, celle qui va bientôt intégrer leur institution, si tout ce passe correctement. Elle marche lentement, prenant le temps pour la détailler du regard, vu qu’elle ne peut compter que sur sa vue, car, bien qu’elle soit une calice, elle reste humaine. Devant elle, se trouve une jeune femme dans la vingtaine d’années, de long cheveux blonde, et elle semble menue. Après tout, elle ne la voit que de profil. Senbi s’approche et tousse un peu pour attirer l’attention sur elle.

« - Mlle Fand ? Bonjour, je suis Senbi Aneksi. Je serais la personne qui va s’occuper de vous et de votre dossier. »

Elle ne lui tend pas la main, elle sait d’expérience que certaines personnes qui arrivent au Sanctuaire n’apprécient pas forcément le contact physique, même si c’est avec une femme. De plus, les lieux accueillent différentes nationalités, avec chacun leur formule de courtoisie et de politesse.

Elle lui fait signe de la suivre, et elles se dirigent vers un bureau qui lui ai attribué depuis la construction de l’établissement, elle a toujours fait partie de l’aventure, soutenant sa fondatrice. Elle entre et fait signe à Mlle Fand de la précéder et de s’asseoir sur le canapé dans un coin. Son bureau est à son image, décontracté et bariolé. Elle a bien un bureau pour s’occuper des papiers, mais elle préfère accueillir et parler avec ses invités dans un cadre moins formel, c’est moins traumatisant. Elle prépare un pichet d’eau et deux verres, puis s’installe face à elle. Elle tend la main pour prendre le dossier, mais ne l’ouvre pas. Elle a une prédilection pour connaître la personne face à elle oralement, plutôt que de se fier à un dossier papier.

« - Bien, et si vous me disiez la raison de votre présence au Sanctuaire ? Avant de commencer, sachez que ce qui est dit ici, reste ici. »
Chat du Désert
avatar
Chat du Désert

Messages : 35
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gène-V :: Sanctuaire-