Bonjour New York !,

Nous sommes actuellement en SEPTEMBRE de l'année 2111 et il fait 26°C à l'ombre.

Bonne journée à tous !


NC-18
 

Ce que le corps crie,mais que l'esprit refuse d'entendre. (Ouvert)
 :: Night Clubs

Khalyka Yougkoff

Messages : 10
avatar
Meute Quinn
Voir le profil de l'utilisateur
Meute Quinn
Jeu 4 Oct - 23:38
ft.
libre
«Dualité.»
Et une autre longue soirée de terminer aux urgence, je crois qu’il passer une heure du matin maintenant. Concrètement, ce fut une journée comme les autre avec une pincé de rebondissements. Il n’y a pas eut de mort durant mon service ce qui est très bon, mais ce n’Est pas pour cela que je me déplace lentement ou que je me pose doucement sur un mur pour ‘’prendre une pause’’ en chemin.

-Putain !! -

Un mots que je relâche  alors qu’un pique d’inconfort me brouille l’échine, évidemment le mots résonne et j’entend plusieur juron des personne du coin qui tente de dormir et je l’est comprends. Soupirent , je reprend ma marche trop occupé à rester concentrée sur mon chemin.

C’est toujours la même histoire entre la fin de l’été et l'automne qui se pointe, mais cette année j’ai l’impression quelle est la pire de toute. Mes muscles provoque des crampe assez forte pour me faire basculer, je vais surement devoir aller consultée pour revoir les pilule de chaleur, ça m’énerve sérieusement ,mais je ne peux pas arrêter avec le travaille que je fais si non ça causerait beaucoup trop de problème.

Par Contre, je vais faire un crochet a mon bar favorie sur le chemin pour m'engourdit d’alcool le temps que je je rentre chez moi, il na pas beaucoup de gens a cette heure et il est plus souvent visitée par des humains, ce qui va m’aider a limitée ceux de mon espèce. Car eux sont capable de réagir différemment , je dois vraiment faire attention et ne pas me montrée en détresse, limitée les casse.

C’est dans cette idée que j’entre dans ce bar, par chance il y avait peu de gens ce qui me rassura d’un part et de l’autre l'employé qui servait était habitué à me voir dans cette état. Un humain qui ne posait pas trop de question et surtout qui savais ce que j’allais boire dans un telle état.

Rien ne vaut la vodka de la Belle Russe, bien sur je me prend la bouteille et un verre solide dans la foulée, je me place près de la porte, dans un banc de type causeuse la ou je peux sortir rapidement si il a quelque chose qui arrive. Sortent de mon sac un vêtement chaud a manche longue, avec capuche. Les odeur devrait être limitée et la chaleur devrait calmer mes douleurs musculaire pour un moment, bien que j’ai une capuche mon visage n’Est pas cacher celle-ci ne camoufle que mes cheveux.

Ce n’est qu’après une dizaine de shooter de vodka, que la sensation d'engourdissement ce fait sentire, elle est subtile à cause de mon endurance contre l’alcool. Sortent de quoi écrire, pour noter certain réaction pour mieux aider mon conseiller. Quand je travaille, les son que font les bébés me calme plus qu'autre chose. C’est comme si mon oursonne voulais me dire des chose a sa manière, bien que je reconnais ce qu'elle veut dire je ne peux rien faire pour l’instant. J’ai beau être plus ouverte, je reste très méfiante et encore aujourd’hui j’ai encore de la difficultés avec les relation autre que la meute.

Calder Sutherland

Messages : 9
avatar
The Shield Beast
Voir le profil de l'utilisateur
The Shield Beast
Aujourd'hui à 11:37
HRP:
 




« Dualité »


Il y a des jours où on donnerait n'importe quoi pour un peu de calme, rester chez soi, tranquille à lire, regarder des conneries sur le petit écran ou à écouter de la musique et il y a des jours où on a franchement envie de boire un verre ailleurs que dans son salon. Pour ma part, ce soir, je suis dans la seconde catégorie, la soirée a été assez mouvementée, il a fallut gérer les conséquences d'une agression de lycaë sur un humain. Le pauvre type va souffrir le martyr pendant trois jours, sans compter la guérison de ses blessures. Heureusement, on a pu le conduire à temps à l'hôpital mais bordel, le type était dans un sale état.

