NC-18
 
AccueilCalendrierPublicationsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

L'ennemi dans mon ennemi, est mon ami [POV Jun]

 :: Bureaux, Agences, Centre des affaires :: Bloody Art Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lun 23 Avr - 0:48



L’ennemi de mon ennemi, est mon ami.

I l se fait tard, la nuit est déjà tombée depuis un petit moment. Normalement, Julian ne reste pas aussi longtemps au bureau, quand il sait que son compagnon l’attend chez eux. Mais aujourd’hui ce n’est pas le cas, car Ethan est en déplacement professionnel pour la semaine. Ce qui fait que le vampire n’a pas envie de rentrer chez lui, sachant que ce qu’il va trouvé est une maison vide ; et il n’a pas envie d’aller embêter un de ses enfants avec sa solitude. Il a passé un demi-millénaire seul, une semaine de plus ne doit pas le toucher. Cependant, il a promis à sa moitié qu’il n’allait pas se plonger dans le travail pour compenser son absence.

Il pousse un soupire, défait, il éteint son ordinateur, verrouille à clef tous les classeurs et armoires de son bureau, après tout, celles-ci contiennent des informations confidentiels sur ses employés et ses partenaires, ainsi que des informations sensible pour ses futures campagnes et contrats, il ne veut pas les voir tomber dans les mains de ses rivaux. Il range les dossiers en cours dans sa mallette, pour les compléter à domicile, met son manteau, puis sort, sans oublier d’éteindre la lumière et de fermer à clef. C’est en se dirigeant vers les ascenseurs, qu’il se rend compte qu’il est le dernier dans les locaux, car toutes les lumières sont éteintes. Si on excepte le veilleur de nuit qu’il salue une fois qu’il a atteint le rez-de-chaussée. Il s’arrête quelques instants pour partager quelques banalités avec son employé, puis sort, la brise nocturne frappant son visage.

Pour une fois, il n’est pas venu en voiture, mais à pied. Celle-ci est au garage pour une réparation, après qu’il est eu un léger accrochage la veille. Bien que Julian soit riche, on peut même aller jusqu’à le qualifier de millionnaire, il n’a que deux voitures, si on compte celle d’Ethan. Sauf si on ajoute la voiture de fonction qu’il a dans le cadre de son travail de Gouverneur, même si elle tient plus de la limousine que de la citadine. Il faut du standing quand on a un voyage d’affaires ou qu’on reçoit des invités de marque. La politique se joue essentiellement sur les apparences.  

Il profite de la lumière des lampadaires et de la lune pour se guider dans les rues de New-York. Ce qui peut paraître idiot, étant donné qu’il voit parfaitement dans la nuit. Mais l’ancien vampire aime faire semblant d’avoir un minimum d’humanité, ne serait-ce que pour quelques minutes. Concentré sur ses pensées, il ne sent pas le danger, quand il passe devant une ruelle et qu’il est tiré par le bras. Il aurait pu se dégager à tout instant, mais la curiosité l’emporte, il veut savoir qui l’accoste de manière si grossière. Bien qu’il a une petite idée sur la question, quand les effluves de sang frais et de rage atteignent son nez sensible. Ce qui ne signifie qu’une chose, qu’il est passé à Ebren.

Une fois, face à face, il secoue son bras pour se dégager de l’étreinte du Broken. Ce dernier semble confus en le voyant, il devait s’attendre à autre chose quand il l’a attrapé. Julian comprend rapidement la situation, le vampire a dû le prendre pour un lycae, car l’odeur d’Ethan imprègne ses vêtements et sa peau. Il doit mettre un terme rapidement à la situation, sinon la créature peut faire des victimes et alourdir son tableau de chasse. Quand un vampire devient Ebren, touts ses sens sont éveillés et au maximum de leur capacité, mais il perd en raisonnement, il devient comme un animal, fonctionnant à l’instinct.
Calmement, Julian pose sa valisette au sol, et s’avance prudemment vers l’Ebren confus. Il parle avec une voix grondante et froide.

Rends-toi, et je ne te ferais aucun mal. Je serais clément avec toi.


Mais il voit bien dans le regard de son adversaire ne va pas se rendre, ou lui faciliter la tâche. Il n’a pas le temps avec ces bêtises, mais il n’a pas le choix, à peine, il a le temps de soupirer qu’on lui saute dessus, toutes canines et griffes sorties. Julian fait un simple pas sur son côté gauche pour éviter l’assaut. Durant son mouvement, il lance la tranche de sa main droite, qui percute la nuque du vampire, l’envoyant contre une benne à ordures, l’assommant. Il attend un peu, pour être sûr qu’il a réussi à le mettre KO. Quand il est sûr, il laisse échapper un petit soupire, un mélange d’agacement et de soulagement. Julian se redresse et défroisse son costume, puis se dirige vers sa mallette.

Alors qu’il sort son téléphone pour appeler une équipe de C.I.E. pour qu’ils viennent chercher le suspect et qu’ils le ramènent au QG, afin de le mettre dans une cellule, il sent la présence d’un autre vampire entrer dans la ruelle. Un élan de fatigue le saisit, il n’a pas envie de se battre à nouveau, mais on dirait qu’il n’a pas le choix sur la question. Il ne se tourne vers le nouveau venu, prêt. Il semble un peu plus petit que lui, le teint plus pâle, ce qui accentue la couleur argentée de sa chevelure. Il décide de lancer une conversation, pour retarder l’inévitable.

Bonsoir, je suis Julian CONTERIA, j’espère que vous n’êtes pas là pour finir ce qu’à commencer votre ami.


Il reste là où il est, prenant une position passive-agressive, il ne veut pas paraître agressif ou intimidant, mais il le fait pour se défendre. Il ne veut pas que l’autre se sente menacé. Maintenant, il attend la réaction de l’autre, qui semble normal et par dans son état Ebren, comme le précédent.



Mais il faut espérerqu’il ne nous trahisse pas.


©️ Halloween


Fonda aux dents longues
avatar
Fonda aux dents longues

Messages : 227
Voir le profil de l'utilisateur http://gene-v.forumactif.fr





Parle Américain - Parle Italien - *Pense* - /Télépathie/
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gène-V :: Bureaux, Agences, Centre des affaires :: Bloody Art-