Libérer de mon service après cet évènement, je n'ai aucune envie de rentrer chez moi. Pas que je n'aime pas ma tranquillité mais vu ce qui s'est passé, j'ai surtout besoin de digérer une fois de plus la capacité qu'on certains des nôtres à s'en prendre à des humains de manière gratuite, pour le simple plaisir de faire mal. Qu'ils aillent plutôt mordre les fesses des fanatiques qui veulent nous voir disparaître ou parquer comme des animaux dans un zoo et qu'ils laissent les tolérants et les indifférents tranquilles ! C'est ce genre de comportement qui nous donne mauvaise presse et encourage l'hystérie des extrémistes humains.

Je me rend donc dans le bar le plus proche de notre intervention, laissant les membres de mon équipe faire ce qu'ils veulent de leur côté, moi, j'ai besoin d'un verre et de préférence dans un endroit où il n'y a pas trop de monde et où personne ne me connaît, histoire d'être tranquille tout en profitant du fait de ne pas être tout à fait seul.
Je pousse la porte du premier établissement avec licence de débit de boisson que je croise et merveille des merveilles, il n'y a pas trop de monde. Ils sont tous humains mais on va pas se casser la tête avec ça... Ah non, pas tous... Une odeur me chatouille le nez, clairement lycaë même si je ne peux pas identifier l'espèce avec précision à cause des autres odeurs mélangées dans la pièce. Instinctivement, je cherche du regard d'où peut venir cette odeur et finis par en trouver la provenance. Une jeune femme installée à une table et qui a l'air aussi fatiguée que moi. Lorsque nos regards se croisent, je me contente d'un signe de tête pour la saluer, la politesse n'a jamais tuer personne jusqu'ici et j'ai eu une excellente éducation. Puis je vais jusqu'au bar où je commande un double scotch sans glace. Je m'installe sur une des chaise de bar qui me permet de garder un oeil sur la porte d'entrée et la sortie de secours, déformation professionnelle oblige et aussi des restes de mon éducation lorsque j'étais soldat. Toujours garder un oeil sur les différents accès de son environnement, c'est la clé de la survie et au bout d'un moment, on y est tellement habitué que ça en devient un réflexe instinctif.

Je sirote mon vers tranquillement dans mon coin, gardant un oeil sur tout ce petit monde, me familiarisant avec les différentes odeurs qui emplissent l'endroit jusqu'à pouvoir identifier chaque propriétaire et parvenir à lire leurs émotions. Non, je ne suis pas mentaliste ou expert en expression faciale mais chaque émotion ayant sa propre odeur, il n'est pas difficile pour un lycaë de les reconnaître. C'est comme ça que je sais que la jeune femme repérée plus tôt ressent un certain inconfort mêlée de fatigue... Un inconfort qu'il ne m'est pas difficile de comprendre vu que ce n'est pas la première lycaë femelle que je croise. La dame sera bientôt en chaleur... J'espère pour elle qu'elle a des suppresseurs ne serait-ce que pour rendre cette période supportable pour elle, à moins qu'elle n'attende quelqu'un qui pourra la soulager. En tout cas, c'est pas avec de l'alcool qu'elle va pouvoir remédier au problème, vu notre métabolisme, ça risque de prendre du temps avant qu'elle ne soit ne serait-ce qu'un peu éméchée et ça ne fera qu'augmenter son ardoise auprès du barman. Heureusement que les humains n'ont pas notre odorat, sinon, elle risquerait de gros problèmes. Cela dit, je reste dans mon coin, préférant la laisser tranquille, de un parce que j'ignore si elle attend quelqu'un et de deux, parce que je ne suis pas d'humeur à soulager ses besoins. Heureusement, elle n'en est qu'au cycle de pré-chaleur, ce qui rend les phéromones qu'elle dégage suffisamment supportable pour que je puisse rester sans perdre la tête. Ca aurait été beaucoup plus embarrassant si elle était en pleine période. Je ne suis peut-être qu'une sentinelle mais tout de même, je reste un mâle et aucun mâle à ma connaissance ne resterait sain d'esprit en présence d'une femelle en chaleur...


C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: